Chronique - Coup de coeur pour Zombie Kebab d'Olivier Saraja, un roman sanginaire et particulièrement réaliste !

zombie-kebab-saraja-walrus

Après avoir beaucoup aimé Spores ! d’Olivier Saraja, j’ai eu envie de découvrir un peu plus l’auteur. La maison d’éditions Walrus, tout nouveau partenaire de Lectures & cie, m’a donné l’occasion de lire Zombie Kebab, une novella (court roman) d’une centaine de pages publiée l’année dernière. Alors que je suis d’habitude assez rebutée par les histoires de zombies, j’ai littéralement dévoré celle-ci (sans mauvais jeu de mots) !


Au mauvais endroit, au mauvais moment : l’expression semble avoir été pensée pour Hakim, un banlieusard qui multiplie les petits boulots pour subvenir aux besoins des siens… jusqu’au jour où un accident fait basculer sa petite vie. Hakim devient alors le « patient zéro », le point de départ d’une apocalypse zombie. Malgré sa transformation — et une faim permanente —, Hakim conserve intactes ses facultés intellectuelles (ou presque) et s’en sert pour témoigner. Que fera-t-il de son nouvel état : protéger le monde, ou bien le dévaster ?


Zombie Kebab est une histoire qui m’a tout de suite parlée grâce à Hakim, le personnage principal. C’est un mec comme tout le monde, un gars des quartiers qui cumulent les petits boulots pour essayer de vivre et d’aider sa mère qui a encore à charges ses petits frères et sœurs. Je ne me suis pas identifiée à lui, mais je l’ai trouvé très sympathique et très vrai. J’ai eu l’impression que c’était le récit d’un de mes copains. 

L’intrigue est bien ancrée dans la réalité parce que le héros n’en est pas vraiment un, mais aussi parce que le récit est développé du point du vue interne avec un style très oral. Le vocabulaire est parfois familier voire grossier suivant l’humeur de notre protagoniste. Par ailleurs, l’univers dans lequel il évolue est le même que le nôtre. Même si le lieu n’est pas dévoilé, il aurait très bien pu s’agir du coin de la rue près de chez vous. 

Partant de là, j’ai envie de dire que n’importe qui aurait pu vivre l’histoire d’Hakim. Suite à un incident dans une des entreprises dans laquelle il fait le ménage, il se retrouve contaminé par un agent chimique qui le transforme en zombie. Tout au long du récit, je me suis dit que ce n’était vraiment pas de bol pour lui et que je n’aurai pas aimé être à sa place. 

Cette transformation arrive tellement bêtement que je me suis dit que ça aurait pu m’arriver à moi. L’univers réaliste et le style oral m’ont totalement immergée dans l’histoire et je n’ai pas arrêté de me demander ce que j’aurai fait à sa place. Hakim est amené à faire des choses horribles qu’il ne peut pas contrôler à cause de sa nouvelle nature. Pourtant il est pleinement conscient de ses actes et doit faire avec. 

Tout au long de cette intrigue rocambolesque mais plausible on suit le cheminement des pensées d’Hakim qui nous explique ses actes et nous les fait accepter malgré nous, même lorsqu’ils sont affreux. Alors qu’on a clairement l’habitude de voir se développer les histoires de zombies du point de vue des survivants, ici on passe de l’autre côté de la barrière. Je me suis surprise à approuver ses crimes les plus effroyables, ce qui m’a littéralement fait frissonner

Par ailleurs, l’histoire est pleine de rebondissements et d’action. Hakim doit assumer ses choix et faire avec le nouvel environnement qui se construit autour de lui. Il donne beaucoup de sa personne et s’implique à 100 %. La fin du récit est assez surprenante et laisse un peu d’espoir quant au devenir de l’humanité (comme dans Spores !). 

J’ai aussi trouvé Zombie Kebab plein d’humour. C’est encore une fois grâce à la personnalité d’Hakim. Olivier Saraja nous offre un personnage vraiment très bien construit qui sert le roman à merveille. La magie n’aurait pas si bien opéré avec moi si Hakim n’avait pas été aussi réel. 

Cette novella est vraiment basée sur le réalisme de son intrigue et de son unique personnage principal. L’immersion est totale, à telle point qu’on vit les aventures d’hakim avec autant de peine que d’approbation, malgré l’horreur qu’il perpétue. C’est assez terrifiant de s’apercevoir qu’on est du côté du zombie alors qu’il veut éradiquer le genre humain … 

Zombie Kebab est une grande réussite. Alors que j’ai en horreur les histoires de zombies je me suis complètement laisser prendre par l’histoire. Je conseille cette novella à tous ceux qui veulent frissonner et qui cherche un récit original et percutant. 


Je lui ai mis : 

Fiche technique : 

zombie-kebab-saraja-walrus




Titre : Zombie Kebab 
Auteur : Olivier Saraja
Editions : Walrus (juin 2015)
Collection : Pulp
Format papier : 9,99 € 
Ebook : 2,99€
112 pages 

Partage !

0 petits mots