L'Homme Illustré de Ray Bradbury


L’Homme Illustré est le quatrième roman de Ray Bradbury que je lis. Bradbury est un auteur que j'apprécie énormément pour les messages qu'il tente de faire passer et par son écriture si agréable à lire.

Il retira sa chemise et la roula en boule. De l'anneau bleu tatoué autour de son cou jusqu'à la taille, il était couvert d'Illustrations.
"Et c'est comme a jusqu'en bas", précisa-t-il, devinant ma pensée. "Je suis entièrement illustré. Regardez !"
Il ouvrit la main. Sur sa paume, une rose. Elle venait d'être coupée ; des gouttelettes cristallines émaillaient ses pétales délicats. J'étendis ma main pour la toucher, mais ce n'était qu'une image.
"Mais elles sont magnifiques ! m'écriai-je.
- Oh oui, dit l'Homme Illustré. Je suis fier de mes Illustrations que j'aimerais les effacer en les brûlant. J'ai essayé le papier de verre, l'acide, le couteau... Car, voyez-vous, ces Illustrations prédisent l'avenir."

Le narrateur rencontre l'Homme Illustré un après-midi, le long d'une route. Ce dernier est recouvert de nombreuses illustrations sur tout le corps. Les deux hommes partagent un repas le soir. C'est au moment de se coucher que le narrateur découvre les illustrations. Elles sont au nombre de dix-huit. C'est ainsi que commence le récit de dix-huit histoires, aussi captivantes les unes que les autres. Avec « la brousse », partons à la rencontre d'une famille avec deux enfants vivants dans une maison commandée, gérée par les nouvelles technologies. Plus besoin de faire la cuisine, ni de faire ses lacets de chaussures. Les enfants possèdent leur propre salle de jeu qui permet de visualiser leurs pensées. Les parents commencent à être contre cette nouvelle façon de jouer et décident d’interdire l'accès de cette salle. Mais les enfants préparent une étrange rébellion qui va permettre aux technologies de prendre le dessus...
Vous avez envie de découvrir Mars, l'espace, continuez à lire les histoires racontant les illustrations de l'Homme Illustré. Vous voulez voyager dans l'espace avec votre famille à petit prix, découvrez « La fusée ». Vous avez envie de lire une nouvelle sur l'invasion extraterrestre, vous allez être captivé par « l'heure H ».
L'écriture de Ray Bradbury est toujours aussi belle à lire, elle est si poétique, si chantante. C'est grâce à elle que Bradbury fait passer ses messages, ses points de vues à ses lecteurs. Celles et ceux qui n'apprécient guère la science-fiction, le fantastique, sautez le pas et venez découvrir ce magnifique livre. Vous serez surtout captivé par le message que veux faire passer l'auteur dans un décors de science-fiction et de fantastique. Tout comme Fahrenheit 451, Chroniques Martiennes, De la poussière à la chair, à la fin de la lecture de ces œuvres, nous réfléchissons à ce que nous venons de lire, nous faisons davantage attention au monde qui nous entoure. 
C'est sans compté sur la couverture des éditions Folio SF. Elle nous laisse imaginer ce que nous allons découvrir dans cet ouvrage. Notamment les voyages dans l'espace avec les fusées.

Fiche technique : 

- Titre : L'homme illustré 
- Auteur : Ray Bradbury 
- Editions : Folio SF 
- Paru le 30 juin 2005 
- 352 pages 
- 5,30€
- Extrait : "Que se passe-t-il? demanda Mme Morris. 
- C'est Commando qui est coincé. Il est à mi-chemin. Si seulement on arrivait à le dégager, ce serait plus facile. Tous les autres pourraient le suivre. 
- Puis-je t'aider?
- Non, merci. Je trouverai un moyen.
- Très bien. Je t'appellerai pour ton bain dans une demi-heure. Cela me fatigue de te regarder t'agiter ainsi."
Mme Morris rentra et s'assit dans le fauteuil de relaxation électrique. Elle but quelques gorgées de son verre à moitié vide, tandis que le fauteuil lui massait le dos. Ah, les enfants! Les enfants! L'amour côtoyant la haine! Quelquefois les enfants vous aiment, et ils vous haïssent un instant plus tard. Étranges enfants! Finissent-ils par oublier ou pardonnent-ils les corrections et les réprimandes? Comment peut-on jamais oublier ou pardonner à ces grandes personnes qui vous dominent, ces grands tyrans idiots? se demanda-t-elle.
Quelques minutes s'écoulèrent. Dans la rue, un curieux silence s'établit. Un silence d'attente, de plus en plus pesant.
Cinq heures. Quelque part dans la maison, une horloge chanta d'une voix douce et musicale: "Cinq heures... Cinq heures! Le temps passe. Cinq heures!" Et le son s'estompa dans un ronronnement.
L'heure H.
Mme Morris eut un rire de gorge. L'heure H."

Partage !

0 petits mots