Je ne fête plus Noël !

noël_nantes_pommeraye

Ça y est, le mois de décembre est arrivé. C’est certainement la période la plus difficile de l’année pour moi. Pourquoi ? Parce que je ne fête plus Noël. Non, pas de sapin, ni de festin. Pas même de cadeaux. Surprenant n’est-ce pas ? C’est un choix simple mais réfléchi que je vais tenter de t’expliquer aujourd’hui. 

Cogitons un instant. Tout le monde sera d’accord pour dire que Noël se développe sous trois aspects : c’est une fête à la fois religieuse, familiale et commerciale. Or, aucun de ces points ne me correspond. Pire encore, aucun de ces points ne peut être cautionné par mes choix de vie. Pavé dans la mare, je ne fêterai plus Noël !

Exit la religion

Pour bien que tu comprennes ma démarche, je vais remonter un peu en arrière. Courant 2015, mon mari et moi avons fait le choix de nous faire « débaptiser ». Le terme adéquat est plutôt apostasie. Les raisons qui nous ont amenés à cet acte seront discutés une autre fois, mais toujours est-il que nous ne sommes plus chrétiens et c’est là que tout a commencé. 

Cette apostasie nous a amené à nous interroger sur les traditions et Noël tout particulièrement. Je te vois venir, tu vas me dire qu’on n’a pas besoin d’être chrétien pour fêter Noël et que des tas de gens parfaitement athés se prêtent volontiers à l’exercice. Et c’est précisément là où je veux en venir.  

noël_nantes_pommeraye

Exit la famille

Une fois évacué tout le folklore religieux, penchons-nous sur la fête de famille. Depuis quelques années déjà, on l’habitude d’éviter les sacro-saints repas du réveillon, préférant s’offrir nos cadeaux juste nous deux, dans l’intimité de notre petit appartement. 

On n’a jamais tellement été à l’aise dans ce genre de réunion. D’abord parce tous les ans les réveillons organisés dans la famille de mon mari tournent en pugilat. On crie au repas trop cher, ou pas bon, ou encore à la mauvaise organisation. Les esprits s’échauffent et l’ambiance se glace. Une seule fois nous a suffi et l’année suivante, nous avons trouvé un prétexte pour ne pas y aller, gredins que nous sommes. 

Dans ma famille, c’est différent, et en somme beaucoup plus agréable. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’on s’y sent à notre place. Personnellement, depuis la mort de ma grand-mère, je n’y vois plus beaucoup d’intérêt. Avant nous étions tous réunis autour d’elle, maintenant chacun fête Noël de son côté. Alors non, vraiment, Noël en famille, ce n’est pas notre truc. 

Exit le capitalisme

Pas de messe, pas de famille, il nous reste tout de même la fête commerciale. Les vitrines débordantes d’imagination, les illuminations spectaculaires, les marchés où flottent de délicieuses odeurs … Mais aussi les supermarchés bondés de gens hypers désagréables, les automobilistes d’une impolitesse folle sur les parkings, le matraquage publicitaire et les faux bons sentiments que les commerçants cachent derrière un sourire forcé, le tout pour faire du profit sous le couvert de la tradition

Comment cautionner ça aujourd’hui ? Dans ma conception de la vie et de la réalité du monde actuel, ce n’est tout bonnement plus possible. Conscients des enjeux politiques et économiques que représente Noël dans nos sociétés occidentales, participer à ce grand déballage aurait été beaucoup trop hypocrite de notre part. 

Et puis pour faire simple, pour enfoncer le clou jusqu’au bout (et une porte ouverte aussi) : pourquoi attendre cette occasion précise pour réunir sa famille autour d’un repas et offrir des cadeaux ? Pourquoi nous placer dans une tradition qui ne nous correspond pas, et qui va à l’encontre de nos convictions ? Non, définitivement, revenir sur notre décision n’est pas envisageable pour le moment.

noël_nantes_pommeraye

Ton avis m'intéresse !

Avant de te laisser la parole dans les commentaires, je tiens à préciser quelques petites choses. Étant donné que Noël est sacré pour certains et que je viens de lui démonter la tête, je n’aimerai pas être à l’origine de conflits et autres dialogues de sourds en dessous de cet article. 

Certes, nous n’avons pas laissé le choix à nos familles quant à notre absence parmi elles fin décembre. Je te vois déjà, derrière ton écran, me faire remarquer qu’on prive  volontairement de nous les personnes qui nous aiment et que ce n’est pas très gentil de notre part. Voire que c’est même irrespectueux et blessant de les envoyer balader dans ces moments de partage et de joie. 

Qu’est-ce que tu proposes ? Qu’on fasse comme tout le monde pour n’offusquer personne, au prix de nos convictions ? C’est là le grand écueil de la discussion, tout particulièrement quand on s’attaque au poids de la tradition : dans n’importe quelle configuration, un des partis sera perdant. Parce qu’on subit bien assez la société à longueur d’années, c’est à notre tour de nous faire plaisir en prenant la société à rebrousse-poil au moment de Noël. 

Alors voilà, on passe clairement pour des hurluberlus. Au point que pour le moment, on n’a rencontré personne dans notre entourage ayant entamé la même démarche que nous. Oui on est comme ça nous, on fait dans l’originalité. D’ailleurs, je serais très intéressée par ton témoignage si tu vis le même genre de situations, ou si tu souhaites partager avec moi ton expérience de Noël !

noël_nantes_pommeraye

Je t’ai convaincu(e) ? Tu serais prêt(e) à ne plus fêter Noël ?

Publié dans :

Partage !

68 petits mots

  1. Je suis tout à fait d'accord avec TOUT ce que tu dis! Je suis juste étonné que tu essaies de te couvrir avec ton dernier paragraphe. Pour moi, c'était très clair avant!
    Je me suis aussi fait débaptiser il y a maintenant plus de 10 ans. C'était primordial pour moi sur un plan philosophique. Je ne voulais plus faire partie d'une communauté dont je me sentais complètement désolidarisé.

    J'adorerais ne plus fêter Noël. Mais ma compagne aime tellement cette fête que j'ai du mal à lui refuser. Non pas parce que c'est une fête religieuse, tu as raison, on peut totalement la fêter sans bondieuseries, mais parce que ça lui parle, ça lui inspire des choses. Je n'ai pas envie de lui enlever ça. Je prends sur moi. Bien sûr, je mets des limites. Et puis je me dis que c'est l'occasion de créer ses propres traditions, de rompre avec les autres, d'en faire un moment plus personnel. Oui, on pourrait le faire à d'autres dates, c'est un compromis.

    Quant au capitalisme, je te rejoins aussi. L'hyper consommation est un fléau, mais c'est un fléau de tous les jours. C'est quelque chose qui doit être fait sur le long terme. Ce qu'on décide de consommer, que ce soient des produits de tous les jours, de la culture ou de la nourriture, influe sur le sort de notre planète. Cela dit, je ne pense pas que Noël ne doit être vu comme une fête capitaliste. On peut faire le choix de réduire la part des cadeaux (ce que je fais), parce que ça devenait absurde. Je demande des cadeaux utiles, pas des trucs qui ne servent à rien. Cela me semble important.

    Tu vois, moi je ne fête pas la nouvelle année. Je refuse de faire une fête, de faire un repas où la moitié de la bouffe est jetée, et d'emmerder les voisins avec de la musique de merde (voilà le véritable fléau de ce siècle!!!). Pas de St Valentin, pas de Pâques, pas de fête national(iste)e.

