Débat #1 - La controverse du service-presse !



Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique sur le blog, celle des débats. Parfois, il y a quelques sujets qui me font réagir, à propos de la blogosphère ou du monde des livres. Alors j’ai eu envie de partager avec vous mon ressenti, mon opinion et de connaitre la vôtre. Je vais certainement aborder des sujets qui ne feront pas plaisir à certains, mais qu’à cela ne tienne. Pour ce premier épisode, j’ai choisi de m’attaquer à un sujet plus ou moins tabou chez les blogueurs livresques : le fameux service-presse !

Les articles « Débat » sont là non pas pour attiser la haine et/ou la jalousie, mais bien pour échanger sur des sujets plus ou moins controversés dans le monde du livre (ou autres). Je vous propose mon avis et je vous encourage à donner le votre dans les commentaires pour que nous puissions tous discuter ensemble. Mais attention, tout message injurieux sera supprimé d’office. Je considère que nous sommes tous assez grands pour pouvoir partager dans le calme.

Il est monnaie courante que les maisons d’éditions envoient des livres aux blogueurs littéraires afin qu’ils les lisent et les chroniquent. Toutefois, cette pratique reste assez taboue sur la blogosphère, notamment à cause de la jalousie que peut engendrer le fait qu’untel reçoive des livres gratuitement et pas un autre.

Si avant le sujet était tût, depuis quelques mois il arrive fréquemment qu’on en entende parler. Une certaine compétition s’est installée dans la tête d’un petit nombre de blogueurs qui n’hésitent pas à crier au scandale quand certains reçoivent un ouvrage et pas eux. Par ailleurs, les chroniques issues d’un partenariat avec une maison d’éditions font souvent l’objet d’une discréditation sous prétexte qu’elles ne sont pas objectives. Elles seraient volontairement tournées vers le positif sur ordre des maisons d’éditions afin de gonfler leurs ventes avec la complicité des blogueurs. Pour résumer le tout, les blogueurs recevant des livres gratuitement seraient tous des vendus …

Lectures & cie fait partie des blogs qui ont obtenu quelques partenariats (dont vous trouverez la liste complète ici). Personnellement, la pratique ne m’a jamais dérangée. Au contraire, je me suis toujours fait une joie de recevoir des ouvrages. J’ai toujours pensé que c’est une marque de confiance de la part des maisons d’éditions.

Le débat qui tourne autour de cette pratique m’apparait complètement irrationnel et particulièrement malsain, pour plusieurs raisons. D’abord, si nous nous sommes tous lancés dans l’aventure du blogging, c’est avant tout par passion et par envie de partager. Je pense sincèrement que créer un blog pour obtenir des partenariats est vraiment une mauvaise raison. Ça se verra et la sauce ne prendra pas avec les lecteurs, tout simplement. La cupidité ne mène à rien et crée des conflits inutiles.

Ensuite, les maisons d’éditions choisissent (ou pas) de faire confiance à certains blogueurs et pas à d’autres et ça n’a pas lieu d’être remis en question. C’est comme obtenir un travail : on a le poste, ou on ne l'a pas, mais en aucun cas il nous viendrait à l’esprit d’en vouloir à la personne qui a convaincu et obtenu le job. Au contraire, on devrait tous se réjouir pour elle.

Par ailleurs, la confiance est quelque chose de réciproque pour un service-presse. Personnellement, je ne vais pas accepter de lire un livre qui ne m’intéresse pas sous prétexte qu’il est gratuit. C’est une question d’éthique. Je ne remettrais jamais en cause ma passion pour l’appât du gain. Il m’arrive régulièrement de refuser certains ouvrages, même plus souvent que d’en accepter.
Après, il faut bien avoir en tête que lorsqu’on accepte un service-presse, on rend un sacré service à la maison d’édition, et encore plus à l’auteur indépendant. Certes, on reçoit un livre gratuitement, mais les retombés d’une chronique (positive ou non d’ailleurs) sont beaucoup plus lucratives que le cout d’un simple exemplaire. Multiplions l’opération par le nombre d’ouvrages envoyé et hop ! Voilà de jolis bénéfices pour la maison d’éditions. Elles y sont beaucoup plus gagnantes que nous.

