Les Utopiales 2015 : nos impressions !

utopiales-nantes-2015


Nous voici, après 3 jours de festival intenses et avec encore quelques étoiles dans les yeux, pour vous parler de nos impressions sur les Utopiales 2015. Cette année, comme les précédentes, a été riche en enseignements, en découvertes et en rencontres.Voilà le bilan !

 Les conférences 

Interstellar est-il un film réaliste ?
Lucie : Cette conférence a été la toute première donnée cette année et qui plus est par l’astronome et président des Utopiales, Roland Lehoucq. Tous les aspects d’Interstellar n’ont pas été traités mais les points discutées ont été décryptées de manière précise et abordable pour le grand public. Ça m’a beaucoup amusé de comprendre le film de façon scientifique et savoir ce qui était plausible ou non en fin de compte.
Amance : Cette conférence était pour moi tout simplement passionnante. Interstellar est une film que j'aime beaucoup et je me sentais obliger dans savoir un peu plus, de savoir ce qui était vrai ou faux. J'ai adoré Roland Lehoucq ! En effet on pourrait croire qu'étant astrophysicien, il utiliserait des mots scientifiques et des formules mathématiques compliquées. Mais ce fut tout le contraire. Son explication était compréhensible par tous, avec un rappel important des lois basiques de la physique, le tout agrémenté d'une pointe d'humour. Pour moi ce fut une très bonne entrée en matière pour ces Utopiales 2015.

Les coulisses de la production de jeux vidéo :
Amance : Une conférence assez particulière sur un sujet qu'on semble connaître alors que non pas du tout ! En effet, en présence des studios de jeux vidéos Glommywood (Lyon), Alkemi (Nantes) et Darjeeling, nous (mon petit-ami et moi) avons assistés à une foire aux questions. Nous avons découverts à quel point il est long, difficile et coûteux de faire un jeu vidéo qui vaut la peine d'être vendu mais surtout joué ! Ce fut une table ronde très intéressante car nous en savons désormais plus sur les mystères de la production de jeux vidéos en pleine extension.

Rencontre avec Chi Ta-wei et la science-fiction taïwanaise :
Lucie : J’ai beaucoup aimé cette rencontre, qui a été très riche en nouveaux horizons. La science-fiction étant perçue comme très occidentale, c’était intéressant de voir comment elle est appréhendée en Asie et surtout qu’elles ont été les influences de l’auteur. Il nous a parlé de ses débuts, de ses choix, de ses engagements. Pour lui, la littérature est un moyen de faire passer des messages sans être censuré par son État. Membrane est son premier roman traduit en français et il se pourrait bien qu’il arrive dans ma PAL très prochainement.  

chi-ta-wei-membrane-asiathèque

The Pratchett Legacy : 
Lucie : Honte à moi, je n'ai jamais lu de Terry Pratchett. Pourtant, je voulais absolument assister à cette table-ronde pour mieux connaitre l'auteur et pour me donner envie de le lire. Chacun y est allé de son souvenir personnel et de sa théorie sur l’œuvre. J'ai beaucoup aimé les discussions et j'ai noté quelques références pour lancer. Vous en entendrez certainement bientôt parler ! 

Rencontre avec M.R. Carey, l'homme qui avait tous les dons : 
Lucie : Là encore, il s'agit d'un auteur que je ne connaissais pas mais j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écouter. Il nous a surtout parlé de son expérience en tant qu'auteur, de Celle qui avait tous les dons (son dernier roman) et de son adaptation au cinéma. C'était très intéressant.
Marianne : Rencontre qui a été un peu plus difficile pour moi à comprendre car celle-ci était en anglais. Et, comment dire... mon niveau d'anglais est tout simplement au ras des pâquerettes ^^ Et oui, c'est ça quand on n'a jamais aimé l'anglais et qu'on ne l'a pas du tout pratiqué depuis le bac...

carey-celle-qui-avait-tous-les-dons
Matières à fiction ! Les nouveaux matériaux dans les œuvres de science-fiction :
Lucie : Malgré l'aspect très technique de cette conférence, j'ai tout compris et beaucoup aimé le fait qu'il soit discuté crédibilité de ces matières extraordinaires qu'on ne rencontre que dans les livres de SF. On se rend compte que certains auteurs sont très bien renseignés, voire carrément précurseurs, mais que d'autres en revanche sont complètement affabulateurs. 

