Legend de Marie Lu, un premier tome convainquant !



Après Hunger Games, que j’ai très beaucoup aimé, j’ai voulu voir ce que donne la dystopie chez d’autres auteurs. Au cours de mes recherches, je suis tombée sur beaucoup d’articles, plus ou moins positifs, sur Legend de Marie Lu, le premier tome d’une saga éponyme. Il s’agit d’un roman de science-fiction jeunesse qui prend place aux USA dans un futur plus ou moins proche. J’ai aimé le décor et les personnages, j’ai aimé l’histoire, et pourtant, ce n’est pas un coup de cœur … 

June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l'élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l'armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l'arrêter. Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n'ont aucune raison de se rencontrer... jusqu'au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer...
Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?

Tout d’abord, le décor m’a beaucoup plu. J’ai aimé le fait de retrouver la première puissance mondiale complètement dévastée et retranchée sur un territoire exiguë qu’elle a du mal à contrôler. On retrouve le schéma classique des quartiers pauvres soumis au despotisme du quartier riche, ici tenu par une élite militaire complètement repliée sur elle-même, sous la coupe d’un tyran fanatique d’eugénisme.
 
On découvre en premier la petite June, un prodige formaté à souhait par sa hiérarchie. En tant que militaire, elle vit dans les quartiers riches avec son frère, aux frais de l’Etat. Pourtant, elle a l’air d’avoir un caractère bien trempé et n’hésite pas, dès le début, à désobéir aux ordres. J’ai tout de suite aimé son caractère, sa franchise, sa façon d’appréhender son monde et d’aller au bout de ce qu’elle entreprend. 

Ensuite vient le personnage de Day, le criminel le plus recherché du pays. Pourtant, il a le même âge que June. Tout de suite, on se rend compte qu’il s’agit de deux personnages « miroir ». Ils sont semblables l’un à l’autre. Leur différence vient du fait qu’ils ont été élevés dans des situations totalement opposées puisque Day est issu d’une famille très modeste des quartiers pauvres, qu’il a été forcé de quitter pour vivre dans la rue. Il perçoit la société d’une manière totalement différente de June et j’ai beaucoup aimé leur confrontation. J’ai trouvé ces deux protagonistes très attachants et complémentaires. Ils représentent très bien chacun les deux parties de la société, d’un côté les riches, de l’autre les pauvres. 

Petit à petit on en apprend un peu plus sur l’univers dans lequel l’intrigue se développe, notamment grâce à l’investigation que mène June après la mort de son frère. Tout le roman tourne autour de l’élucidation de son meurtre. Elle infiltre les couches inférieures de la société et se rend compte que les choses ne sont pas exactement comme elle le pensait et comme le gouvernement le fait croire aux riches. Plus elle creuse, et plus ce qu’elle découvre remet totalement en cause son univers, de même que le fait d’en apprendre plus sur Day. Pas de doute, on a bien à faire à une dystopie. Toutes ses caractéristiques sont réunies.  

Ce duo de personnages permet à l’auteur de mener le récit depuis leurs deux points de vue différents, en alternant les chapitres. Cela nous permet de bien comprendre ce qui se passe pour l’un comme pour l’autre, mais aussi d’aménager des zones d’ombres pour un plus grand suspens. 

En effet, l’intrigue va de rebondissements en rebondissements. Quand on pense qu’une affaire est conclue, c’est sans compter sur un évènement perturbateur qui vient tout remettre en compte. Plus on avance dans le récit et vite les péripéties s’enchainent. J’ai aimé le fait d’être tenue à haleine jusqu’à la fin, même si celle-ci est assez prévisible. 

Malgré le fait que je n’ai rien à y redire, ce roman n’est pourtant pas un coup de cœur. Je l’ai beaucoup aimé, il m’a intéressé et il est riche, mais je pense que je n’aurai pas dû le lire après Hunger Games. Cette saga m’avait littéralement broyée à coups de scènes chocs. Legend ne m’a pas mise au bord de la crise de nerf, même si certains éléments m’ont quand même écœurée tellement ils sont tristes ou choquants. Je ne devrai pas comparer les deux, parce que leurs histoires n’ont rien à voir, mais je dois quand même admettre que le roman de Marie Lu est beaucoup moins « sensationnel » que celui de Suzanne Collins. 

Legend est le premier tome d’une saga qui va en comporter au moins trois. Je dirai que ce premier opus est une introduction assez convaincante, avec un univers riche et des personnages bien construits. Les bases d’un décor intéressant sont mises en place et la suite des évènements m’intrigue. J’aimerai que l’histoire prenne plus d’ampleur dans le tome suivant et que les personnages soient encore plus mis à l’épreuve. J’ai beaucoup d’attentes pour ce qui est du tome 2, nommé Prodigy, dont la sortie francophone s’est faite le 13 septembre dernier.  

FICHE TECHNIQUE : 
Titre : Legend 
Saga : Legend  (tome 1) 
Auteur : Marie LU 
Éditions : Castelmore
Parution : 14 septembre 2012
Genre : Science fiction, dystopie, jeunesse
288 pages
15,20€ 

EXTRAIT : 

"Hier encore les exploits de Day me fascinaient. Aujourd’hui, il est devenu mon ennemi attitré, ma cible, l’objectif de ma première mission."

Partage !

3 petits mots

  1. Je n'avais pas entendu parler de ce livre, mais j'avoue que tu m'as donné envie de le lire, j'essaierai de le trouver lors de ma prochaine sortie ! Merci ! Je cherchais justement un nouveau roman à entamer après "Les Rivières de Londres" (saga "Le dernier apprenti sorcier") !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien. Si j'ai pu t'aider à faire un choix, c'est cool. J'espère qu'il te plaira ! ^^

      Supprimer
  2. Je pense que grâce à ta chronique je vais lire ce livre. J'ai lu pas mal de choses sur celui-ci qui m'avaient fait douter, mais je vais regarder de moi-même du coup :) Merci!

    RépondreSupprimer