    Et puis pas de mariage. Ni religieux ni républicain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me couvre dans le dernier paragraphe parce que je sais par expérience que la virulence de certains est sans limites. J'en place moi-même avant pour ne pas à subir les foudres des extrémistes (question d'hypersensibilité ...).

      Je suis complètement d'accord avec toi pour ce qui est du fait de raisonner la consommation autour de Noël. J'aurai été tentée de le faire, mais mon entourage est tellement peu sensible à ces notions que je sais le combat perdu d'avance. Mon mari et moi n'avons pas trop notre mot à dire. Le seul moyen qu'on ait trouvé, c'est le boycott total.

      La question de la sensibilité de chacun est hyper importante. Avant Noël était ma fête préférée. On aurait pris sur nous si les gens avaient fait l'effort de comprendre notre démarche. Malheureusement personne n'a vraiment écouté nos arguments. Je pense sincèrement que j'aurai fait plus de concessions s'il y avait eu un dialogue construit sur le sujet.

      Aujourd'hui, pour provoquer des prises de conscience il faut choquer. Ne pas fêter Noël est choquant dans le milieu d'où on vient. On espère qu'un jour les gens comprendront.

      Supprimer
    2. Bien réfléchir pour cette démarche. La France est un pays 'chretien' puisqu'on accepte les congés. Noël. Pâque et j'en passe ! Est-on prêt à s'en passer pour le bonheur des patrons ? Est on prêt à laisser d'autres communautés empiéter sur ce qui fait notre identité ? Je fais remarquer en passant que de plus en plus de français attendent janvier et les soldes pour acheter leurs cadeaux.

      Supprimer
    3. Personnellement, je travaille pour Noël, le 1er de l'an et toutes les autres fêtes parce que je juge que c'est un aboutissement de ma démarche, mais aussi parce que j'aime travailler. Je suis fonctionnaire publique. Mon "patron", c'est la France, donc je n'ai aucun problème à travailler pour elle.
      Concernant les "autres communautés" et "notre identité", c'est un autre débat. Pour la faire courte, ça ne me dérangerait absolument pas que les fêtes soient partagées entre tout le monde. Ce serait bien plus laïc et équitable que ce que la France propose actuellement.

      Supprimer
    4. C'est marrant, je suis dans la même perspective. Je suis également fonctionnaire, et tellement contente de devoir travailler pendant les fêtes pour éviter Noël....

      Supprimer
    5. Post sans intérêt. Certains vont fêter Noël en famille sans être chrétiens. D'autres vont se faire débaptiser et fêter Noël. Et d'autres se faire des cadeaux sans voire leur famille... et alors ?

      Supprimer
    6. Bonjour, la vie est si triste parfois et qu'il faut souvent pas grand chose pour qu'elle bascule. Je ne suis pas d'accord avec vous et je ne vais pas reprendre tous les points, mais les deux me semblent sujet à caution. D'un le 25 décembre avant d'être Noël, c'était fêté par les païens, et cela avait été pris par d'autres cultures pour fêter d'autres Dieux. C'est chacun qui voit ou veut y mettre ses propres images, catho, musulmans... Chacun le prends pour un prétexte ou un autre, mais chacun doit être libre de ses choix. N'y mettez pas de la religion, plus personne n'y croit. Pour ce qui est de la famille, dans ce monde qui ne cesse de se replier sur lui même, je trouve cela triste de ne pas saisir plus d'occasions pour se retrouver, je trouve cela regrettable. Mais peut être faut il passer par la perte d'un être cher pour avoir ce types de réflexions. Malgré tout je vais fêter Noël, boire un peu et faire quelques excès, pas trop à cause du diabète, mais je vais prendre du plaisir à partager un moment avec des gens que j'aime revoir de temps en temps, juste pour rire, chanter et pas forcément Noël... Bonnes fêtes de fin d'année à vous.

      Supprimer
  2. Étant une pro-Noël ton article m'a forcément interpellé. Pas dans le sens "Ohlala mais comment font-ils?! Les inconscients!!" Mais plus par curiosité.
    Perso (oui je raconte ma vie 2 sec) mes parents ne m'ont pas baptisé, moi et la religion on est pas pote, donc le côté religieux de Noël, c'est poubelle. Je fête Noël pour la seconde raison : la famille. Pour moi elle a une place très importante. Et autant on se voit régulièrement pour des repas tout sympas tout au long de l'année,à Noël il y a toute une ambiance particulière, nostalgique qui me plaît énormément. Les lumières, la magie, le côté un peu commerciale sans doute. J'ai envie de marcher dans ce rêve. Dans cette seule fête qui raisonne en moi.
    Mais je comprends aussi qu'on ai pas envie. Qu'on se donne le droit de vivre ça de la manière qu'on le souhaite, et je ne trouve pas ça égoïste. Au contraire. On a souvent tendance à agir pour faire plaisir aux autres, sans penser à soi. Et des fois c'est bien de faire des concessions. Mais les autres doivent en faire pour nous aussi.
    Merci pour ton regard sur cette période de l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir pris le temps de t'exprimer sur le sujet !
      Je comprends parfaitement ton point de vue, qui était le mien avant. La mort de ma grand-mère a vraiment tout changé. Je pense que j'incarnais la magie de la fête en elle. C'était notre Père Noël à nous.
      J'ai grandi, j'ai réfléchi et j'ai dit stop. C'est fou comme on peut changer ! ^^
      Je suis d'accord avec toi quant aux concessions. Je n'aime pas être radicale et je cherche toujours à comprendre le point de vue des autres. Je pense que l'ouverture d'esprit commence par là. Mais comme je le disais à Jérémie plus haut, chez nous on a pas trop le droit de s'exprimer autrement que comme tout le monde. C'est ce qui nous pousse dans nos retranchements, et on trouve ça très triste ...

      Supprimer
  3. Tu n'a pas à stresser à donner ton propre avis, chacun a ses choix. Si on était tous fait pareil, quelle misère ce serait !
    Comme Margaud, la religion à la poubelle pour moi, et cette fête représente surtout le plaisir, la famille, un bon repas, faire plaisir à ses proches, voir ces jolies lumières, regarder des films de Noël. Ca c'est mon propre plaisir à moi pendant cette fête. Après, au bout d'un moment, elle me pèse, car elle me rappelle un mauvais souvenir mais aussi à un moment j'ai hâte d'être en janvier pour prendre un nouveau départ, souffler, ranger, trier.... Et puis comme tu en parle, les gens désagréables dans les magasins, j'en fais aussi les frais. Je travaille dans un espace culturel au rayon presse et je m'occupe de l'encaissement également, et à la caisse c'est là où tu t'en prends plein la gueule, mais encore plus durant cette période, car les gens sont stressés, pressés...et deviennent irritants. Heureusement que j'ai beaucoup de patience et que ces gens là je les jette à la poubelle également, mais cela gâche cette période qui est censée être belle finalement.

    Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir partagé ton avis avec nous !
      J'ai passé deux Noël à être vendeuses en centres commerciaux. Je compatis tellement ! C'est affreux comme les gens désagréables sont nombreux. J'ai l'impression qu'ils se donnent tous les mots, alors que finalement, la vendeuse n'a rien fait elle.
      Je garde aussi de très bons souvenirs de mon enfance avec les films de Noël, les illuminations et l'effervescence des préparatifs. :) J'aime faire plaisir à mon entourage, je me rattrape aux anniversaires ^^
      Bonne journée à toi aussi !

