Chronique n°124 - Bel-Ami de Guy de Maupassant, un roman dont le héro est détestable !


J'ai l'honneur de vous présenter l'homme à femmes du 19ème siècle, le Don Juan de la littérature française : Bel-Ami de Guy de Maupassant.

Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d'une rencontre le met sur la voie de l'ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l'intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l'initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu'il espère.

J'ai lu Bel-Ami suite au "challenge" que je me suis donnée en début d'année : lire plus de livres de la littérature classique. Puisque dernièrement j'en ai acheté pas mal sur des vides greniers à prix très bas (entre 50 centimes et 2 € !) mon choix était très large. Et je me suis tout simplement dirigée vers celui en haut de la pile qui était Bel-Ami. En commençant ce roman, j'avais peur de m'ennuyer, de trouver ça trop long, j'ai donc commencé dans le plus grand flou. Et finalement je dois dire que j'ai plutôt appréciée !

On suit l'évolution de Georges Duroy, un homme banale mais avec un physique qui plait aux femmes (enfin aux femmes de l'époque, parce que pour moi la moustache non merci !). De cheminot à rédacteur en chef du plus grand journal de France, on le voit passer par toutes sortes d'émotions. J'ai envie de dire que Georges vit un peu l'American Dream. Il part de rien, de la faim et de la pauvreté pour arriver au luxe et à la richesse. Mais cela ne va pas se faire tout seul, il ne va pas réussir tout seul.

En effet, Duroy est entouré de femmes. Et pas n'importe quelles femmes. Des femmes belles, riches et cultivées, des femmes de la haute société ! Il rencontre ces femmes qui ne sont que l'ombre de leur mari et pourtant ce sont elles qui mènent la société. Notre personnage va rencontrer 4 femmes qui vont bouleverser sa vie : Clotilde de Marelle, sa première maitresse et seul femme qu'il aimera vraiment et pour toute sa vie ; Mme Forestier, qui est la femme de l'ami qui l'a aidé à rentrer dans le journal, Charles Forestier ; Mme Walter, femme de M. Walter, patron du journal La Vie Française où travaille Georges, folle amoureuse de ce dernier ; et enfin Suzanne Walter, la fille de Mme Walter. Je ne souhaite pas trop vous dévoiler l'intrigue, je voudrais vous laisser la surprise de lire ce roman.


Georges est un personnage, à mon goût, détestable. Il est mauvais, opportuniste, trop ambitieux et égoïste, tout ce qu'il va faire dans sa vie est pour son intérêt. Il arrive à comprendre très bien et très vite le système de la haute société, il sait l'utiliser et le manipuler pour le lui rendre favorable. J'ai aimé lire son ascension mais j'ai détesté le personnage. Il n'y a que très peu de personnage que j'ai aimé. Je les trouve tous beaucoup trop manipulateurs ou alors tout au contraire beaucoup trop naïfs. Le personnage que j'ai préféré reste Laurine, la très jeune fille de Mme de Marelle.

Je n'ai pas aimé toute la partie politique et presse à scandale de l'œuvre de Maupassant. J'ai trouvé ça ennuyeux à mourir (j'ai même sauté des pages là où ça ne parlait que de politique). Même si c'est aussi de cette façon que Bel-Ami réussit dans sa vie, je trouve ça très lourd de consacrer des chapitres entier à la politique...

Maupassant fait de son roman une satyre de la société  de son époque et je pense qu'elle est toujours active de nos jours. En effet des gens sont capables de tout et n'importe quoi pour pouvoir réussir quitte à faire du mal ou même à détruire certaines personnes, comme cela se passe dans Bel-Ami

Ce roman reste tout de même un roman que j'apprécie, que je ne relirai surement jamais mais au moins comme on dit chez nous : "Je me coucherai moins bête ce soir !". Et vous, vous l'avez lu Bel-Ami ?


Je lui ai mis : 

Infos utiles :
Titre : Bel-Ami
Auteur : Guy de Maupassant
Édition : Gallimard
Collection : Folio Classique
3.50 €
438 pages
Extrait : 
"De temps en temps, une rôdeuse s'arrêtait, puis demandait avec un sourire banal : " M'offrez-vous quelque chose, monsieur ? " Et comme Forestier répondait : " Un verre d'eau à la fontaine ", elle s'éloignait en murmurant : " Va donc, mufle ! "
Mais la grosse brune qui s'était appuyée tout à l'heure derrière la loge des deux camarades reparut, marchant arrogamment, le bras passé sous celui de la grosse blonde. Cela faisait vraiment une belle paire de femmes, bien assorties."


Partage !

2 petits mots

  1. J'ai découvert, avec ce grand classique, que je pouvais aimer un livre avec un personnage principal détestable. Franchement, j'ai adoré ce roman! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente de ne pas être la seule à ressentir la même chose! J'ai hâte de lire d'autre roman de Maupassant pour savoir si cela va me faire pareil :)

      Supprimer