Chronique : La Décrue, les Cités des Anciens #4, de Robin Hobb


Malgré une fin à gros suspens pour le tome 3, il m’a fallu pas mal de temps pour me décider à lire le quatrième opus des Cités des Anciens de Robin Hobb, La Décrue.  J’avais tout de même hâte de voir comment les choses allaient évoluer étant donné que toutes les cartes sont redistribuées. Cette suite a eu son lot de surprises. Voici ce que j’en ai pensé.

*** ATTENTION SPOILERS ***
À la suite de la crue catastrophique qui a frappé l’expédition, les survivants se retrouvent et s’efforcent de reconstituer un groupe cohérent, malgré les disparitions ; de nouvelles relations se forment, inattendues ou inespérées, d’autres poursuivent une évolution cahoteuse et malaisée, comme les dragons malformés qui continuent de grandir et de rêver de devenir un jour les maîtres du ciel, de la terreur et de la mer.
Dans un volume riche en surprises et en rebondissements, Robin Hobb approfondit encore sa peinture des humains, des dragons et de leurs relations difficiles, mais porteuses d’espoir en avenir meilleur.


Tout d’abord, on retrouve l’intrigue là où on l’a laissée, dans une suite directe sans laps de temps écoulé. Les personnages ont tous été mis à mal par une catastrophe naturelle, ce qui les pousse à une réadaptation à leur milieu et à leurs nouvelles conditions de vie. Chacun doit retrouver sa place parmi le groupe, ce qui n’est pas facile pour tout le monde.

Encore une fois, ce tome-ci explore la psychologie des personnages et la réaction propre à chacun face à ce lot d’avaries. De gros secrets sont dévoilés, blessant plusieurs d’entre eux, de même que les positions dans le groupe changent pour trouver un autre équilibre. Je dois dire que je suis satisfaite de l’évolution des personnages, et de tous cette fois-ci, même si certains sont plus exploités que d’autres. J’ai aimé suivre les principaux (Thymara, Alise, Sédric), mais aussi voir certains secondaires apparaitre plus souvent et avoir un peu plus de contenance (Belline, Skelli, Carson, etc.). Au final, chacun d’entre eux trouve son compte de péripéties, ce qui n’est plutôt pas mal pour un roman de 400 pages.

Au-delà des personnages, l’aventure aussi avance, et vers une fin que je ne m’attendais pas à arriver de sitôt. La quête devient beaucoup moins floue aux vues des découvertes et s’en trouve même beaucoup plus intéressante. Après avoir passé 3 tomes à naviguer sans trop trouver de réponses à nos questions, tout s’est éclaircit brusquement à la fin et je dois dire qu’il était temps ! Je ne me serais pas vue continuer encore un tome de plus dans le huis-clos d’une expédition aveugle comme ça. J’ai été à la fois surprise du dénouement mais heureuse que ça se termine comme ça.

D’un autre côté, on en apprend aussi plus sur l’univers des dragons, sur les « pouvoirs » et leur lien avec les Anciens. Bien qu’ayant deviné certains de ces aspects, j’ai été contente de pouvoir enfin les voir et avoir la confirmation sur ce que je pensais. Je dois dire que ce point-là de l’histoire m’intrigue tout particulièrement et que j’ai hâte de voir toute l’étendue des « transformations » qu’ils peuvent accomplir. De plus les dragons en eux-mêmes ont voient également une très belle évolution pour certains. Ça promet pour la suite !

Avec ce quatrième tome, on touche au point central de la saga, qui en compte 8. Je dirai qu’encore une fois, Robin Hobb a fait fort. Je n’ai pas vu venir le dénouement, du moins pas si rapidement et pas de cette façon-là. Même si j’ai trouvé certains passages narratifs un peu longs, notamment quand elle explore la psychologie de ses personnages, c’est un opus qui est riche et qui fait avancer d’un grand bon l’intrigue. Comme d’habitude, j’ai aimé ma lecture.

Par contre, je me pose des questions concernant la suite et la façon dont l’intrigue va être relancée. Il va falloir que l’auteur fasse preuve d’innovation pour enrichir son récit puisque la fin de La Décrue met un point de conclusion à de nombreuses interrogations. J’ai très envie de voir comment Robin Hobb va se dépatouiller de tout ça. 

Je lui ai mis : 

FICHE TECHNIQUE : 

Titre : La Décru
Saga : Les Cités des Anciens (tome 4) 
Auteure : Robin Hobb 
Editions : France Loisirs (2012)
391 pages 
9,99€ 
Extrait : 
Et quel genre d’homme était-il pour éprouver du soulagement à l’absence de Sédric, au lieu de chagrin ? C’était l’ami d’Alise depuis l’enfance, il le savait ; il le jugeait agaçant, gâté et un peu bécasse, mais Alise avait de l’affection pour lui, et elle se demandait sans doute s’il n’était pas mort ou s’il ne se trouvait pas dans une situation tragique. Et lui, Leftrin, brute qu’il était, voyait seulement qu’Alise et lui avaient le bateau pour eux !Il acheva son tour de la gabare et resta un moment immobile sur la proue camarde de Mataf. Se penchant sur la lisse, il observa la « berge » ; quelque part, les dragons dormaient dans la boue, mais il ne les voyait pas. La forêt formait une muraille de poix devant lui. Il s’adressa à son bateau. "Eh bien, demain sera un autre jour, Mataf. Carson reviendra, avec ou sans survivants, et ensuite quoi ? On continue ?"

Partage !

0 petits mots