      Supprimer
  4. Je comprends bien ton point de vue, et je trouve ça super que tu assumes ton idées, tes choix. Perso, noël est ma fête préférée de l'année ! Je ne suis pas baptisée et je suis une grande athée donc tout comme toi, le côté religieux me passe bien au dessus. Je te comprends aussi pour le côté famille quand la bonne entente n'est pas forcément là.
    Après, en tant que pro-capitaliste, je vois aussi noël comme étant le temps des faire des profits, donc je ne suis pas forcément d'accord avec toi ce sur point.
    Après, si je fête noël c'est surtout pour sa magie. Au moment de noël, ma mère nous a toujours fait faire à mon petit frère et moi des déco de noël à l'américaine de partout dans la maison, avec du Franck Sinatra à fond et des films de noël tout le temps. Tous les ans on va à la jardinerie acheter de nouveaux personnages et maisons pour le mini-village de noël, ça nous met bien dans l'ambiance et c'est plaisant à faire (bien que chiant à re ranger). Et pis aussi, c'est l'occasion de s'offrir des cadeaux un peu plus couteux que la normale, de voir les regards s'illuminer quand quelqu'un ouvre un cadeau et qu'il se rend compte que c'est quelque chose qu'il n'aurait jamais pensé avoir avant longtemps. La magie de noël quoi, les "rêves" se réalisent.
    M'enfin, je te remercie de partager avec nous ton avis sur cette fête, je trouve ça hyper intéressant de partager nos points de vue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi aussi d'avoir pris le temps de nous parler de ton expérience !
      Je comprends totalement le fait de faire du profit à Noël (j'ai été vendeuse dans une autre vie ^^) et aussi le fait que ce soit merveilleux pour les enfants. C'est vrai que j'aime bien aller voir les jolies vitrines et les maisons décorées. Je trouve ça dommage qu'on ne le fasse pas plus souvent et pour d'autres occasions en France. En Amérique, il y a Halloween (une ambiance qui me correspond beaucoup plus). J'aimerai qu'il y ait plus de diversités dans les fêtes proposées. On aurait plus le choix d'adhérer ou non à tel ou tel univers.

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Comme je vous comprends!!!! Végétarienne presque vegan (je mange les oeufs de mes 3 poules élevées en liberté et enterrées à la fin de leur vie, je suis écoeurée par cette débauche de nourriture (que de souffrances derrière!) et cette avalanche de cadeaux et de gadgets. Personnellement, j'aimerais je continue à subir ce moment pour faire plaisir à la famille (parents, enfants, petits-enfants). Mais j'ai 58 ans et de plus en plus de difficultés à jouer le jeu. J'ai proposé de limiter à un seul cadeau (chacun tirant au sort le destinataire). Ce fut un tollé. Je pense que l'année prochaine, j'assumerai complètement mon choix. Je suis athée. Bonne journée Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christine pour votre témoignage.
      Je suis contente de voir que ma démarche est comprise. Je pense qu'à force, beaucoup plus de gens comprendrons également qu'on peut consommer différemment et qu'on ne partage pas tous les mêmes priorités.
      Bonne journée à vous aussi !

      Supprimer
  6. La seule question qui me vienne à l'esprit c'est : Continuer(i)ez-vous dans cette voie avec un ou des enfants ?
    Finalement,c'est surtout pour eux que c'est magique Noël (et pour nous par ricochet).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne souhaite pas avoir d'enfants, ce qui règle le problème. Si toutefois on en avait, je pense qu'on ne fêterai pas Noël non plus. Il y a bien d'autres façons de faire pétiller les yeux des enfants :)

      Supprimer
    2. Voilà ceci explique cela! Vous ne voulez pas d'enfants vous ne fêtez pas Noël vous n'achetez pas de cadeaux vous vivez que pour vous!
      Étant psychologue je pense que vous souffrez d'un syndrome bien connu qui est un refus de la société telle qu'elle est et vous êtes en train d'éliminer petit à petit tout vos repaires qui font votre vie!
      Vous ignorez sûrement que tous les gens qui se radicalisent commence comme ça (en éliminant tout ce qui représente la vie...et même celle ci) ce qui je pense n'est pas votre cas,mais je ne saurai trop vous conseiller de consulter un de mes collègues pour parler de vous et de ce qui vous pousse à faire cela.

      Supprimer
    3. Il me semble que ce n'est pas très professionnel de poser un diagnostic avec si peu d'éléments. Et je ne savais pas que ne pas suivre les traditions était un problème psychologique. Mais je peux me tromper, ce n'est pas moi le/la psychologue. En revanche, je vous rassure, je vais très bien, je sais qui je suis et je sais très bien ce qui me pousse à faire ça (c'est expliqué dans l'article !).

      Supprimer
    4. Se faire diagnostiqué un problème psychologique car on ne respecte pas les traditions ? Mais on croit rêver ! Gardez donc votre psychologie de comptoir pour vous et laissez les gens s'affranchir des conventions s'ils le souhaitent. Mais personne ne vous force à le faire...

      Supprimer
  7. eh bien tout à fait d'accord.....car je suis "une couche-tôt " et à l'approche de Noel : je suis souvent triste à l'idée de "veiller" j'en prends pour une semaine après tant de fatigue et de bulles dans la tête : car je suis fatiguée, trop fatiguée, et comme je suis adepte du levé à 6 heures..... tout est une souffrance

    et pourtant j'aime Noel pour les enfants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que des fois, c'est assez difficile de se remettre de toute cette débauche lol

      Supprimer
  8. Pas convaincue: j'appelle ça être aigri et désenchanté. Noël est le meilleur moment de l'année pour se rappeler la meilleure manière d'être au monde: celle d'un enfant. Il permet de toucher du doigt ce que nous avons perdu: la joie toute simple du seul fait de vivre et la capacité à s'émerveiller du monde qui nous entoure. Noël est l'occasion d'un bain de jouvence de notre état d'esprit à condition d'accepter de ne pas être un adulte mentalisateur et critique. Le vrai esprit de Noël c'est ça, et il nous appartient de le cultiver tout au long de l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, je le cultive toute l'année et je n'ai pas besoin d'un jour en particulier pour me le rappeler. ;)

      Supprimer
  9. Réponses
    1. C'est un peu la réaction habituelle que suscite ma démarche, ça me fait beaucoup rire ^^

      Supprimer
  10. Tout à fait d'accord avec vous !
    Athées, débaptisés, nous ne fêtons pas Noël mais le solstice d'hiver. A deux, en regardant le point extrême du lever et du coucher du soleil, s'il se montre !
    Nous recevons nos enfants pour le jour de l'an, offrons de petits cadeaux personnalisés avec un petit chèque à cette occasion mais pas de débauche de nourriture, surtout pas.
    Juste la joie d'être ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous fêtons aussi le solstice d'hiver et le retour de la lumière qu'il annonce.
      Bonnes festivités à vous !

      Supprimer
  11. Alors oui il n'y a pas de raison de se réunir ce jour plus qu'un autre, mais ça fait un prétexte.

    C'est comme les autres jours cités, pâques, nouvel an, même halloween, si on me propose de passer une bonne soirée avec des gens et de m'amuser, je ne vais pas refuser par principe !

