Chronique - Le Fléau* de Stephen King


Lorsque Lucie m'a proposé de faire le Hallowctober, j'ai tout de suite accepté. Et par le plus grand des hasards j'avais sous le coude le livre parfait pour réaliser ma premier chronique. Je parle bien sûr du maître incontesté de la littérature contemporaine d'horreur : Stephen King et son livre Le Fléau*.


Il a suffit que l'ordinateur d'un laboratoire ultra-secret de l'armée américaine fasse une erreur d'une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l'Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %. Dans ce monde d'apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël : une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun.
Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l'Homme sans visage, l'Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L'incarnation des fantasmes les plus diaboliques, destinée à régner sur ce monde nouveau. C'est la fin des Temps, et le dernier combat entre le Bien et le Mal peut commencer. 

Le Fléau* est conté à travers l'histoire de plusieurs personnages. En effet chaque chapitre concerne une personne. Pour les gens n'ayant pas l'habitude de cette manière cela peut paraître compliqué. C'est en tout cas ce que j'ai ressenti, je me suis même perdu plusieurs fois dans les personnages qui sont en effet très nombreux. On s'attache très vite à eux (une fois qu'on a retenu tous les noms !). On se prend de pitié pour ces personnages qui perdent toute leur vie petit à petit et qui se retrouvent seuls. On les voit pleurer, vouloir se suicider, devenir fou. King ne fait pas de ses personnages des héros, bien au contraire. Ce sont des gens comme vous et moi. Si on y réfléchit bien, ce qui se passe dans ce livre pourrait arriver à n'importe quel moment et on se retrouverait exactement dans le même situation.

Stephen King nous fait partager ces moments et ces ambiances par de longues descriptions. Cela m'a permis de rentrer dans le livre et d'oublier ce qui se passe autour de moi. Sans aucun spoil, Stephen King est un expert dans la description de cadavres (c'est même inquiétant pour lui !). Pour tout vous dire, je me suis sentie parfois mal en lisant certains passages, soit à cause de l'ambiance dégagée, soit à cause de la descente aux enfers des personnages, soit à cause des descriptions de mort et parfois de cannibalisme.

Et puis d'un coup, on assiste à un tournant dans l'histoire. On passe d'une intrigue qui pourrait être réelle à un véritable conte d'horreur. En effet, et ce n'est en aucun cas un spoil (c'est écrit dans la quatrième de couverture), l'apparition de cet homme du nom de Randall Flagg vous fout clairement les pétoches ! On ne sait pas trop comment le décrire. Est-ce un tueur ? Est-ce une hallucination ? Ou même encore pire ... Le Diable en personne ?
 
A l'heure exacte où j'écris cet article je n'en sais pas plus que vous et j'ai hâte de découvrir finalement qui est cet homme dans le second volet. Randall Flagg ou l'Homme sans visage comme les personnages le nomment dans le livre, représente pour moi l'un de mes plus grands cauchemars. C'est le genre d'homme complètement dingue qui pense qu'il représente le Bien alors que c'est tout l'inverse !

Pour conclure, je dois avouer que, pour mon premier roman de Stephen King, je suis plutôt satisfaite malgré quelques points noirs selon moi. Certains passages sont vraiment très très longs. Je ne m'en cache pas, j'ai passé des pages sans les lire. Comme dit plus haut, les nombreux personnages et les chapitres changeants à chaque fois m'ont parfois rebuté. Mais c'est avec plaisir et soif de savoir la fin que je vais lire Le Fléau**.
 

Dites moi en commentaires si je vous ai donné envie de lire ce livre ou donnez moi votre avis si vous l'avez déjà lu et si vous avez des recommandations pour d'autres chef-d’œuvre de Stephen King.

Je lui ai mis : 

FICHE TECHNIQUE :

Titre : Le Fléau* 
Auteur : Stephen King
Éditions : Le Livre de Poche (2008)
764 pages
8,60 €
Extrait :
" Il jeta un coup d'oeil à ce bon vieux Popaul qui battait  furieusement la mesure. Non Popaul n'était pas d'humeur à la laisser dormir. L'hymne national l'avait mis dans une forme superbe. Larry ouvrit donc la tente et se glissa à l'intérieur.
- Rita ? 
Il s'en rendit compte aussitôt, après l'air vif et pur du petit matin ; il devait être encore à moitié endormi tout à l'heure pour ne pas l'avoir remarqué. L'odeur n'était pas très forte, car la tente était assez bien aérée. Mais on ne pouvait pas s'y tromper : c'était l'odeur aigre-douce du vomi, de la maladie. 
- Rita ?" 

Partage !

1 petits mots

  1. Je ne connaissais pas du tout ce roman de King, tu m'as donné envie de le découvrir ! :)

    RépondreSupprimer