Chronique : L'Affaire Charles Dexter Ward de Howard P. Lovecraft

affaire-charles-dexter-ward-howard-lovecraft-horreur-fantastique

Lovecraft, tout comme Poe, est l’un des maîtres incontestés de la littérature d’horreur. J’aime beaucoup ces univers très noirs, très mystérieux. Pourtant, Lovecraft était un des grands absents de ma bibliothèque. Je n’avais jamais pris le temps de l’aborder. Pour combler cette lacune, j’ai choisi sa plus longue nouvelle, L’Affaire Charles Dexter Ward, écrite en 1927 mais publiée seulement en 1941 de manière posthume.

Charles Dexter Ward, jeune étudiant féru d'archéologie, d'histoire et de généalogie, découvre un jour que Joseph Curwen, jugé pour sorcellerie à Salem, est un de ses ancêtres. Curieux de nature, il part à la recherche de son histoire. Dès le début de son enquête, Charles acquiert de prodigieuses connaissances historiques, compensées par une étrange amnésie du temps présent. Il développe en outre un inquiétant mimétisme avec son aïeul. Devant ces répercussions inattendues, le docteur Willett, médecin et ami de la famille Ward, part à son tour en quête.


L’histoire de Charles Dexter Ward est décrite à travers les yeux du docteur Willett, qui suit de très près l’évolution du jeune homme et qui se retrouve malgré lui à enquêter, mu par sa curiosité et son envie de comprendre ce qui arrive à son patient. Tout le récit s’appuie sur une accumulation de témoignages, de lettres et d’impressions, menant progressivement à un éclaircissement du mystère, jusqu’à un dénouement final inattendu.

Ce point de vue interne et cette forme d’enquête nous permet une immersion complète dans l’histoire. On découvre tous les éléments en même temps que Willett et évidemment, on se pose les mêmes questions que lui. Personnellement, j’ai été tenue en alène tout du long, allant de découverte en découverte. J’avais toujours envie d’en savoir plus pour mieux comprendre. Choisir ce schéma narratif a été très judicieux de la part de l’auteur.

Le récit est également ponctué de longues descriptions s’attachant aux personnages et aux lieux. Il s’agit d’un usage caractéristique du XXème siècle. Je dois avouer que c’est le point noir de la nouvelle pour moi. Certains passages sont assez longs et pourront en rebuter plus d’un. Le rythme du récit en est largement alourdi. Toutefois, ce sont ces descriptions qui marquent le style de l’époque et de l’auteur. Elles font parties intégrantes de l’œuvre, c’est pourquoi je n’ai pas eu trop de mal à passer outre.

Les personnages sont assez nombreux et donnent de la substance à l’histoire. Le docteur Willett est un homme bien courageux. Je ne pense pas que j’aurai accompli la moitié de ce qu’il a fait dans l’espoir de sauver son patient. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il ne se dégonfle pas et qu’ils prennent les choses en main jusqu’à la toute fin où j’ai trouvé le rebondissement final assez malin.

L’intrigue est très bien ficelée. Le thème abordé est un grand classique de la littérature d’horreur, mais il est très bien pensé. La construction du récit nous oriente rapidement dessus, quoi que le flou subsiste assez longtemps. Des rites, des incantations et tout un univers mystique est créé, s’articulant parfaitement. Je n’ai relevé aucune incohérence et le récit est tellement ancré dans la réalité qu’on se laisse très facilement prendre au jeu. Et si c’était une histoire vraie ? Et ce genre de trucs existait ? Le frisson est garanti !

Le suspense est gardé jusqu’au bout et le dénouement est assez rapide. Quelques explications nous sont données mais j’aurai aimé un peu plus de détails. Certaines questions ne trouvent pas de réponse. J’ai trouvé que c’était assez cruel de la part de l’auteur de ne donner que si peu d’éléments de réponses mais en même temps, le mythe est entretenu jusqu’au bout, laissant l’imagination du lecteur faire le reste. Je pense que chacun aura une vision différente du récit tant il peut être interprété différemment. Je suis assez mitigée parce que j’aime bien ce principe, mais en même temps, je suis frustrée de ne pas savoir réellement ce qu’il est en est …

Je retiens notamment de L’Affaire Charles Dexter Ward un univers noir et frissonnant, parfois à la limite du gore. C’est un vrai conte d’Halloween. Howard P. Lovecraft nous offre un récit très bien construit, avec une mythologie très intrigante s’inscrivant dans son fameux mythe de Cthulhu grâce à quelques détails. J’ai été complètement convaincue par cette lecture qui répondait totalement à ma soif d’horreur et de mysticisme. Je conseille cette nouvelle à tous ceux qui veulent se faire peur.

Je lui ai mis :
  • 4,5/5 sur Gooderads
  • 18/20 sur Livraddict

FICHE TECHNIQUE :

affaire-charles-dexter-ward-howard-lovecraft-horreur-fantastique



Titre : L’Affaire Charles Dexter Ward
Auteur : Howard P. Lovecraft
Éditions : J’ai lu (2007)
126 pages
4€
Extrait :
"Néanmoins, il remarqua en frémissant de curiosité que le passage de la Bible mentionné par Curwen (Job 19,14) était le verset bien connu : 'Si un homme meurt, revivra-t-il ? Pendant tout le temps qui me sera alloué, j'attendrai jusqu'à ce que vienne mon remplacement.'"

Partage !

0 petits mots