Cinder, un premier roman prometteur, riche mais aussi décevant.




Cinder est le premier tome d’une toute nouvelle saga de science-fiction jeunesse, Les Chroniques lunaires, de Marissa Meyer. Pour construire l’histoire, et lui donner une base,  l’auteur a l’idée originale de reprendre les contes pour enfants. Cinder signifie ici en anglais Cendrillon. Le pitch d’une cendrillon cyborg, la magnifique couverture et les avis positifs d’autres blogueurs m’ont tout de suite donné envie. Pourtant, mon sentiment reste très mitigé après la lecture de ce premier volet.
A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l'atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu'elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie - son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu'éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n'a aucune chance de s'épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l'humanité est peut-être entre ses mains.
                J’étais très curieuse de voir comment le conte allait être adapté par l’auteure. L’organisation générale du roman reprend les grandes lignes de la fable et instaure des citations du texte original au début de chacune des quatre parties, ce qui est plutôt bien joué. Malgré ces clins d’œil, je dirai pourtant que la reprise du conte n’est qu’un prétexte à la construction d’une histoire propre à Marissa Meyer. Bien sûr, on retrouve Cendrillon, sa belle-mère, ses sœurs, le bal et le prince, mais les ressemblances s’arrêtent là, gommée par l’imagination de l’auteure qui nous emporte beaucoup plus loin dans une intrigue beaucoup plus complexe. 

                Cinder est une petite mécanicienne qui fait vivre sa famille. Le monde dans lequel elle vit, la Terre après la Quatrième Guerre mondiale, est touché par la létumose, une maladie s’approchant de la peste qui se trouve à ce jour sans antidote. Les différentes nations du globe maintiennent la paix qu’elles doivent faire front notamment à cette menace, mais en plus à la pression exercée par un peuple extra-terrestres télépathes, les lunaires. Ces derniers sont emmenés par une reine cruelle qui veut à terme dominer la terre en plus de la Lune et réduire les humains en esclavage. 

                La pandémie, ce contexte géopolitique tendu, Cinder en a conscience mais en est seulement spectatrice, jusqu’au jour où non seulement elle va rencontrer le prince Kai, mais en plus sa gentille sœur, sa seule amie, va être touchée par la létumose. A partir de là tout s’enchaine assez vite. L’histoire prend forme dans cet univers dense et travaillé.
 
Or, malgré ce contexte de base très prometteur, j’ai très vite été déçue. Au bout d’à peine 30% du livre, j’avais deviné le gros évènement de la fin du roman, celui qui devait relancer l’intrigue et me laisser un plein suspens dans l’attente du tome 2. Je me suis d’abord remise en cause, en me disant que peut-être je me trompais. Et puis je me suis dit que c’était peut-être fait exprès, que l’auteure voulait que son lecteur devine la fin pour mieux le surprendre dans un rebondissement inattendu. J’ai passé le reste de ma lecture à attendre de voir comment ça allait se passer, pour savoir si mes suppositions étaient justes. Malheureusement, elles l’étaient toutes. Il n’y a donc eu aucun suspens pour moi, seulement la frustration d’avoir vu venir tout le roman et d’avoir pu en prévoir la chute. Après réflexion, je trouve que Marissa Meyer a laissé bien trop d’indices, dès le début. Il m’a suffi de faire le rapprochement. Avec le recul, j’ai la sensation que l’histoire a glissé sur moi, sans me toucher vraiment.

L’erreur est tout de même pardonnable, puisque c’est un premier roman. Le style est assez simple, parfois tâtonnant. On sent qu’il évolue et prend de l’assurance avec les pages qui défilent. Le potentiel créatif de l’auteure est très bon. Les personnages sont attachants et réalistes, même s’ils répondent à des archétypes du genre assez lisses. L’intrigue est bien relancée à la fin vers un tome 2 qui s’annonce prometteur. 

Malgré ma déception, j’ai quand même pris du plaisir à lire Les Chroniques Lunaires tome 1 qui est un très bon roman jeunesse. J’ai beaucoup d’attentes pour la suite. J’aimerai que les personnages s’approfondissent et que l’auteure implique plus son lecture dans l’histoire, notamment en jouant plus sur les émotions. Il est clair que ce premier tome n’a été qu’une mise en bouche, et que l’univers déjà dense développé ici va se trouver encore enrichit par la suite des évènements. Le tome 2 des Chroniques Lunaires a pour titre Scarlet, qui n’est autre que le prénom du Petit Chaperon Rouge et est prévu pour 2014 en français.

Fiche Technique : 

- Titre : Cinder
- Saga : Les Chroniques Lunaires, tome 1
- Auteur : Marissa Meyer 
- Editions : Pocket Jeunesse 
- Paru le 7 mars 2013 
- 412 pages 
- 17,90€ 
- Extrait :  
"Cinder ouvrit les yeux. L'holocran n'affichait plus ses caractéristiques vitales. Son numéro ID était toujours là, mais dessous s'étalait un diagramme holographique.
Celui d'une fille.
On aurait dit qu'on l'avait coupée en deux de la tête aux pieds, dans le sens de la hauteur, comme pour illustrer un manuel médical. L'image montrait son cœur, son cerveau, ses intestins, ses muscles, le réseau bleu de ses veines, ainsi que son tableau de commande. Sa main et sa jambe synthétiques, les câbles qui partaient de la base de son cerveau et descendaient le long de sa colonne vertébrale jusqu'à ses prothèses. Le tissu cicatriciel là où la chair était jointe au métal. Un petit carré sombre dans son poignet : sa puce ID.
Elle connaissait tout ça. Elle s'attendait à voir ses choses.
En revanche, elle ignorait l'existence des vertèbres en métal dans sa colonne, de ses quatre côtes en métal, du tissu synthétique autour de son cœur et des plaques qui renforçaient les os de sa jambe droite.
Au bas de l'holocran, on lisait :
RÉSULTAT : 36,28%

Elle était inhumaine à 36,28%."

Partage !

4 petits mots

  1. Whaou tes articles sont super bien rédigés!
    L'histoire me plait mais c'est dommage si au début du livre on comprend déjà ce qui va se passer.
    Je verrais bien quand ce sera mon tour de le lire.
    J'espère que Scarlet te plaira plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton compliment sur la rédaction ! <3 J'essaie de faire de mon mieux. ^^
      Malgré le petit désagrément d'avoir deviner la fin, j'ai quand même passé un très bon moment avec Cinder ! C'est hyper divertissant et très intéressant de se retrouver face à un nouvel univers aussi riche. J'ai beaucoup aimé.
      J'espère que tu aimeras toi aussi ! ;)

      Supprimer
  2. Emma la croqueuse de livres31 octobre 2013 à 15:37

    Alors moi j'ai lu ce livre il y a peut de temps, j'ai bien aimé même si c'est vrai qu'il est très (trop) prévisible, et que j'ai trouvé le début un peu long. J'ai tout de même super hâte de lire la suite (vite vite vite !), je crois que je vais harceler ma famille pour me l'acheter rapidement (oui oui c'est la galère pour acheter 1 bouquin chez moi !) XD
    J'adore ta façon de présenter les livres et de donner ton avis, c'est clair et je fais bien le rapprochement entre ce que tu écrit et ce que je pense !

    RépondreSupprimer
  3. Comme Forever Book, j'aime beaucoup la critique que tu as fait de ce livre, je dois même dire que j'ai encore plus envie de me forger ma propre opinion de Cinder dont j'ai entendu beaucoup parlé mais je n'avais encore jamais lu un avis mitigé sur cette saga. Etant fan des contes de fée je pense me lancer dans peu de temps **

    RépondreSupprimer