L'interview du mois : Pierre Grimbert, souverain de Gonelore !

pierre-grimbert-interview-gonelore

Pour cette quatrième édition de l'interview du mois, j'ai eu le privilège de poser quelques questions à l'un des auteurs de fantasy jeunesse français les plus connus, Pierre Grimbert, le souverain de Gonelore !

Pierre Grimbert, bonjour ! 

Vous êtes auteur de romans de fantasy. A 45 ans, vous cumulez déjà 18 ans de carrière en tant qu’écrivain et vous avez publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, dont les fameux Cycles de Ji. Grâce à cette saga, vous avez connu le succès très jeune, vous ouvrant les portes de la publication à l’international. Vous avez également fondé votre propre maison d’éditions avec votre épouse, privilégiant l’imaginaire et l’humour notamment. Ce mois-ci, vous publiez le tome 4 de votre saga en cours, Gonelore, entamant ainsi une seconde saison. 

Vous semblez écrire extrêmement vite. D’où vous viennent tous ces univers extraordinaires ? Vous êtes d’un naturel très créatif ?
Je commence par vous remercier pour ces compliments … Mais, non, je ne prétends pas être particulièrement créatif. L’écriture est mon métier depuis tant d’années que je me vois plutôt comme un artisan ayant acquis un peu d’expérience dans une (seule) discipline. Et si j’avance finalement assez vite lors des phases de rédaction, j’ai besoin de plusieurs semaines/mois de tampon entre deux romans pour reprendre mon souffle, et préparer le tome suivant. Bref, pour moi, écrire un livre est avant tout une question de patience et de ténacité. Et l’imaginaire, ça s’entretient, comme la pratique d’une langue étrangère…

Écrire de la fantasy, ce genre si particulier, ça a été une évidence ? Vous êtes tombé dedans quand vous étiez petit ou est-ce qu’un écrivain, un roman précis vous a inspiré ?
Effectivement, ça a été une évidence, dès l’instant où j’ai décidé de rédiger un premier roman et de m’y tenir jusqu’au bout. Il fallait qu’il y ait des combats à l’épée, un soupçon de magie, des contrées dangereuses et exotiques, un souffle épique… Pourquoi ? Aucune idée. À moins qu’il s’agisse de conserver un lien avec les fictions lues pendant mon enfance, les contes de fée, Arthur et ses chevaliers, Robin des bois… Je trouve aussi que face à notre monde moderne ultra-rapide, de plus en plus dématérialisé et agressif, la fantasy permet de garder un certain sens du réel. Paradoxal, pour une littérature de l’imaginaire !

Avoir fondé les Éditions Octobre il y a 11 ans, c’était une manière de vous donner plus de liberté dans votre écriture ? De se détacher des contraintes imposées de manière générale par les maisons d’éditions ?
Tout à fait ; l’idée était d’aller plus loin dans le processus de création, en endossant la responsabilité de tous les aspects de l’édition de nos livres. Cela représente un surcroît de travail, mais procure aussi davantage de plaisir lorsqu’un titre reçoit la faveur des lecteurs à la fois pour son fond et sa forme. À cela s’ajoute maintenant la satisfaction d’avoir fondé et maintenu en activité une entreprise pendant plus d’une décennie - toutes proportions gardées, bien entendu.

gonelore-pierre-grimbert

Revenons à Gonelore. Comment est née cette saga ? Est-ce que c’est le fruit d’une longue maturation dans votre esprit ou au contraire, une écriture coup de tête ?
C’est une série que je prépare depuis de nombreuses années. Dans mon esprit, elle a même déjà connu plusieurs versions ! Du moins, c’était vrai jusqu’à la rédaction du premier tome ; car l’histoire s’est alors « figée » à mesure que Vargaï, Jona et les autres personnages vivaient leurs premières péripéties.

Combien de tomes avez-vous prévu pour la saison 2 de Gonelore ? Y aura-t-il une saison 3 ?
Avec beaucoup de prudence et un peu de superstition, je préfère ne pas répondre à cette question pour l’instant ! Mais j’aurai très prochainement des informations à donner sur le tome 5, Crochenuit.

Êtes-vous un écrivain plutôt monomaniaque, se concentrant sur un seul univers à la fois, ou travaillez-vous sur d’autres projets en même temps ?
La majorité du temps, je m’investis totalement dans un seul univers à la fois. Avec des feuilles couvertes de notes qui me suivent du bureau jusqu’à la table de chevet, et inversement… Mais des exceptions se sont parfois présentées, pour répondre à des opportunités ou des désirs particuliers d’écriture, aussi je ne m’impose aucune règle. Ce serait d’ailleurs dommage, dans ce métier où la liberté est si importante.

Si vous aviez le choix, dans quel univers aimeriez-vous vivre?
Hum, s’il s’agit d’un univers parmi les « miens », ce serait sans doute celui du Prophétionnel. Il y fait plutôt bon vivre, tant que mon benêt de chevalier Ulser ne se met pas en tête de sauver un monde qui n’en a pas besoin. Mais si on peut s’inviter chez les confrères… Ma foi, je me vois bien porter de grosses pantoufles dans la Comté de J.R.R.Tolkien !

Et pour finir, si vous deviez vous réincarner, ce serait en … ?
En ours. Comme la dernière fois. Héhé !

Merci beaucoup Pierre !
Merci à vous !

Le site de l'auteur : http://www.pierregrimbert.com/
Les éditions Octobre : http://www.editionsoctobre.com/


Partage !

0 petits mots