    Par contre si ça devient une contrainte et que ça stresse tout le monde, bien d'accord, ce n'est pas la peine de se forcer.

    Et concernant le gaspillage, pour les grands repas, vous achetez trop et jetez la nourriture ensuite ?
    Moi je finis les restes plus tard, et encore, s'il y en a...

    Pourtant, je suis dans l'ensemble d'accord avec vos raisons et si un jour je ne fais plus rien le soir de noel, ce sera pour les mêmes raisons que vous.

    Mais autre chose, un couple, c'est un peu une "famille", même sans enfants, si vous étiez seule, est ce que vous le resteriez ce soir là ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non on ne jette pas de nourriture chez moi. Ma question va plutôt dans le sens du : a-t-on vraiment besoin de faire un repas avec 3 entrée, 2 plats et 5 desserts ? Je ne crois pas.

      Je resterai seule oui. Le 25 décembre est un jour comme les autres pour moi.

      Supprimer
  12. Bonjour ! Merci pour ton expérience c'est vraiment super intéressant !
    Personnellement, je n'ai jamais fêté Noël de ma vie, par conviction religieuse (et oui, on peut être croyant et ne pas fêter Noël !). J'ai été élevée ainsi par mes parents et je continue dans cette voie.
    En plus de faire corps avec mes convictions, je dois t'avouer que je suis bien contente de ne pas avoir à me casser la tête à un moment précis de l'année pour offrir des cadeaux à tout le monde et faire un repas de famille... Je préfère mille fois faire un cadeau à l'improviste, comme ça, parce que j'ai envie de faire plaisir.

    Plusieurs fois certaines de mes amies m'ont dit que j'avais "trop de chance de ne pas fêter Noël" parce que c'était une période à la fois réjouissante mais aussi très stressante.

    Donc voilà, tu n'es pas seule en tout cas (même si nous avons des raisons différentes de ne pas fêter Noël) ! Il faut de la force de caractère et croire en ses convictions pour être différent aujourd'hui, surtout concernant cette période de l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais en effet des familles croyantes qui ne fêtent pas vraiment Noël et n'offrent pas de cadeaux à leurs enfants. Ils ne croient pas au Père Noël. Je trouve cette démarche beaucoup plus vraie et authentique, reflet d'un chemin de vie réfléchi.
      Concernant la force de conviction, chez moi on dit : "A force de vouloir rentrer dans le moule, on finit par ressembler à une tarte". Ca résume bien mon état d'esprit. ^^
      Merci à toi pour cette réponse !

      Supprimer
  13. Bonjour,
    Pourquoi pas? A-t-on besoin d'un prétexte pour faire la fête ? En tout cas Noël remonte à bien plus loin que la religion catholique cette fête correspond au solstice d'hiver. Si on est athée donc indifférent à la religion pourquoi se faire "débaptiser" ? C'est encore donner de l'importance à ce "sacrement" et à ceux qui le pratique. Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Comme dit plus haut, je fête le solstice d'hiver. J'aime ne pas m'imposer de passer un bon moment avec quelqu'un sous prétexte d'une date imposée.
      L'acte d'apostasie est issu du respect de la loi française et entre dans une démarche beaucoup plus personnelle à propos de mon parcours de vie (qui n'est pas exposé sur ce blog).
      Cordialement.

      Supprimer
  14. Bonjour, je comprends ta position et je pense que mon mari l'adopterait bien dans son intégralité...je note qu'integralite commence comme integriste, ce dont je le traite souvent pour me moquer gentiment mais ce n'est pas le propos...quoi que...
    Voilà ce que j'ai fait pour ma part:
    La religion: comme tous les bébés de la terre entière on ne m'a pas demandé mon avis pour me laver la tête à l'eau benite je trouve ce procédé foŕt dictatorial pour une religion qui se veut d'amour...alors j'ai pris mes distances. Et j'ai tout rejeté...jusqu'à ce jour où j'ai rencontré un pratiquant vraiment rayonnant d'amour, grâce au Christ. Et je me suis documentée, hirs de la religion, avec des oeuvres ecrites par tous types de types, agnostiques, cothos, athées, scientifiques et historiens...mon mari a pris peur! Voilà que tu es tombée dans la secte me disait-il (il est athée non baptisé, vous l'auriez deviné). A partir de là je me suis fait ma convictipn à moi et j'avoue que je me sens touchée par la grâce de Noël que j'applique dans ma vie et transmets à mon entourage. Esprit de Noël mais aussi: paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, ça me parle, me touche et je fais passer, cela fait partie de la pensée positive. Et puis communier avec mon prochain, ça a du bon de nos jours si égoïstes. Voilà pour la religion...
    Passons à la famille...apres avoir lu Famille je vous hais et apres 10 ans de black-out total, j'ai posé mes conditions : je veux bien réintégrer le cercle familial à mes conditions : pas de faux semblants, pas de compromissions: que la vérité même si elle est dure à entendre et du respect, du respect, du respect... de la solidarité, la maon tendue vers celui qui besoin et pas de jugement...à la moindre incartade, je m'eclipse!
    J'avoue que ce fut vertigineux mais depuis 3 ans que j'ai renoué, ça a l'air de fonctionner...
    Au commercial maintenant: j'achète à Noel chez des artisants pour les faire vivre et pour le reste, vu que j'aurais une vingtaine de cadeaux à faire, je n'ai pas envie de rentrer dans la regle du Potlach alors j'organise une tomoba, chacun tire un cadeau anonyme de moins de 10€ rigolo ou original mis sous le sapin de la personne ui reçoit à qui chacun apporte un plat ou une boisson! Depuis nos reveillons sont emplis de joie et de bienveillance, c'est la plus grande reussite de ma vie! JOYEUX NOËL ! !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Belle démarche ! J'aime beaucoup les principes imposés à la famille. Je pense être clairement dans la phase de rejet de certains membres. Peut-être que comme vous je reviendrai plus tard vers eux. Qui sais ?
      Merci pour le partage de votre expérience !
      Joyeux non-noël :)

      Supprimer
  15. Bonjour,
    J'aimerais tellement moi aussi ne plus fêter Noël (et la nouvelle année également). Tout dabord parce que c'est une période de l'année que je ne supporte pas...je dois être sujette à la dépression hivernale et les fêtes de fin d'année non autre pouvoir que me filer le bourdon.
    Depuis mes 7 ans, le décès de ma grand mère maternelle et un conflit familial du côté de ma mère, nous n'avons plus fêté Noël en famille, si ce n'est mes 2 parents, ma soeur et moi, vite fait un petit repas entre nous le 25 à midi et un petit cadeau pour marquer le coup, mais surtout parce qu'il faut c'est dans l'ordre des choses.
    La seule chose que j'aime faire c'est faire le sapin, et gâter ma maman, donc c'est un peu un prétexte pour moi pour lui faire encore un cadeau.
    Depuis 2 ans avec mon compagnon, maintenant nous fêtons Noël dans sa famille. Je ne m'y sens pas à ma place et je m'en passerais bien. Je n'y vais vraiment que pour lui faire plaisir. En plus étant la seule végétarienne, au milieu de cette tablée d'omnivores, les repas de fête sont une vraie corvée pour moi. Et du coup fini les repas du 25 avec mes parents puisque nous ne sommes pas là, je ne peux plus y aller. J'ai pensé plusieurs fois lui dire que je préférais rester fêter Noël avec mes parents pour échapper à sa famille, mais j'ai peur de le décevoir.
    Alors je me force, je fais comme tous les gens et j'essaie de faire bonne figure alors que si ça ne tenais qu'à moi je m'en passerais bien !
    Idem pour le réveillon du 31 déc. Les meilleurs que j'ai passé c'était en regardant la caverne de la rose d'or à la télé et dire bonne année à ma mère avant d'aller me coucher peu après minuit. Mais ce déballage de nourriture et de décoration me met mal à l'aise. Mais la encore je pense que ça vient du fait que je suis végétarienne et que les repas de fêtes sont un vrai calvaire pour moi.
    Enfin je pense que quand on aura des enfants Noël prendra une autre dimension pour moi. Le fêter avec mes enfant et leur faire des cadeaux, ce sera différent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie,

