Chronique : La Vie de Bouddha #1 d'Osamu Tezuka !


Je ne vous les ai pas présentés dans un IMM, mais je me suis fait prêter toute la série La Vie de Bouddha de maître japonais Osamu Tezuka. Il s’agit de 8 mangas retraçant la vie de Bouddha, comme son titre l’indique. J’ai dévoré le premier volume. Voici ce que j’en pense.

Siddhârta est prince, dans un royaume situé à la frontière du Népal et de l’Inde. Un beau jour, il quitte le palais et se retrouve confronté à la réalité de la vie. Dès lors, il n’aura de cesse d’apprendre et de rechercher la cause originelle de toute chose. Ce voyage initiatique de près de 3 000 pages fera de lui le Bouddha historique. Avec simplicité et humour, nous découvrons la vie complète de l’homme “éveillé”, personnage légendaire né il y a déjà 2 500 ans, mais dont les enseignements restent, par leur humanisme, plus que jamais d’actualité.


J’aimerai d’abord vous dire un mot sur l’objet-livre en lui-même. La couverture en dure et un fini velouté en font un très bel objet de collection. Les 8 mangas réunit sont vraiment superbes. De plus, cette édition-ci a repris le sens de lecture européen et inclus au début et à la fin quelques planches en couleur et sur papier glacé. Bref, ce sont de petites merveilles !

Il fait savoir que ce manga a été écrit et publié initialement entre 1974 et 1983, ce qui explique beaucoup de choses, comme la nature des dessins par exemple. J’ai tout de suite été frappée par leur simplicité. Ça m’a rappelé les très vieux magazines de Pif et Paf que je lisais étant petite chez ma grand-mère. Il n’y a pas beaucoup de détails, les formes ne sont pas précises. On est vraiment dans un type de dessins particulier et j’ai trouvé que ça donnait une certaine ambiance à l’histoire. On sent que ces mangas appartiennent à une autre époque.

Au début, j’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’intrigue. On suit plusieurs personnages, qui n’ont apparemment rien à voir avec Bouddha. Puis ces protagonistes se rencontrent, forment une histoire assez dramatique autour des conditions de vie et des disparités entre les différentes castes indiennes. On comprend que c’est une société de grandes inégalités et dont la majeure partie de la population vit dans la misère. Le contexte est très réaliste et très bien expliqué, ce que soit par les bulles narratives du début qu’à travers les dialogues.

A côté de tout cet univers extrêmement concret, on retrouve des éléments totalement surnaturels, emprunts de spiritualité et de magie. J’ai beaucoup aimé ce côté fantastique et j’ai trouvé qu’il s’insère très bien dans le contexte réaliste. Ce ne sont pas deux univers qui s’affrontent mais plutôt deux réalités imbriquées l’une dans l’autre. C’est très réussit.

J’ai trouvé les personnages assez attachants. L’histoire avance vite et on n’a pas trop le temps d’explorer leur psychologie mais on comprend leurs actes et leurs parcours personnels. Les épreuves qu’ils doivent affrontés sont assez extrêmes et chacune d’entre elles m’a poussé à réfléchir sur la situation et sur la leçon à en tirer. Il ne s’agit pas du tout d’un récit moraliste mais plutôt de pistes de réflexions, sans imposer un point de vue en particulier. Divers sujets sont traités : les inégalités sociales, le bien et le mal, la place de chaque être vivant dans l’univers (le thème des animaux est très présent), le sacrifice, la justice, la famille, le rôle précis de chacun. Bref, on touche à une myriade de thématiques qui forment un récit riche. 




Le récit est dense et bien mené. Petit à petit on se rend compte d’où on va. Ce premier volume donne un contexte de base à la suite de l’histoire et introduit Bouddha par sa naissance mais aussi par tout l’espoir qu’il représente pour une population totalement malmenée et en manque de guide. J’ai beaucoup aimé découvrir ce contexte si particulier et j’ai vraiment hâte de poursuivre cette épopée.

A côté de tous ces thèmes et évènements extrêmement graves, Osamu Tezuka a su introduire énormément d’humour dans son récit. Ça faisait un moment que je n’avais pas autant rit un livre à la main ! Cet humour est complètement décalé, avec des anachronismes et des répliques contemporaines qui n’ont pas de sens dans l’Inde du IIIème millénaire avant JC. Ce côté très rigolo permet d’alléger l’histoire. C’est comme une bouffée d’air frais dans une ambiance très lourde. J’ai trouvé que ces traits humoristiques étaient vraiment les bienvenues, peut-être même nécessaires, et qu’ils font passer les pages vraiment très vite. Le récit est très fluide et la dernière page arrive presque trop vite.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce manga. C’est une excellente découverte. J’ai aimé l’histoire, les dessins, l’humour et même l’objet livre. Il est très accessible, même pour quelqu’un qui ne lit pas normalement ce genre d’ouvrage. Je pense que ça va être pour moi une très belle entrée en matière concernant le bouddhisme et un récit plein d’enseignements. Je pense lire la suite très prochainement.

Je lui ai mis :


FICHE TECHNIQUE :





Titre : Kapilavastu
Saga : La Vie de Bouddha (tome 1)
Auteur : Osamu Tezuka
Éditions : Tonkam (28 mai 2014)
Collection : Découverte
400 pages
15,50€

Partage !

0 petits mots