Chronique BD : L'Assassin Royal, tome 1, le Batard


Vous le savez déjà, je suis une grande fan de Robin Hobb. Je me suis essayée à toutes ses sagas je crois. L’Assassin Royal est l’un de mes préférées. J’ai voulu poursuivre l’aventure avec la BD, avec beaucoup d’appréhension quant à sa pertinence. Est-ce que cette adaptation vaut le coup ?


Fitz est le fils illégitime du prince Chevalerie, héritier du royaume des Six-Duchés. Conduit à la forteresse des Loinvoyants alors qu’il n’est encore qu’un enfant, il est confié au maître des écuries tel un rejeton bâtard de peu d’importance… Jusqu’à ce que le Roi Subtil le remarque et décide d’en faire son assassin personnel. Suivant en grand secret l’enseignement d’Umbre qui l’initie aux arcanes complexes de la cour, il est formé à l’Art Magique pourtant réservé au sang pur, sous le joug du cruel Galen qui n’aura de cesse de lui rappeler sa condition. Commence alors pour Fitz une longue initiation semée d’embûches, objet malgré lui de manigances dont il tente, en dépit de son jeune âge, de comprendre les enjeux …



Avant tout, et parce que je n’ai été que très moyennement convaincue par cette lecture, je tiens à préciser que je me suis replongée dans l’univers de la saga avec beaucoup de plaisir. J’ai apprécié revivre les premières années de Fitz et retrouver les personnages et les lieux.



Ce qui m’a d’abord frappé, ce sont les dessins. Je les ai trouvés un peu brouillon. J’ai eu l’impression que tous les personnages se ressemblaient et j’ai eu du mal à les distinguer. Ils sont également assez sombres, surtout au niveau des visages et des cheveux. Toutefois, j’ai trouvé les lieux assez bien reconstitué, un peu comme je les avais imaginé.



Le texte comporte beaucoup de narration. Il ne s’agit pas d’une histoire facile à expliquer et tout de ne peut pas passer par des dialogues. Les bulles narratives sont nécessaires pour comprendre l’univers  mais elles ralentissent aussi beaucoup le rythme.



De plus, je n’ai pas trouvé ces explications complètes, malgré leur grand nombre. Je pense que quelqu’un qui n’a pas lu les romans ne peut pas vraiment appréhender tous les tenants et aboutissants de l’intrigue. Des notions essentielles ne sont traitées en surface, comme l’Art (qui n’est défini) ou le Vif (qui est abordé que très rapidement). Ce sont des éléments forts de l’univers de Robin Hobb et j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas rendus à leur juste valeur dans ce premier tome.



Le scénario en lui-même suit parfaitement la trame du roman, sans en dévier. Il s’agit d’un condensé de ce qui se passe au début de l’intrigue. J’ai trouvé que les dialogues étaient assez réduits mais plutôt efficaces.



Je ne sais pas trop quoi penser de ce premier tome. J’ai été un peu déçue par les dessins. Je m’attendais à ce qu’ils soient aussi beaux que celui de la couverture, mais non. Il y a quelques passages flous qui peuvent certainement déranger les personnes n’ayant pas lus les romans. Je ne suis pas sûre que ça puisse convenir à tout le monde.



Il faut quand même souligner que c’est une saga très dense, avec beaucoup de personnages, de magies, de lieux, etc. Une adaptation BD est très complexe et représente réellement un défi. Pour le moment, je suis plutôt sceptique quant à la pertinence des choix qui ont été faits, mais ce premier tome est une introduction à la saga, tout comme l’est le premier volume de la saga écrite. Pour me faire un réel avis, je pense qu’il va falloir que j’en lise un peu plus. 

Je lui ai mis : 

FICHE TECHNIQUE : 





Titre : Le Bâtard
Saga : L'Assassin Royal (tome 1) 
Auteurs : Robin Hobb,

Partage !

0 petits mots