      Je me retrouve très bien dans ce que tu dis à propos des ambiances de famille qui peuvent être très différentes et à propos du végétarisme aussi. Je pense que même si ce n'est pas facile, tu devrais quand même en parler à ton compagnon. Ne serait-ce pour qu'il comprenne ce que tu vis. Ce n'est pas lui le fautif, ni personne d'ailleurs, il saura certainement compréhensif. :)
      Merci beaucoup pour ton témoignage et courage pour les jours à venir !

      Supprimer
  16. Gégé Suis bien d'accord avec Anonyme; Noël est difficile à supporter parce qu'on en a fait une fête commerciale et qu'on ne pense qu'à la consommation de facade. La famille: on ne devrait être qu'avec ceux qu'on aime mais c'est quoi aimer? quant au Christ, on ne peut pas l'imposer mais que serions nous sans Dieu, sans avenir. Quand on ne la comprend pas, la religion peut paraitre inutile, folchlorique, ringarde... Or cette lumière qu'est le Christ, réchauffe les cœurs et donne espérance; je conseille seulement à ceux qui n'aiment pas Noël d'aller offrir des fleurs ou un sourire à tous ceux qui sont seuls cette nuit là; ils rencontreront peut-être ce mystère aimant au creux de nos égoïsmes et nos violences; détester le vrai sens de Noël est diabolique; détester ce que le XXI' siècle en a fait est une bonne réaction!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends parfaitement le Christianisme. J'ai baigné dans cet univers plus de 20 ans et j'ai lu la Bible. Malheureusement, je ne crois ni en Dieu ni en un quelconque prophète. On peut comprendre les croyants sans pour autant l'être soi-même.
      Je ne refuse jamais de tendre la main ou d'offrir un sourire, je le fais juste dans des principes qui sont différents des vôtres et qui ne correspondent pas à la fête de Noël.

      Supprimer
  17. J'a(d/bh)orre Noël!

    Ce que Noël me fait rêver!!

    Noël est pour moi un moment tout à fait magique. Lorsque l'on s'imagine Noël, l'on voit des moments de partages, de joies, de plaisir et de douceur. L'on s'imagine un manteau de neige immaculée, un feu de cheminée. Toute la famille est là rassemblée près du feu, les rires des enfants éclatent et richochent dans toute la maisonnée. Ca sent le pain d'épice et le chocolat. La dinde rôtie à point et son jus ruisselant nous fait saliver. Les morilles que grand-mère à déniché au marché en feront un plat tout à fait succulent.
    Chacun s'est attelé à la tâche. L'oncle Edouard s'est occupé du vin (chacun le sais très bon connaisseur). Ma soeur quant à elle à rammené quelques pâtisseries dont nous nous délecterons après le repas. Grand-père et grand-mère ont aprêté la maison, déposé les décorations, dressé la table. Grand-mère et moi même avont passé la journée au fourneau pour régaler petits et grands. Même le chien avait l'air en osmose avec cet instant, tantôt d'un paisible sommeil, tantôt d'une joyeuse fébrilité.
    Les enfants seront émerveillés par la magie de Noël, lorsqu'ils découvrirons chacun leur cadeau attitré au pied du sapin demain au lever du soleil. Nous verrons leurs yeux pétiller de bonheur voyant le verre de lait à moitié vide et la carotte croqué par l'âne. Avec empressement, encore en pijama, ils s'approcheront des cadeaux essayant de deviner lequel est le leur et son contenu; leurs yeux suppliant leurs parents de les laisser les ouvrir.
    Voilà ce qu'est Noël pour beaucoup d'entre-nous...

    RépondreSupprimer
  18. (suite du commentaire précédent)
    Mais...

    Lorsque je regarde le monde, notre monde, à l'approche de Noël, voici ce que je vois.
    Noël est en cela un instant magique, car tout ce que le monde peux s'imaginer n'est pour moi que fumisterie. Un grand mensonge collectif que chacun d'entre nous accepte, refuse, denie, engage, incorpore dans sa vie.
    Cela commence, pour certain d'entre nous, à la la moitié de l'année. pendant les vacances d'été. Une pensée particulière pendant après les vacances qui nous fait dire: "Les prochaines ca sera Noël". Dès lors, tout nous y ammène. Déjà fin octobre, quelques magasins commencent à quitter les couleurs d'halloween pour revêtir celles de noël. Puis cela deviens un vrai ballet. Chaque enseigne se met au goût du moment revêtissant cet abject manteau du pouvoir de l'argent. Tout est fait pour immisser dans l'esprit des citoyens qu'il faudra, sous la torture s'il le faut, dépenser, dépenser, dépenser. Le dieu argent aura raison de chacun. A chacun sa religion.
    La course effrénée est lancée. Economies, plannifications, liste de noël, courses, foie gras et sa pimprenelle de graisses, stress, fatigue, queues interminables à la caisse des magasins, portefeuille anorexique, bousculades, coups de fils, publicités accaparentes, chansons de noël rabâchées, paillettes et fanfreluches. Et le mensonge. Le MENSONGE. Ce mensonge que tous, dans notre société évoluée, nous avons eu à affronter. Ce mensonge universel, que chacun s'interdit de rompre. Il nous faut garder les enfants crédules. Le père noël existe. Cette vérité tellement magique pour un enfant, lui permet un peu plus tard d'avoir sa première grande déception. Dès lors il lui est permis de douter de la parole de ses parents.
    Mais heureusement, il y a la soirée de noël, en famille, tous ensemble. Après avoir tous couru, déjà éreintés, nous nous préparons à une orgie de gras, de sucre et d'alcool. Nos foies frémissent déjà de la crise qui les attends. nos estomacs tremblent devant l’indigestion. Nos cerveaux s'inquiètent des cris des enfants, des crises, des mots cinglants de tante Agathe. Nos oreilles sifflent déjà en vue des borborygmes de l'oncle sourd qui parle trop fort. Nos cœurs s'arrachent devant l'hypocrisie générale qui s'annonce. Malgré tout on affiche notre plus beau sourire. On pense aux enfants. On se dit que tout cela est pour eux.
    Cependant, lorsque le moment tant attendu des cadeaux arrive, et c'est la déception que l'on lit sur les visages des enfants. Tantôt, ils n'ont pas eux ce qu'ils voulaient, tantôt leur cadeau est moins beau que celui du voisin, tantôt "mais on avait eu plus l'année dernière"...

    Alors une question : pourquoi continuons nous à nous infliger une telle torture?

