Robin Hobb déchaine la fureur du fleuve dans le tome 3 des Cités des Anciens !



J’ai marqué une pause après avoir lu le tome 2 des Cités des Anciens de Robin Hobb. L’intrigue avançait un petit peu trop lentement à mon gout et je me suis posé des questions. Je me suis demandé si mon auteur préféré avait perdu le caractère addictif de son écriture. Pourtant, ses personnages m’ont manquée et j’ai décidé de reprendre avec le tome 3. Il est temps de faire un bilan sur ma lecture. 

*** ATTENTION SPOILERS ***
Les gardiens et leurs dragons se fraient un passage à travers les eaux traîtresses de la Désert des Pluies. Accompagnés de la vivenef Mataf, ainsi que de son capitaine Leftrin et d’un groupe de chasseurs chargés de subvenir à leurs besoins, ils recherchent la cité mythique de Kelsingra. Les accompagne également Alise, qui fuit son mariage avec le cruel Hest Finbok afin de poursuivre son étude des dragons, et le secrétaire particulier de Hest, le dandy de Terrilville, Sedric.
Les rivalités et les romances menacent déjà l’unité du groupe d’explorateurs : mais des forces extérieures pourraient se révéler encore plus dangereuses. Des marchands étrangers convoitent le sang et les organes de dragons, qui se vendent à prix d’or à des fins médicinales. Un traître à leur solde a infiltré l’expédition et ne reculera devant rien pour obtenir ce qu’il recherche. Et puis, il y a le fleuve : mystérieux, changeant et même périlleux, leur fougueuse rivière charriant des eaux acides, leur jungle impénétrable et leurs zones inexplorées.
L’expédition atteindra-t-elle son but ? La cité de Kelsingra existe-t-elle seulement ? Une seule chose est sûre : le voyage ne laissera personne inchangé, dragons et humains indifféremment.

Ce tome-ci s’intitule « La fureur du fleuve », quoi de mieux pour donner envie d’en savoir plus ? Connaissant très bien  l’univers et ce qui peut se cacher derrière le Désert des Pluies, je me suis tout de suite dit qu’il allait potentiellement se passer quelque chose de grave. En ouvrant ce troisième opus, j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver les personnages. Dans les deux premiers tomes, Robin Hobb s’est évertuée à leur donner du caractère et de la profondeur et à décrire leur malaise par rapport à leurs situations respectives. Dans ce tome-ci, elle laisse derrière elle la description pour passer à l’action, et ça m’a vraiment beaucoup plu. 

L’histoire reprend là où on l’avait laissé. Le suspens qui avait été amené à la fin du tome 2 est assez rapidement dissipé et l’aventure reprend très vite. Dans ce tome, tout s’accélère et le parcours des dragons et de leurs gardiens va être complètement chamboulé. On peut vraiment dire qu’on entre pleinement dans l’aventure et que nos personnages sont mis à mal. Certains d’entre eux sont carrément obligés de changer s’ils veulent survivre. 

Il y a beaucoup de prise de conscience, notamment pour Thymara qui ouvre enfin les yeux (et les nôtres) sur ce qui se passe réellement autour d’elle. On se rend compte que les relations entre les gardiens sont beaucoup plus complexes qu’il n’y parait. Par un hasard de circonstances, elle a été plus ou moins mise à l’écart du groupe et n’a pas vraiment été mise au courant de son fonctionnement. Les autres gardiens, jusqu’alors assez discrets dans le récit, vont prendre une vraie place dans l’intrigue et des personnalités vont se révéler. 

De même, Sédric va jouer un grand rôle dans ce tome-ci. Malgré le fait que l’on connaisse déjà assez bien le personnage, il va complètement être mis à mal et va devoir s’en sortir par ses propres moyens. On peut vraiment dire qu’il se révèle enfin à lui-même, ce qui va entrainer beaucoup de changement dans sa vie. Également, les motivations de certains personnages, concernant leur participation à cette expédition, se précisent. On se rend compte que tout le monde à plus ou moins intérêt à se trouver là et que rien n’est dû au hasard.  

Du coté des dragons, on se rend compte que leur malheureuse situation n’est pas figée. Eux aussi évoluent, que ce soit dans leur façon de penser ou de manière physique. Beaucoup de mystère les entoure encore et quelques questions restent sans réponse. Même si Sintara reste l’unique dragon auquel les pensées sont accessibles, les autres sont beaucoup plus présents qu’avant. On apprend à connaitre d’autres personnalités, comme Merkor ou la dragonne cuivrée. J’ai trouvé assez intéressant de voir l’histoire à travers le point de vue d’autres dragons. On se rend compte que tous ne vivent pas la situation de la même façon. 

Vous l’avez compris, ce troisième tome nous plonge réellement dans l’action et met en danger tous les personnages qui composent cette histoire. On peut vraiment dire que l’histoire et le suspens sont lancés. Tout le monde est mis en danger et la tension est vraiment palpable. A chaque page, je me suis demandé ce qui allait arriver et j'ai apprécié l'évolution de chacun des personnage. J’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture. 

FICHE TECHNIQUE : 

Titre : La fureur du fleuve 
Saga : Les Cités des Anciens (tome 3)
Auteur : Robin Hobb
Éditions : Pygmalion
Date de parution : 16 mars 2011
358 pages
22,30€ 
Extrait : Thymara demeura avec le cercle des spectateurs, en proie à une fascination mêlée d’écœurement, et, quand Leftrin s’avança avec son pot d’essence de térébenthine et son pinceau, elle dut détourner les yeux ; depuis que le sang de Sintara avait giclé sur son visage, elle ne sentait plus rien d’autre, et elle n’avait nulle envie d’en voir davantage. Avisant la dragonne bleue à l’extérieur du groupe, elle se fraya un chemin parmi les gardiens pour la rejoindre. "Je ne veux pas regarder, fit-elle à mi-voix. C’était déjà horrible d’assister à l’extraction d’un seul serpent de ton corps, et tu ne le portais pas depuis longtemps. Je ne peux pas regarder."

Partage !

0 petits mots