Inferno de Dan Brown : l'oeuvre de Dante revisitée !


Ayant lu les autres œuvres de Dan Brown, il était évident pour moi de me procurer son dernier roman. Si vous avez suivi les « C’est lundi, que lisez vous ? », vous avez du voir, ou lire, que Lucie avait commencé Inferno, le roman relatant les dernières aventures de Robert Langdon. Cependant, elle a décidé d’arrêter sa lecture car elle trouvait qu’il y avait trop d’informations et pas de temps pour assimiler les données.

De mon côté, j’ai décidé de ne pas prendre en compte son avis. Je préfère faire mon propre avis sur un livre, même si, avec Lucie, on est souvent d’accord sur les romans que l’on a lu toutes les deux.

« Les endroits les plus sombres de l’enfer sont réservés aux indécis qui restent neutres en temps de crise morale. »
Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l’hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi de retrouve-t-il à Florence ? D’où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon va s’enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu’il est en possession d’un message codé créé par un éminent scientifique – un génie qui a voué sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n’a d’égale que sa passion pour l’une des œuvres de Dante Alighieri : le grand poème épique Inferno.
Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna remontent le temps à travers un dédale de lieux mythiques, explorant passages dérobés et secrets anciens, pour retrouver l’ultime création du scientifique – véritable bombe à retardement – dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire. 

J’ai tout de suite compris pourquoi Lucie a arrêté sa lecture. En effet, il y a énormément d’informations, d’explications dans Inferno et on ne trouve pas de temps un peu plus calme pour réfléchir à tout ce que l’on vient d’apprendre. Mais ceci est lié au fait que l’aventure se déroule sur une courte période, soit, à peu près 24h et que le professeur Langdon et sa compagne d’aventure, Sienna Brooks, doivent faire face à une course poursuite. Enfin, c’est ce qui semble paraître…

J’ai mis énormément de temps à me mettre dans ce roman. Peut être parce que j’avais eu un coup de cœur sur le livre d’avant ou alors, parce que j’avais la même impression que Lucie… Car, c’est vrai que durant la lecture de ce dernier opus, on n’a pas vraiment le temps de soufflé, tout comme les différents protagonistes.

On retrouve l’écriture de Dan Brown, notamment avec ses descriptions de monuments, d’objets d’art, ainsi que ses explications sur les différents symboles observés durant ces 24h de poursuite. Mais, qui dit descriptions, dit parfois trop de descriptions… Ce fut mon ressentit. « Mais il commence à m’énerver avec ses descriptions ! Ok, c’est vrai que ça permet de visualiser les lieux, mais j’en ai marre ! Il y en a beaucoup trop ! »

D’un autre côté, j’ai bien apprécié les différentes ellipses, qui permettent à Langdon de se revoir en pleine conférence, dont le sujet était, comme par hasard, Dante ! Car, en effet, il ne faut pas oublier que le sujet de ce nouveau roman de Dan Brown est Dante Alighieri et son poème épique Inferno. Dan Brown revisite l’œuvre de Dante afin que Langdon et Sienna puissent découvrir les agissements d’un éminent scientifique, qui veut arrêter à tout prix la croissance de la population sur Terre, qui, si elle continue, est vouée à une extinction prochaine.

Afin de stopper une attaque biochimique, Langdon suit la piste de ce scientifique à travers l’œuvre et la vie de Dante. C’est une façon pour Dan Brown de revisiter La Divine Comédie de Dante. Et cela permet au lecteur de découvrir ou de redécouvrir Dante et son œuvre.

Au sujet de la poursuite et du fait qu’il y a des personnes qui veulent tuer Langdon dès le début du roman, j’ai tout simplement envie de dire : « Ouai, ben, c’est le héros des romans de Dan Brown, donc, impossible qu’il se fasse tuer d’ici la fin du roman, surtout quand on est rendu qu’au tout début de sa lecture ! ».

Enfin, vous l’aurez deviné, j’ai été déçu de ce roman. En gros, j’ai vraiment apprécié les 200 dernières pages… car je ne m’attendais pas à une fin comme celle-ci. C’est aussi dans ces quelques pages où tout nous est dévoilé, où les fameuses descriptions laissent place aux explications. Mais surtout, attention je vais spoiler, où l’on découvre que cette poursuite et tentative de meurtre ne sont que des mascarades !


Je ne sais pas quoi rajouter, j’ai juste été déçu de ce roman, ce n’est donc pas un coup de cœur. Je ne sais même pas si j’achèterai ses prochains romans. Du coup, j’aimerais bien avoir votre avis sur ce roman. Est-ce que vous l’avez aimé ? ou détesté ? Sûr ce, je vous souhaite de très belles lectures !

FICHE TECHNIQUE :


- Titre : Inferno
Auteur : Dan BROWN
Editeur : JCLattès
- Paru en mai 2013
- 564 pages
-  22€90
Extrait : - Robert... c'est ce que font tous les soldats en temps de guerre. Tuer des gens innocents et risquer leur vie. Tout est possible quand un groupe a une cause à défendre, un combat  mener.
- Lâcher une épidémie sur terre ?
- Robert, le combat n'est pas de répandre une épidémie... mais de sauver le monde. (Après un silence, elle reprit :) Dans son essai, un passage a marqué beaucoup de gens, une question particulièrement troublante. Et j'aimerais qu'à votre tour vous y répondiez.
- Je vous écoute.
- Zobrist disait ceci : si en appuyant sur un bouton, vous pouviez tuer au hasard la moitié de la population mondiale, le feriez-vous?
- Bien sûr que non.
- Très bien. Mais si on vous explique que, si vous n'appuyez pas sur ce bouton, c'est toute l'espèce humaine qui est perdue ? Est-ce que vous appuieriez sur ce bouton ? Même si cela signifie tuer femmes, enfants, et sans doute vous-même ?
- Sienna, comment peut-on...
- C'est une question purement hypothétique. Tueriez-vous la moitié de la population pour empêcher l'extinction de notre espèce ?
Cette discussion macabre le troublait. Il fut soulagé de voir, devant lui, la bannière rouge flotter sur la façade d'une maison.
- Regardez ! lança-t-il. Nous y sommes.
Sienna observa longuement Langdon.
- Déni, quand tu nous tiens...

Publié dans :

Partage !

4 petits mots

  1. Je l'ai dans ma PAL. J'espère ne pas être déçue...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai également été déçu de ce bouquin, comme le précédent d'ailleurs... Plus le temps passe et moins Dan Brown arrive à faire des livres captivants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben j'avais été davantage captivée par le précédent. Mais là, je doute que j’achèterai ses prochains livres...

      Supprimer
  3. Je n'ai pas lu le précédent. J'ai été intéressé, retenu et interpellé par ce roman que j'ai lu en 3 soirs. La fin est plus qu inattendue bien qu'un peu capillo-tractée.
    Surtout, il faut lire au delà des mots...

    RépondreSupprimer