Hunger Games, tome 2 - L'Embrasement embrase mon coeur !





Tout le monde parle de The Hunger Games depuis que le premier tome de la trilogie de Suzanne Collins a été adapté au cinéma, relançant la vente des romans d’origine. Alors, un dimanche après-midi, j’ai cédé à l’appel de la dystopie, histoire de me faire une idée de ce qui provoque autant d’engouement. J’ai joué la facilité en commençant par le film. Et je ne me doutais pas d’immédiatement après le générique de fin, je me lancerai dans la lecture du tome 2 de la saga, sans même avoir lu le premier. 


Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s'agit surtout d'une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d'un rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n'hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. A l'aube, des jeux de l'Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss...

Je l’admets, ce n’est pas sérieux du tout de ne pas avoir pris la peine de lire le premier roman. J’avais tellement hâte de connaitre la suite ! Cet « omission » ne m’a pas dérangé plus que ça. Je n’avais pas perdu une miette du film, je n’ai donc eu aucun souci de compréhension en me lançant dans Hunger Games 2 l’Embrasement

Tout d’abord, j’ai aimé le fait d’en découvrir plus sur ce monde futuriste, divisé en districts et gouverné par le Capitole. On sent dès le début de l’histoire qu’il s’agit d’une dictature, mais ici on en apprend plus sur comment elle fonctionne, notamment en rencontrant des personnes venues d’un peu partout. On commence à se rendre compte que la population en a vraiment assez de l’oppression, et que le petit acte rebelle de Katniss n’est qu’une goutte d’eau parmi toute l’organisation résistante qui est en train de se mettre en place. On entre progressivement dans l’aspect dystopique du roman, au sens strict. 

Dans ce second tome, on retrouve tous nos héros. L’histoire est une nouvelle fois écrite du point de vue interne de Katniss. Nous continuons l’aventure dans la tête de cette ado de 16 ans, qui ne comprend pas bien tout ce qui lui arrive et en découvre tous les jours un peu plus sur ce qui se trame. Elle doit faire face à de nombreux problèmes et en particulier à la pression que lui met le gouvernement pour faire taire le début de rébellion qu’elle a provoqué involontairement en gagnant les 74ème Hunger Games avec Peeta. 

On sent déjà le poids de cette première épreuve. Depuis son passage dans l’arène, Katniss a changé. Elle a été profondément bouleversée et ne s’en remet pas vraiment. Pourtant, ce n’est qu’un début. Beaucoup de questions se bousculent dans sa tête, sur les actes atroces qu’elle a été forcée de commettre, sur le comportement à adopter avec Peeta, son famille ou encore son ami d’enfance Gale, sur ce qu’elle doit dire et faire pour plaire au Capitole et ne pas mettre ceux qu’elle aime en danger.



Tout au long de ce tome, notre héroïne est ballottée de petites victoires en échecs. Le rythme du roman est soutenu, les évènements s’enchainent plutôt rapidement. La lecture en est très fluide et appétante. Chose rarissime pour moi, j’ai lu Hunger Games 2 - l’Embrasement en seulement 3 jours. Je ne pouvais décoller mon nez de cette histoire. Je voulais savoir la suite, comment ça allait se passer et avoir des réponses à toutes les questions que se pose Katniss. 

Le point de vue interne ne m’a pas vraiment dérangé. Au contraire, j’ai trouvé qu’il a ménagé beaucoup de suspens, notamment en ce qui concerne la fin de ce tome. Tout se débloque dans les dernières pages car beaucoup de choses sont cachées à notre héroïne, ce qui est malin de la part de l’auteur. Elle laisse volontairement des zones d’ombre pour que le lecteur s’interroge, en même temps que le protagoniste, ce qui accroit son intérêt pour le roman et le rapproche du personnage principal. J’ai réellement eu l’impression de vivre l’histoire en même temps que Katniss. Il est assez rare que je me laisse totalement embarquer par un roman, mais là, les sensations et les émotions ont été très fortes, ce que j’ai énormément apprécié. 

L’évolution des personnages m’a également beaucoup plu et m’a parue logique. Les personnalités se révèlent, des personnages secondaires sont mis en avant, comme Haymitch, le mentor du district 12. D’autres personnages sont aussi introduits et donne une bouffée d’air frais à l’intrigue. Néanmoins, tous sont logés à la même enseigne et tous doivent faire face à la menace du Capitole. J’aime quand les protagonistes sont soumis à des épreuves dures et en sont transformés. J’aime quand l’auteur leur en fait baver. Pour moi, ça ajoute du réalisme et j’arrive mieux à entrer de l’histoire. C’est quand un personnage est blessé et mis en péril que je ressens le plus d’émotions. Avec toute la cruauté que déploie le Capitole pour faire taire la rébellion (que ce soit lors des Jeux de l’Expiation ou en dehors), je dois dire que j’ai été servie. 

Vous l’avez compris, pour moi Hunger Games 2 - l’Embrasement est un gros (gros, gros) coup de cœur ! J’ai adoré ma lecture. Je l’ai trouvé captivante, addictive, pleine d’émotions, intéressante et originale aussi. Ma chronique est assez dithyrambique. J'ai vraiment hâte de voir l'adaptation de ce tome au cinéma en novembre prochain.
Vous devinerez sans peine que je me suis déjà jetée sur le tome 3 de la saga, La Révolte, qui clôt la trilogie. Mon avis sur ce dernier opus arrivera très prochainement. 

Fiche technique : 


- Titre : L'Embrasement
- Saga : The Hunger Games 2
- Auteur : Suzanne Collins 
- Editions : Pocket Jeunesse
- Paru le 6 mai 2010
- 398 pages 
- 18,15€
- Extrait :  
- Je veux exprimer ma gratitude envers les tributs du district Onze, dis-je. (Je regarde les deux parents de Tresh.) Je n'ai parlé à Tresh qu'une seule fois. Juste le temps pour lui de m'épargner. Je ne le connaissais pas, mais je le respectais. [...] J'ai l'impression d'avoir connu Rue, par contre, et son souvenir ne me quitteras jamais. [...]Alors, merci pour vos enfants. (Je redresse le menton pour m'adresser à la foule.) Et merci à tous pour le pain.

Je reste là, muette et toute petite, sous le poids de ces milliers de regards. Il y a un long silence. Puis, dans la foule, quelqu'un commence à siffler la mélodie à quatre notes de Rue. Celle qui annonce la fin d'une journée de travail dans les vergers.[...]
La suite n'est pas un accident. Elle est trop bien exécutée pour être spontanée. A l'unisson, toutes les personnes présentes pressent contre leurs lèvres trois doigts de la main gauche, avant de les tendre vers moi. Le vieux signal du district Douze, le dernier adieu que j'ai adressé à Rue dans l'arène.
Avant mon entrevue avec le président Snow, ce geste m'aurait émue aux larmes. Mais avec l'ordre qu'il m'a donné de ramener le calme dans les districts, il m'emplit de terreur. que pensera-t-il de cet hommage de la foule à celle qui a défié le Capitole ?

Partage !

2 petits mots

  1. Je me retrouve beaucoup dans ta chronique, même si mon enthousiasme s'est atténué avec le temps : ce deuxième tome est vraiment quelque chose ! Vivement l'adaptation, pour que l'on puisse se replonger dans la frénésie Hunger Games :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la saga entière va être mon coup de cœur de l'année. Ça faisait très longtemps que j'avais pas été remuée comme ça ^^ Et oui, vivement l'adaptation ! :D

      Supprimer