    Fred Upiroure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma réponse vaut pour plusieurs d'entre vous. J'ai aimé être gâtée, enfant, adolescente, jeune mariée, jeune maman. C'était l'habitude, j'étais dans la tradition: le surmenage des dernières semaines pour boucler la course aux cadeaux, les trains complets au départ de Paris, la messe de minuit et les chants rabâchés depuis l'enfance, les bonnes manières…
      Les parents ont vieilli et sont décédés; les enfants sont devenus parents et totalement mécréants mais ont eu la sagesse de raconter aux enfants les solstices connus depuis avant la Préhistoire, les contes, légendes et cultes qui ont amalgamé St-Nicolas, le Père Noël et Jésus au moment de cette période de longues nuits avant un allongement de la période de jour, renouveau des activités, renouveau de bonnes résolutions.
      Quand on est nombreux, on offre des cadeaux tirés au sort, de coût limité et on fait des jeux. Les jeunes enfants ont des vrais cadeaux et plus tard un chèque.
      Peu nombreux ( cela arrive à cause des RV en fonction des obligations alternées en famille ), on s'appelle devant un film à la TV.

      J'ai gardé la nostalgie des grandes tablées chic ( et chères ), en limitant les extras. Mais depuis longtemps, je crois à Noël comme à un conte de fées. Magique et éphémère.
      Le symétrique se situe à la Saint-Jean, avec une nuit très courte, les Feux de la Saint-Jean que les jeunes garçons sautaient, la Fête de la Musique.

      J'essaie de concilier fêtes issues du rythme des saisons et croyances plaquées.

      Nous gardons les cadeaux pour les anniversaires, en petit comité, loin des regards.

      Supprimer
  19. Bonsoir Amandine, Moi j ai vecu tout le contraire. Pendant longtemps je n ai pas souhaite celebrer Noel. J avais 15-16 ans et je trouvais toute cette organisation hypocrite...comme toi sans doute...Mais j ai grandi je me suis epanoui et j ai vu mes grands parents veillir pour certains partir et je me suis dit qu apres tout si je ne le fais pas pour moi je pouvais le faire pour les autres. Puis j ai eu des enfants et les voir emerveille par cette histoire de Pere Noel (que du ne mentione pas) m a rendu fou de joie...Redigez cette lettre au pere Noel avec mon fils aine est un moment de complicite somptueux, voir ses yeux d ouvrir devant le Sapin, ses cris de joie devant le nombre demesure de cadeaux me rempli de joie (c est egoiste je sais), quant a l aspect religieux il me convient, je suis croyant sans etre pratiquant. Ma femme m inflige cette messe et finalement ca me laisse un peu de temps pour poser un cierge en pensantaux personnes qui sont partis...je sais je pourrais faire tout ca sans feter Noel, mais la realite est que je ne le fais pas et Noel m en donne l occassion...SI je respecte ton point de vue et le comprend laisse moi te souhaiter un Joyeux Noel car tu vois c est aussi un moment ou les gens se souhaitent quelque chose de sincere...bisous Greg

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    Je suis croyante, profondément, et pourtant, je ne fête pas Noël, pour plusieurs raisons:
    Je n'aime pas la joie factice obligatoire, tout ce qu'il faut ingurgiter et que je n'aime pas -et oui, il faut du foie gras, n'est-ce pas, peu importe la façon dont il est obtenu- il faut des huitres et du saumon élevé on ne sait trop comment. Peu importe, il faut manger, il faut boire, il faut paraître joyeux. Il faut faire des cadeaux coûteux, bref, rien ne me convient. Et pourtant, j'ai, parfois été invitée chez des gens fort gentils mais qui gâtaient outrageusement les enfants, à tel point que je me demandais ce que ces mêmes enfants pourraient bien encore désirer plus tard. Rien. Ils n'auront plus de rêves, ne connaitront plus la joie de l'attente, puisqu'ils auront déjà eu tout, y compris, bien sûr, la voiture au moment légal. Alors, Noël, j'ai fait l'impasse dessus. Même la messe de minuit arrive à m'ennuyer: dans ma paroisse, c'est devenu un spectacle, avec les portables qui flanchent partout. Où est le moment magique de la naissance de Jésus, né dans une pauvreté absolue? Où est la plus élémentaire charité, quand, dans une église bondée, on laisse , bien installé sur son banc, une personne âgée debout? c'est qu'ils y tiennent, ces bons chrétiens, à leur confort, pour écouter la musique tonitruante d'un quatuor inconnu! Alors voyez-vous, ces Noëls-là, je ne cautionne pas. Je reste chez moi, j'allume une flamme près de Jésus, et je lui souhaite un bon anniversaire. Et je lui demande d'avoir pitié du monde, et d'aider les hommes à changer: qu'ils soient moins individualistes, moins égoïstes, moins cruels, qu'ils essaient de sortir de la fange dans laquelle ils s'enfoncent jour après jour. C'est mon voeux chaque année. Et puis je prends un bon bouquin et je me prépare à passer une soirée tranquille, et parfois, je regarde ma chatte qui, de ses yeux d'agate, contemple un monde invisible qui n'est plus pour nous.

    RépondreSupprimer
  21. J'y songe depuis plusieurs années et je pense que de sera le dernier pour moi aussi. Marre de cette hypocrisie... J'ai deux enfants et je leur expliquerrai tout ça après ce Noël. C'est décidé !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente d'être la petite goutte d'eau qui fait déborder le vase ! ;)

      Supprimer
  22. Vu le monde de merde dans lequel on vit, je pense que chaque fête est à prendre.
    De plus, Noël n'est pas chrétien mais une fête paienne (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sol_Invictus_(religion))

    Donc fait toi plaisir.

    Dernière chose, tu vis avec quelqu'un et vous restez tout les deux. Si un jour vous vous séparez, tu te voies rester seule ce jour là ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis archéologue, je sais que c'est une fête païenne à la base ^^ Il n'empêche qu'après presque 2000 ans domination chrétienne, Noël est devenu symbole de nativité dans la tête de la plupart des gens.

      Il est clair que je ne reviendrai pas à Noël, seule ou accompagnée. Pour moi, c'est un jour comme les autres.

      Supprimer
    2. Et bien moi, cher anonyme, je reste volontiers seule à Noël. Ce qui me procure beaucoup de plénitude et de détente, car je suis alors en communion avec moi même et également avec tout l'univers par la pensée. Je suis ravie de ne pas avoir à me gaver comme une oie ou à ouvrir un cadeau qui ne correspond pas à ce que je suis ou à décevoir par un présent mal ciblé… En revanche, je ne suis pas d'accord avec vous concernant le "monde de merde" dans lequel on vit. Chaque jour pour moi est une fête parce que je ne regarde pas le monde de la même manière que vous, je n'acte pas au quotidien de la même façon que vous !! J'ai appris à me réjouir, l'esprit libre, des petites choses. J'ai appris à ne dépendre d'aucun système imposé. J'ai appris à donner, sans discontinuer, à ceux que j'aime, du temps, de la considération, du respect et de l'écoute…

      Supprimer
  23. Beaucoup de gens ne fêtent pas noel, et ce pour beaucoup de raisons... un peu des tiennes, et d'autres par principe religieux autres etc. Bref, je n'y ai pas vu d'originalité, n'ai rien appris dans l'article... vous êtes assez nombreux pour monter un club voir une fédération :). Chacun ses choix, tu vis comme un véritable calvaire ce que certains prennent avec plaisir, et ce sera l'inverse sur d'autres thèmes. Prochain article "pourquoi je ne passerai plus mes vacances d'été à la mer mais à la montagne ?" Tu seras tout autant une originale ;)
    Hatz'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Jusqu'à quel point la question de l'originalité en versification a été négligée, c'est une des choses du monde les plus inexplicables." - Edgar Allan Poe, 1856