Les blogs (et les chaînes Youtube encore plus) sont le médium par lequel le marketing des maisons d’éditions vend le plus, parce que nous touchons un public vaste de lecteurs assidus qui nous font confiance pour leur conseiller des ouvrages qui pourront leur plaire. Et même dans le cas d’une chronique négative chez l’un, elle trouvera son pendant positif chez un autre. Quoi qu’il arrive, c’est toujours de la pub. On fait parler du produit à vendre et c’est tout ce qui compte.
Enfin, dans le cas de livres reçus gratuitement, il ne me viendrait pas à l’idée de dire que je l’ai adoré juste pour lui faire une bonne pub, quitte à devoir rompre le partenariat. Mon avis et mes gouts ne sont pas à vendre et ce n’est pas négociable. À partir de là, je ne vois pas en quoi un service-presse pourrait poser problème.
Je considère que tous les blogueurs et les booktubeurs font partie de la même famille, celle des lecteurs passionnés. Qu’on n’ait pas obtenu de partenariat ou au contraire qu’on ait reçu énormément de services-presse ne change pas en rien la valeur d’un blog et de ses chroniques, à partir du moment où il est dirigé par une personne intègre. Si ce n’est malheureusement pas le cas, il suffit de passer son chemin. La blogosphère regorge de blogueurs honnêtes et je suis certaine que vous y trouverez votre bonheur.


Vous en pensez quoi du service-presse ?

Partage !

7 petits mots

  1. J'ai vu ce débat passer sur Twitter, c'est intéressant de voir un point de vue plus étendu !
    Je crois que ce genre de débats n'épargne aucune blogosphère : quand il s'agit de cinéma on s'étripe pour des invitations à des avant-premières ou des goodies, pour des blogs beauté on mesure son importance au nombre de produits reçus, etc. Malheureusement il fallait que cela finisse par arriver à la blogosphère littéraire.
    Le problème est que la plupart des blogueurs mesurent leur importance par rapport au fait qu'ils reçoivent des avantages ou pas. C'est comme s'ils ne faisaient pas partie du cercle des blogueurs s'ils n'étaient pas "repérés" ou "validés" par des marques, des maisons d'édition... Alors qu'en fait, pour être blogueur, scoop : il suffit de bloguer !
    Personnellement, je paie la plupart des livres que je chronique, j'ai un abonnement au cinéma, je finance moi-même mes voyages. Lorsque je mets en place en partenariat, comme tu dis, c'est une marque de confiance mutuelle. Cela vaut aussi pour mes lecteurs qui savent que je suis indépendante et que je n'écris que lorsque je suis convaincue. Bref, je suis entièrement d'accord avec toi et j'espère que du côté des maisons d'édition, on partage cette vision :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! <3

      Oui, la question du point de vue des maisons d'éditions est pertinente puisque souvent les envois de services-presse émanent d'elles. Malheureusement, je ne pense pas qu'elles soient toutes très à cheval sur la sincérité ... Mais comme tu l'as dit, c'est comme partout. Le débat ne se limite pas à la seule blogo littéraire.

      Supprimer
  2. Coucou.
    J'ai moi aussi vu ce débat sur twitter en particulier
    alors mon avis se rapproche du tiens mais est quand même nuancé
    Les services presses sur mon blog, je dis oui, mais. Mais, parce que comme toi, même si pour le moment je n'ai aucun partenariat, si un jour il m'arrive d'en avoir, je ne pense en accepter peu, puisque je sélectionne les livres que j'aurai été susceptible d'acheter (bon d'accord ils sont nombreux mais je me comprend et j'espère que toi aussi ^^ )
    Le truc que je ne supporte pas, ce sont les gens qui font un blog pour avoir des Sp en masse, j'hésite même à en citer quelques uns, n'Est-ce pas. Bon allez je le dis, de toute façon c'est un fait connu sur le blog et sur twitter : Steven Book. Je ne sais pas si tu connais, mais ce jeune homme à reçu en l'espaces de quelques mois, même pas, des dizaines et des dizaines de livre. Tout en sachant qu'il ne pourrait pas tout lire vu tout ce qu'il avait reçu. Cela à fait débat sur Twitter. Tout comme lorsqu'il a pris une Epreuve non corrigé a Montreuil au salon du livre jeunesse sur le strand de michel; lafon qui ne lui été pas dédié et en plus il s'en est vanté !
    Voilà le genre de truc qui m'enère dans les services presse.0 Ce n'est pas de la jalousie parce que je n'en ai pas hein.. de toute façon je m'en fous un peu des SP, mais quand j'en vois qui ne recoive que ça, je dis : NON.
    Par exemple, sur le blog, j'ai dis à mes chroniqueuses, que les Sp, c'était pas trop le truc chez nous, et qu il était peu problage qu'on en ait. Je veux quelques chose d'authentique et non faire de la pub juste pour recevoir un livre gratuit.
    j'espère que tu m'aura compris dans tout ce mélange en tout cas ^^
    après encore une fois, ceux qui en reçoivent peus, franchement il ne me dérange pas, parce que les meilleur blog n'en recçoivent pas tant que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai comprise, ne t'en fait.

      Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que malheureusement, le comportement d'un petit nombre met à mal la réputation de toute une communauté. Nous en pâtissons tous et la relation de confiance qu'on aurait pu développer avec les maisons d'éditions en est gâchée. Je comprends parfaitement ta réaction.

      Supprimer
  3. Je n'ai connu le service de presse que dans le cadre de mon ancien travail: libraire. Et là il n'y a pas de questions à se poser, la maison d'édition envoie le livre pour que nous le découvrions afin de le VENDRE. Blogueur et Booktuber sont des canaux de vente aussi. C'est ainsi. Donc oui, il faut bien comprendre que dans la sphère de la blogo recevoir un service de presse, c'est un job! Il faut lire le livre, il faut le chroniquer. C'est le contrat. Et de fait, les maisons d'éditions "recrutent" leurx blogueurs en se basant sur la qualité de leur chronique, le nombre de vues et la cadence d'écriture. Il n'y a pas de mystère là de dans. Alors il est clair que le livre gratuit fait un bien fou au portefeuille et nous permet d'engranger des quantités pharaoniques d'ouvrages et après...J'ai plus de 500 livres dans P.A.L. et je peux vous assurer que ça ne me rend pas plus heureuse. Je suis même désespérée de voir que j'ai accumulé autant de livre (SP + achat) et de toujours en vouloir plus sans au fond lire ce que j'ai déjà.
    Voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on peut très vite faire monter sa PAL au point que certains blogueurs ne lisent même plus ce qui leur fait plaisir à eux et se noient sous les SP ...

      Supprimer
  4. Je suis pour le SP. Pour plein de raisons (numérotées mais non classées, hein !)...
    1/ découvrir des trucs que justement je n'aurai pas forcément acheté !
    2/ faire partie d'un système aussi, cela entre en ligne de compte, forcément
    3/ découvrir et faire découvrir des trucs parfois improbables
    Il y en a d'autre, évidemment, on ne va pas s'étendre.
    La vraie question est : que va-t-on en faire ? Va-t-on se sentir en un sens obligé ?
    Obligé de lire ce que je reçois, ça oui, je m'en fais un devoir. Mais comme je ne sais pas trop dire non et qu'il y a plein de trucs qui m'intéressent, j'accumule un peu de retard ! Mais j'écluse. Le seul hic, c'est que je n'ai du coup pratiquement plus de temps pour lire autre chose et je ne fais que ça lire (en dehors de mes heures de travail et du temps que me prennent les enfants). Heureusement qu'habitant sur Paris, j'ai du temps de transport en commun !
    Pour en revenir à l'honnêteté, quand c'est vraiment mauvais, je le dis. Mais j'ai un bon fond et énormément de respect pour le travail des auteurs, alors j'essaie toujours de trouver un truc positif à dire. Surtout quand ce n'est pas trop ma came.
    J'ai bien conscience d'avoir mis un doigt et les deux yeux dans un engrenage dont on n'échappe pas facilement, un peu comme un cercle vicieux. A chacun de trouver comment le rendre vertueux.
    Après, je passe plus par des agences de presse que directement par les éditeurs, souvent plus inaccessibles, en tout cas pour mes domaines de prédilection. Je pense que pour la bitlit ou la littérature jeunesse, il y a plus de facilités à mettre en place des partenariats qu'avec un Grasset, un Gallimard ou un Seuil, ce dont je rêverai quand même.
    Par contre, j'ai un vrai plaisir à faire découvrir des livres d'éditeurs indépendants (Rue des Promenades par exemple qui a une vraie identité, de vraies valeurs autour de ses textes, c'est extraordinaire). Ce n'est pas le seul mais je trouve le plus emblématique.
    Bon, j'espère ne pas subir vos foudres après tout cet épanchement. Bonnes lectures en tout cas.

    RépondreSupprimer