Chronique - 1984 de George Orwell


Lorsque que j'ai dit à mon petit ami que l'un de mes romans préférés est Hunger Games et que je suis une grande fan de dystopie, il m'a tout de suite tendu l'un de ses livres favori et selon lui la "bible de toutes les dystopies du monde" : 1984 de George Orwell. 


 De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. "BIG BROTHER VOUS REGARDE", répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

George Orwell est le père fondateur de la dystopie. Écrit en 1948, 1984 nous relate l'histoire d'un monde totalitaire, sous l'emprise de ce fameux Big Brother et de son slogan à vous faire froid dans le dos : "Big Brother is watching you". Nous rentrons dans un univers aux libertés réduites à néant. Tout est conditionné, tout est surveillé, sous contrôle. 

Nous suivons ce monde à travers le regard de Winston Smith, un homme de 39 ans. Son travail au Ministère de la Vérité consiste à changer la vérité dans les archives des journaux et des papiers officiels. Contrairement au reste de la population, Winston n'arrive pas à oublier le passé qu'il efface. Il se pose alors énormément de questions et notamment une en particulier : Existe-t-il des personnes qui soient contre Big Brother et son gouvernement totalitaire ? 

Avec l'écriture d'Orwell on rentre littéralement dans ce Londres démunit de libertés. En temps que jeune lectrice pleines de convictions, ce livre m'a bouleversé et révolté. J'espère que jamais notre monde se retrouvera dans cette situation. Quand je vous parle d’abolition des libertés c'est qu'il n'y en a vraiment plus du tout.  

Orwell m'a vraiment passionné, avec ce monde entier qu'il a inventé et qui est sans faille. En effet, dans les nouvelles dystopies de la littérature jeunesse, les héros trouvent toujours une solution pour s'en sortir et pour vaincre de le système. Mais ici, même si l'auteur nous laisse une belle surprise à la fin du livre, on peut chercher au cours de notre lecture et on ne trouve pas de failles. On espère beaucoup, on nous fait croire beaucoup de choses, on émet des hypothèses.

Il est pour moi très dur d'écrire une chronique sur ce livre tellement il m'a bouleversé. On rentre véritablement dans le tête de Winston et se pose les mêmes questions que lui. On le voit évoluer, réfléchir mais aussi s’effondrer et plonger au plus bas. On arrive véritablement à s'attacher à lui et a détester Big Brother. On se sent citoyen de ce Londres totalitaire.

Pour conclure je dois dire que ce livre a été une révolution pour moi. Si je ne lui attribue que 18/20 c'est parce qu'à mon goût certaines descriptions sont parfois trop longues et inutiles. Je pense que c'est un très bon ouvrage et que chaque personne amateur de dystopies, et de science fiction devrait le lire pour comprendre vraiment ce que qui pourrait, peut être, être notre futur.

Je lui ai mis : 

FICHE TECHNIQUE : 

Titre : 1984 
Auteur : George Orwell 
Éditions : Folio
391 pages 
8,50 € 
Extrait : 
- Comment un homme s’assure-t-il de son pouvoir sur un autre, Winston ? 
- En le faisant souffrir, répondit-il.  
- Exactement. En le faisant souffrir. L’obéissance ne suffit pas. Comment, s’il ne souffre pas, peut-on être certain qu’il obéit, non à sa volonté, mais à la vôtre ? Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies. Commencez-vous à voir quelle sorte de monde nous créons ? C’est exactement l’opposé des stupides utopies hédonistes qu’avaient imaginées les anciens réformateurs. Un monde de crainte, de trahison, de tourment.

Partage !

0 petits mots