Chronique : Lady Vivian Hastings, le tome 1 de Long John Silver


J’ai déjà lu cet album il y a 8 ans lors de sa sortie, quand j’étais encore au lycée. Je me rappelle que je l’avais lu sur place, dans la librairie, histoire de passer le temps. J’avais beaucoup beaucoup aimé, au point que la saga, même si je ne l’ai pas lue dans son intégralité, à directement fait partie de mes favorites. La semaine dernière, j’ai décidé de relire Lady Vivian Hastings, et de finir la série Long John Silver cette fois-ci.

Si chacun connaît L'Île au trésor, qui sait réellement ce qu'il est advenu du pirate Long John Silver ? Xavier Dorison et Mathieu Lauffray ont tout simplement entrepris de raconter son histoire, nourris par les récits de grande aventure et de piraterie. Somptueux ! Délaissée par son mari parti découvrir le nouveau monde depuis plusieurs années, lady Vivian Hastings est restée à Bristol, en Angleterre. Seule ? Pas tout à fait : Vivian, consciente de son charme, ne manque pas de courtisans. Ceux-ci ne connaissent pas sa situation matérielle...


Le temps passe et mon esprit avait effacé pas mal de détails. J’ai pris beaucoup de plaisir à redécouvrir cet album. L’univers est riche. On découvre Lady Vivian Hastings, une bourgeoise déchue et désespérée, monnayant son corps contre de quoi conserver ses privilèges après que son mari soit parti faire fortune en Amérique. D’abord, je l’ai trouvée sans cœur et puis quelques éléments nous suggère en fait, elle pourrait bien être beaucoup plus complexe qu’elle ne parait.

L’histoire de fond est assez intéressante et pleine de mystère, faisant appel à plusieurs mythologies différentes. Tout se passe à l’époque de l’exploration des Amériques, alors que l’eldorado est dans tous les esprits. Une cité mythique entre en jeu, promesse de trésors. Mais le parcours est semé d’embuches et pour faire cette expédition, quoi de mieux qu’un équipage de pirates aguerris ? J’ai adoré l’ambiance qui se dégage de ce mélange. 


L’univers est assez sombre, rempli de déchéance et de personnages d’apparences pas très fréquentables. Là encore, il se pourrait bien qu’il faille de méfier des apparences … Les méchants ne sont pas forcément ceux qu’on croit. Les dessins servent très bien cette ambiance, notamment grâce aux couleurs.

Ce premier album est assez introductif, posant les bases de l’intrigue à venir. Chacun des personnages trouve sa place dans un groupe très hétérogène mais qui semble fonctionner. On sait d’avance que tous vont essayer de tirer son épingle du jeu, ce qui promet un scénario assez sportif. J’ai hâte de savoir comment le tout va se dénouer et surtout de rencontrer le mystérieux Hastings dont on parle depuis le début sans jamais l’avoir vu ...

Je lui ai mis :

FICHE TECHNIQUE :





Titre : Lady Vivian Hastings
Saga : Long John Silver
Scenario : Xavier Dorison
Dessins : Mathieu Lauffray
Editions : Dargaud (17 mai 2007)
58 pages
14€

Partage !

1 petits mots

  1. J'ai bien aimé cette série. En plus une BD en seulement 4 tomes, c'est assez rare pour être apprécié ;)

    RépondreSupprimer