      Supprimer
  24. Oui Lucie, vous êtes une hurluberlue, enfin vue par les autres… Mais, j'en suis une également !!!
    J'aime l'idée de Noël dans ce qu'il contient de contemplation, de recueillement, d'éblouissement, de chaleur, de partage mais je déteste ce que l'on en fait globalement et comment on le vit de nos jours. Par choix et positionnement, je ne le fête pas et je le passe seule. Je pense qu'il faut rester, coûte que coûte, en cohérence avec ce que l'on est au plus profond de soi ou ce que l'on ressent et ne pas brider sa liberté au nom du faire comme les autres ou comme la société consumériste nous pousse à faire… En revanche, je fête Pâques : pas sur le plan religieux mais juste dans l'idée de remercier notre mère nature pour le rendez-vous du renouveau et de l'espoir qu'elle porte en elle à la veille de chaque printemps.. et parce que quelques oeufs au chocolat bien "planqués" dans le végétal amusent grands et petits… C'est pour moi une communion entre tous et la terre qui nous porte !! Et je trouve la luminosité qu'offrent les rayons du soleil qui cherchent à être insistants à cette époque de l'année, bien plus jolis et enveloppants que toutes ces guirlandes lumineuses de Noël qui pompent sur nos centrales nucléaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord sur la cohérence et le principe d'adéquation avec soi-même. A mon sens, on ne peut pas vivre pleinement heureux si on se cache derrière ce qui ne nous correspond pas.
      C'est une très jolie façon de fêter Pâques ! :)

      Supprimer
  25. Bonjour,
    Pourquoi vous débaptiser si vous n'êtes pas croyante?
    Je ne comprends pas cette démarche.
    Votre choix de ne pas fêter Noël...je m'en fous. Aucun intérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Comme expliqué plus haut, je me suis faite débaptisée pour des questions de respect de la loi française et dans une démarche personnelle de chemin de vie.
      Je me fiche aussi de votre avis sur mon choix. ;)

      Supprimer
  26. Bonjour
    si j'avais le cran je ferais pareille, cependant je suis la seule dans la famille à éprouver ce sentiment et ce besoin, on me trouve égoïste sous prétexte que noël est un moment de partage et de réunion. Pas besoin d'un moment précis pour partager ou être heureux car tu es obligé d'être heureux à Noël.

    RépondreSupprimer
  27. Je suis 100% d'accord sur à peu près tout. Le seul truc qui coince c'est : "Pourquoi nous placer dans une tradition qui ne nous correspond pas, et qui va à l’encontre de nos convictions ?" placé juste après la famille. En première lecture, je me dis "pourquoi pas". Ensuite, ça me rappelle un peu le monde dans lequel on vit, où beaucoup ne sont plus prêts à la moindre concession à l'autre ou au plus petit compromis; que ça soit au travail, dans la rue, en famille, en couple ... Vivre ensemble, ça demande un minimum d'effort, un minimum d'adaptation à l'autre. Je me surprend presque à être proche du psy ("de comptoir"?) qui dit plus haut dans son commentaire qu'on est proche d'un début de radicalisation (même si je pense que c'est exagéré). On peut avoir des convictions fortes sans être intransigeant. J'espère.

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour,
    Moi non plus je ne fête pas noël tout simplement parce que c'est une fête catholique et que je ne le suis pas. Pour moi noël est de la pure hypocrisie commerciale sous couvert de religion ce qui est totalement faux et mensonger (puisque de toute façon Jésus n'est pas né un 25 décembre!). Après le côté familial je trouve ça très bien mais on ne devrait pas nous imposer une date pour se retrouver et se faire des cadeaux...Vive la liberté

    RépondreSupprimer
  29. Hum....

    Papa de deux petites filles qui croient encore au père Noël, je me vois mal arrêter tout le tintouin du jour au lendemain...

    Pourtant je suis en froid avec une partir de ma famille, donc pour le coté chaleur humaine de l'évenement..., et je ne pratique plus depuis...pfiou...

    En plus, quand j'explique aux "autres" que je ne veux rien pour moi à Noël, je suis obligé de céder à la pression "parce que quand même tu peux pas faire ça...."

    Pourtant, j'adore faire des cadeaux...mais aux gens que j'aime et pas qu'à Noël, dans un prcessus contraint avec dead-line, foule et tout et tout...

    En fait, j'ai plus l'impression d'une forme de pression sociale (je ne parlerais pas des fêtes du 1er de l'an) qu'un réel plaisir...

    Esprit de Noël où es tu parti ?



    RépondreSupprimer
  30. Sans etre moralisateur, je ne suis pas d'accord sur ton argument de ne pas feter Noel car c'est une fete commerciale. Oui Noel,ou toutes autres fetes, est commerciale. Nous vivons dans un systeme de commerce a profit. tu dis tu prefererai Halloween, mais ma chere, il n'y pas plus commercial qu'Halloween. Si tu penses qu'Halloween, c'est 2-3 autocollants de squellette sur la porte d'entree ou quelques bonbons, detrompes-toi. La decoration de maison est un tres grand marche, qui grandit grace a la pression des communautees, les ventes de bonbons/chocolats/gateries explosent et si tu ne fais pas de repas de famille, en general une reunion se fait chez un de tes voisins ou tu apportes un plat, donc depense, avant d'allez frapper aux portes a portes et collecter les bonbons(et c'est encore pire si tu ne le fait pas, car tes voisins le remarquent, or, tu veut etre bien vu de tes voisins car tu vis "avec" eux tous les jours) sans parler de la depense du costume, qui se renouvelle chaque annee bien sur. Bref, toutes celebrations amenent une commercialisation, St-valentin, paques, fete nationale....
    D'ailleurs que fais tu le 14 Juillet? tu restes a la maison ou tu sors avec des amis pour voir le feu d'artifice? tu commemores les fetes de ton "patron" la France? le 11 novembre, le 8 mai? En temps que militaire, j'ai du feter le 11 novembre a l'eglise, non pas parce que c'est religieux, mais l'eglise est aussi un lieu de rassemblement pour se receuillir, reflechir, commemorer. est ce que je le fais chaque annee, non, mais je fais comprendre a mes enfants la symbolique. est ce que c'est commercial, un peu , tu achetes un livre sur 14-18, un DVD ou des fleurs pour mettre sur les tombes des soldats ayant defendus leur patrie.
    Ce n'est pas la quantites des cadeaux qui fait Noel, et je crois que toi et beaucoup d'autres font cette erreur. L'erreur de renier Noel parce que l'on se sent oblige d'acheter autant de cadeaux. Non , on peu tres bien faire Noel avec 1 cadeau, qui peu etre d'ailleurs fait maison et pas achete. Mais quant tu as des enfants, ce que tu ne connais pas, tu as la pression. Oui,c'est pas normal, mais a ses yeux et a un certain age, tu ne veux pas le decevoir donc tu vas acheter la derniere Xbox ou PS4, le Ipad, c'est debile, mais c'est comme ca. Si tu n'est vraiment pas d'accord avec cette pression commerciale, il reste tres peu de pays dans le monde ou tu peux vivre Noel comme un autre jour normal. Toi, tu est seule avec ton mari, donc ca va, pas besoin de cadeaux, de repas "sophistiquer" de reunion familliale, de toute cette pression .... c'est qui l'individualiste?
    (pardon pour les fautes de francais)

    RépondreSupprimer
  31. Bravo pour le courage d'assumer vos convictions! Pour ma part, je vois les gens que j'aime et leur fait des cadeaux quand je veux, sans aucune contrainte de célébrations, quelles qu'elles soient. La seule raison pour laquelle je fais un mini sapin et les seuls cadeaux que nous achetons sont pour ma fille de 7 and, trop jeune encore pour encaisser et comprendre une différence avec ses amis et connaissances d'école si on ne le fêtait pas et si elle n'avait aucun cadeau... dès qu'elle sera en âge de l'encaisser, je fais l'impasse sur tout ça volontiers !

