Chronique : Arthus Bayard et les maîtres du temps de Laurent Bettoni



Suite à une petite période de polar, je me suis relancée dans le domaine de l’imaginaire avec ce roman de Laurent Bettoni, Arthus Bayard et les maîtres du temps, découvert (et dédicacé) lors du Printemps du livre de Montaigu (Vendée). C’est aussi l’un des premiers romans de l’imaginaire dont l’univers ressemble au nôtre que je lis.
« Arthus avait-il bien entendu ? Sherlock Holmes en personne allait l’aider à résoudre une enquête. Trop la classe ! »

Arthus, 14 ans, se découvre un jour l’incroyable don de voyager dans le passé. Problème numéro un : il ne décide ni de l’heure de départ ni de la date d’arrivée. Problème numéro deux : il ignore tout ce qu’il est censé accomplir à une époque qui n’est pas la sienne. Problème numéro trois : lorsqu’il devine quelle est sa mission, il ne sait comment s’en dépêtrer.
Pourtant, accompagné de sa meilleure amie, Lalie la râleuse, de la gouvernante, Loreena la bagareuse, et de l’’homme à tout faire, Tomaso le froussard, il n’a pas une minute à perdre. En vingt-quatre heures chrono, la drôle d’équipe, qui se retrouve propulsée au début du XXe siècle, doit combattre quatre individus de la pire espèce et déjouer les plans de Chronos, maître du temps et de la destinée dont il détourne le cours à son profit.
Et quand la situation semble désespérée… elle peut devenir encore pire !

Mon avis est assez mitigé. Certaines choses m’ont plu, d’autres moins.

Arthus est orphelin. Il vit avec sa meilleure amie Lalie et les parents de cette dernière. Les pères de ces deux adolescents étaient amis et associés. Suite à la mort tragique de ses parents, Arthus éprouve un vide dans sa vie et remet en cause son confort social. Il est un peu utopique pour ses proches car il souhaite que tout le monde puisse subvenir à ses besoins.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est qu’à travers les aventures d’Arthus Bayard et ses compagnons, Laurent Bettoni nous présente des auteurs du siècle d’avant comme Marcel Proust ou Sir Arthur Conan Doyle. D’ailleurs, au sujet de ce dernier auteur, je pense que je vais très vite me procurer l’un de ses romans. Mais revenons-en à l’apparition de ces différents personnages qui ont marqué le siècle dernier. Leurs interventions permettent d’ancrer les aventures d’Arthus et de ses amis dans la véritable époque où se déroule le récit, de même avec des références historiques importantes (Le Titanic, etc).

Cependant, le gros point négatif que je trouve à ce roman, ce sont les personnages. Certains sont vraiment pénibles … Je n’avais qu’une envie c’était de les secouer bien fort pour qu’ils arrêtent de se comporter ainsi. Lalie est tellement superficielle, emmerdeuse ; Tomaso tellement craintif ; Loreena tellement sûre d’elle. J’en passe les détails. Ils sont tout simplement trop caricaturaux à mon goût

En parallèle de ce désagrément, ma lecture de ce premier opus s’est bien déroulée. Laurent Bettoni captive l’attention du lecteur par différents éléments, qu’ils soient d’actions, de suspens ou de réflexions. Cette troupe de voyageurs dans le temps est toujours accompagnée dans ses aventures par une personne de l’époque où elle se trouve. Celui-ci, sans connaître toute la vérité au sujet de ces étranges voyageurs, accepte de leur donner un coup de main dans leur lutte contre le mal.
Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est la fin qui reste ouverte et qui nous laisse sur notre faim de lecture. Elle est en effet surprenante côté révélations, ce qui engendre des questions dont les réponses viendront dans les prochains tomes.

Difficile pour moi de vous dire ce que je pense véritablement de ce roman … J’ai passé un bon moment, mais ce n’est pas un coup de cœur. Je pense toute fois que ce roman plaira aux adolescents.

Vous connaissez ?

FICHE TECHNIQUE : 

Titre : Arthus Bayard et les maîtres du temps
Auteur : Laurent Bettoni
Editions : Don Quichotte éditions (17 octobre 2013)
Collection : Fiction
364 pages
19,90€
Extrait : 
"Le garçon rejoignit Loreena et Lalie, tandis que le père de Sherlock Holmes prit la place de copilote, à côté de Tomaso. Un grand sourire aux lèvres, pointant sa canne en avant tel un sabre de cavalerie, il sonna la charge : « Chauffeur, à Montmartre ! » Sur ce cri de guerre, la De Dion-Bouton roula vers le repaire des voyous montmartois, ou, pour reprendre les mots de Conan Doyle, la diligence s’ébranla en direction du territoire apache. Avec à son bord un fameux équipage, constitué d’un écrivain légendaire, d’un homme de main dont c’était la maladresse et la frousse qui étaient légendaires, d’une nurse anglaise au caractère en acier trempé, d’une jeune fille aussi ravissante que capricieuse et d’un jeune homme capable de voyager dans le temps ; ces deux derniers s’entendant parfois comme chien et chat, parfois comme larrons en foire, se détestant ou s’adorant, d’une minute à l’autre."

Partage !

2 petits mots

  1. Il me tente depuis sa sortie à cause de "l'ingrédient Sherlock Holmes" mais ce que tu dis du caractère des personnage me refroidit un peu :/ Je verrais si je peux l'emprunter à la bibliothèque, histoire de me faire une idée et décider s''il doit rejoindre mes étagères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que "l'ingrédient Sherlock Holmes" est vraiment super ! Côté personnages, je pense que je commence à vieillir (24 ans) et que certaines choses commencent à me déplaire... Notamment la construction de personnages un peu trop simple à mon goût. Mais je conseille tout de même ce roman à ceux qui aiment beaucoup lire des livres pour ados ^^. N'hésite pas à me donner ton avis sur ce roman si un jour tu te lances dans sa lecture ^^

      Supprimer