Pour une approche rationnelle de la magie : la science-fantasy 
Lucie : La question principale de cette rencontre a été posée sur le réalisme de la fantasy en comparaison avec la science-fiction. Quelques points très intéressants ont été soulevés et les trois auteurs présents ont abordés leur procédé de création et d'écriture, chacun voulant établir des univers crédibles et cohérents. Malgré tout, la séance est partie un peu dans tous les sens et le propos n'a pas toujours été très clair.
Marianne : Je suis un peu du même avis que Lucie là dessus. C'est vrai que le déroulement de la conférence ne répondait pas vraiment à ce qui était présenté. Cependant, j'ai trouvé ce temps d'échanges très intéressant, car j'ai découvert les méthodes de création de trois auteurs différents. Méthodes qui se recoupaient sur certains points.

Les réalités subjectives : le monde ne serait-il qu'une représentation ? 
Lucie : Schizophrénie, perception, relation au monde, tous ces points ont été abordés. C'était assez intéressant de voir le point de vue de chacun, notamment parce que c'est très subjectif. Toutefois là encore, le manque de rigueur dans le développement de la table-ronde a gèné la progression du propos.

Et si une découverte archéologique modifiait notre interprétation du passé ?
Lucie : Il s'agit là certainement de la plus grosse déception du festival. Étant donné le titre, je m'attendais à ce qu'on parle un minimum d'archéologie, tout en ayant peur d'entendre des bêtises. Le mot "archéologie" n'a pas été prononcé une seule fois. Pire, des confusions énormes ont été faites entre histoire et mémoire. Bref, ce n'était pas ce à quoi je m'attendais et je regrette que des imprécisions si dangereuses ont été commises.


 Les expositions 

Manchu :
Lucie : J’ai beaucoup aimé rencontré l’univers de Manchu. Ses tableaux sont à la fois très précis et très lumineux. On a une forte impression de relief et de profondeur. En plus de ça, les mises en scènes sont à la fois réalistes et parfois plein d’humour. mais ce qui m'a le plus frappée, ce sont les couleurs. Elles sont d'une intensité folle, ce qui rend l'ambiance de ces créations totalement uniques. Personnellement, je me verrai bien accroché quelques-unes de ses réalisations dans mon salon … !
Amance : Bon Lucie, il faut que tu arrêtes d'écrire les articles avant moi parce que tu me piques toutes mes idées et je ne sais plus quoi dire maintenant ! J'aimerais juste rajouter que j'avais parfois envie de rentrer dans les tableaux, tellement les univers sont beaux, tranquilles et profonds. 



Wika :
Lucie : J’ai juste adoré cette exposition. Ma première visite a été un de mes moments préférés cette année. J’y suis retournée pas mal de fois et je suis émerveillée à redécouvrir les détails et la construction des tableaux. Entre les coups de pinceaux et les différents ajouts – dentelles, rouages mécaniques, collages divers – il y a beaucoup à voir sur ces créations. Ce sont de vraies merveilles !
Amance : Juste un immense WAOUH ! Des dessins pleins de détails qu'on passe plusieurs minutes à déchiffrer. Des elfes et des vampires qui se battent entre eux : une bonne histoire !
Marianne : Comment dire ... J'en ai juste pris plein les yeux ! C'est l'exposition que j'ai préféré de part ses détails et ses couleurs. C'est vraiment un travail magnifique et j'ai très envie de découvrir l’œuvre dans son intégralité.


  Les films 

Gost in the Shell 
Amance : Malgré quelques petits dérangements (un son trop fort dans une salle pas très adaptée pour la projection d'un film) ce fut une très agréable surprise pour un film que je connaissais pas du tout. En effet ce film qui peut se traduire par "Un fantôme dans la coquille" (et non "Un fantôme dans la moule" Lucie !). C'est film d'animation japonaise est un fondamental de la japanimation. On rentre dans un univers qui pourrait bientôt être le notre, avec les créations de personnes complètements cybernatisés presque indestructible.


 Nos Achats 

Lucie : Malgré toutes les tentations de la librairie très fournie des Utopiales, je n'ai acheté qu'un seul livre, que je voulais absolument en format papier :
  • Rois du Monde, tome 1 : Même pas mort de J.-P. Jaworski
Amance : Autant le dire clairement : j'ai craqué mon porte monnaie et la carte bleue a chauffé ! Mais bon, on a qu'une vie (chuut je me cherche des excuses !).
J'ai acheté :
  • Le Fléau ** de Stephen King
  • Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley
  • Le cycle de la Fondation, Tome 1 : Fondation d'Isaac Asimov
  • Les Larmes du Cardinal Tome 1 de Pierre Pevel
Ainsi que deux cadeaux de Noël que je ne peux citer ici car il y a des petits curieux qui traînent !  

Partage !

0 petits mots