Chronique BD - Troie, tome 1 : Le Peuple de la Mer de Nicolas Jarry et Ardisha Campanella

chronique-bd-troie-nicolas-jarry-ardisha-campanella


Écumant régulièrement les bouquineries pour trouver mon bonheur à pas cher, je me laisse souvent tenter par de la BD. A 3 € le tome au lieu de 15 € en moyenne, ça fait toute la différence pour mon petit porte-monnaie. C’est comme ça que j’ai découvert la saga Troie. La couverture est magnifique et ma confiance a déjà été acquise par Nicolas Jarry et les éditions Soleil. Il n’en fallait pas plus !


En Grèce, Achille, fils de Pelée, et Tyndare, roi de Sparte, s’opposent à Agamemnon, le seigneur de Mycène qui règne sur la mer Egée. Alors que la guerre semble désormais inévitable, une gigantesque armée venue de l’Orient anéantit les royaumes du Hatti et Hourrites et menace l’empire Hittite et la toute puissante Égypte de Ramsès III.
Nul ne semble en mesure de vaincre ces combattants qui sont portés par la magie d’Ouranos, dieu autrefois banni par Zeus. L’Oracle de Delphes, la Pythie, prophétise que l’avenir du monde se jouera dans la cité de Troie. Achille devra alors renoncer à épouser Hélène, la fille du roi de Sparte, et quitter les siens pour découvrir le moyen de vaincre le fl éau qui menace l’Humanité.
Mais déjà l’ombre d’Ouranos s’étend jusqu’aux murailles de Troie, et même au-delà : jusqu’au coeur de Mycène.

D’abord, je tiens à préciser que j’ai toujours aimé la mythologie grecque et que je ne suis pas une novice en matière (études d’archéologie obligent). Toutefois, ce premier tome m’a fait sentir que ma culture est largement lacunaire. Certes, ça faisait un moment que je n’avais pas mis le nez de ce genre d’histoires, mais parfois, j’ai eu l’impression de rien n’y comprendre.

Plusieurs protagonistes se font face, chacun défendant ses propres intérêts. J’ai eu du mal à tout suivre. On passe d’un peuple à l’autre et il faut arriver à jongler avec tous les contextes politiques et géographiques en même temps. Ça a été difficile de s’y retrouver au début. Heureusement, la présence d’une carte et d’un glossaire des personnages aide beaucoup. Merci aux auteurs d’y avoir penser !

Autrement l’intrigue est riche grâce à de nombreux personnages. Le rythme est soutenu et les évènements s’enchaînent bien. Je ne me suis pas ennuyée durant cette lecture.

troie-nicolas-jarry-ardisha-campanella-peuple-mer-planche
J’ai bien aimé me replonger dans cet univers où se mêlent guerres terrestres et divines. L’action se place du point de vue humain, mais les dieux se manifestent régulièrement sous la forme d’apparitions mystérieuses. Par ailleurs, un mal nouveau frappe les armées en les réduisant en cendres. J’ai hâte de savoir de quoi il s’agit.

Enfin, les dessins d’Ardisha Campanella m’ont convaincue. Je trouve qu’ils sont riches en détails et les couleurs mettant en avant les différentes ambiances, ce que j’ai beaucoup aimé.
Bref, malgré un début chaotique, j’ai quand même apprécié cette lecture et il me tarde de lire la suite !

Je lui ai mis :

FICHE TECHNIQUE :

troie-nicolas-jarry-ardisha-campanella-peuple-mer-couverture


Titre : Le Peuple de la Mer
Saga : Troie (tome 1)
Scénario : Nicolas Jarry
Dessins : Ardisha Campanella
Couleurs : Vyacheslav Panarin
Couverture : John Mac Cambridge
Éditions : Soleil (14 mars 2012)
48 pages
13,95€

Partage !

0 petits mots