    RépondreSupprimer
  32. Entièrement d'accord avec toi même si je n'ai aucun problème avec la religion en général , ça ne me dérange pas ...juste depuis que je n'ai plus mes parents , avec une micro famille restante et dispersée et un mec marié les''fetes'' sont plutôt un truc douloureux auquel j'essaie d'échapper à tout prix pour rester digne .J'en profite pour faire les musées et le concerts Parisiens puisque provinciale .

    RépondreSupprimer
  33. Pourquoi se débaptiser ?
    Parce qu'on n'a pas choisi d'être baptisé ! Cela vous a été imposé. Dans mon cas, par la "famille" juste après le décès de ma mère qui ne le souhaitait pas.
    Et surtout parce que je ne suis pas d'accord pour rester dans une " église " si peu en accord dans son fonctionnement avec les principes qu'elle préconise.
    Je suis athée, toutes les divinités sont, pour moi, des chimères inventées par les humains pour nier la mort totale.
    Mais j'aime la vie et je n'ai pas besoin de cette débauche de lumières, de cadeaux et de bouffe pour me réjouir.
    Chaque rencontre avec ceux que j'aime est en soi une fête, quel qu'en soit le moment. Pas besoin d'une date sur un calendrier.

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour,

    Je suis tombée sur votre article en cliquant sur le dessin Google d'aujourd'hui (Solstice d'Hiver) comme quoi voila où ça nous mène parfois Internet !)? J'ai lu attentivement votre article, et il se trouve qu'il résonne en moi.

    Religieux Noël ? Non. Enfin pas à mon sens. J'ai été baptisée, on a tenté de me faire entrer de force dans une religion ensuite, chose qui ne m'intéressait pas du tout étant enfant et toujours pas aujourd'hui que je suis moi-même mère (mon fils fera lui-même ses choix, je ne lui ai rien imposé). Cela dit, je n'irai pas jusqu'à me faire débaptiser pour autant. Ce n'est après tout qu'un bout de papier et c'était le choix de mes parents. Après tout, on ne m'a pas demandé mon avis, je n'étais encore qu'un bébé et c'est plus par esprit de laisser plusieurs traces pour les générations futures qui chercheront pê à connaître leur ancêtre que je laisse ce choix tel qu'il fut. ^^

    Familial ? Cela l'a été dans mon enfance, mais curieusement, passé l'adolescence, c'est devenu différent. J'ai aimé le fêter quand j'ai eu mon enfant à nouveau, mais là où cela a vraiment commencé à me peser, tout comme vous, c'est lorsque mon père est décédé d'un cancer 3 semaines 1/2 avant Noël. On l'a enterré 10 jours avant le réveillon et celui-ci fut une réelle épreuve. Depuis ce jour, je ne ressens plus cette magie, cette joie, ce bonheur à être "en famille" à cette période et pourtant, j'adore mes proches ! Je préférerais probablement plus passer du temps avec eux lors des anniversaires ou des vacances, plutôt que fêter ce jour qui ne signifie rien d'autre que la perte d'un être qui était cher à mon coeur.

    A choisir tiens, je fêterais plutôt le solstice d'hiver en faisant des sablés moi-même et en les offrant à qui en veut. Ce jour est le plus court de l'année, et préfigure la remontée de la lumière : c'est pour moi une grande joie et un soulagement au sortir de la période de descente brutale de celle-ci en automne. Chose à ajouter : ce fichu changement d'heure qui vous démonte encore plus l'horloge biologique.

    Commerciale ? Assurément : débauche de nourriture, d'objets électroniques et criards à vous déprimer le porte monnaie, qui vont vous faire hurler durant des mois ou rendre votre gamin accro durant des années... On n'arrête plus le progrès, mais ne court-on pas ainsi à notre perte ? Je ne supporte plus ce matraquage publicitaire qui commence maintenant dès la mi-octobre (Et oui : cette année, le premier journal publicitaire reçu dans ma boite aux lettres est arrivé dans la première quinzaine d'octobre. Bientôt, on les aura en août à ce rythme-là !)... Par contre, je trouve encore les illuminations de Noël belles (il faut voir une fois dans sa vie la fête des Lumières à Lyon même si cela n'a rien à voir, le spectacle de ces bougies aux fenêtres reste une merveille pour les yeux, sans tout le pataquès autour ce serait encore plus féerique). Les illuminations font plus appel à l'idée que je me fais de l'hiver : c'est bel et bien le retour de la lumière et une nouvelle année qui ramène l'espoir dans les coeurs. Dans le mois qui vient nous prendrons au moins une heure de lumière en plus, et ça, c'est bien ce qui me fait le plus plaisir, plutôt que de me ratatiner la panse avec des aliments trop lourds et en trop grande quantité. Alors non merci, je ne veux plus me remplir chaque 24/12 ou 31/12 au son des baffles à vous détruire définitivement les tympans !
    Étrangement, le passage à l'année suivante représente un moment beaucoup plus festif, pour quelle raison, je l'ignore. :) Cela dit, j'imagine que c'est parce que ce jour-là précisément permet de tourner la lourde page de l'année passée, et d'espérer encore que la suivante sera bien meilleure... L'espoir, on dit que ça fait vivre, cela doit être vrai somme toute ! ^^

    RépondreSupprimer
  35. Bonjour
    J'ai vraiment apprécié votre post et également les nombreux commentaires ! J'ai vu votre article juste après avoir eu une grande conversation avec mon conjoint et mes enfants (25,21 et 19 ans) où je leur expliquais en gros la même chose : Je ne veux plus fêter Noël : nous ne sommes pas croyants, nous n'avons pas besoin de Noël pour provoquer des rencontres familiales (la dernière a leu lieu le 1er novembre). En ce qui concerne l'aspect commercial, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase : je viens de lire que le panier moyen par français est d'environ 470 euros. Je trouve cela indécent. Tellement de personnes n'ont pas les moyens et cependant doivent se mettre en difficulté pendant plusieurs mois pour offrir des cadeaux, trouver des idées, dépenser de l'argent pour des cadeaux qui parfois ne font même pas plaisir. La pression sociétale est tellement forte qu'il est difficile d'y échapper. Imaginez arriver à Noël en disant que vous n'avez pas acheté de cadeaux pour untel !
    Passant pour une uluberlue (une fois de plus), J'ai voulu mettre en place l'an dernier un Noël DIY : chacun doit fabriquer lui même ses cadeaux : couture, bricolage, cuisine ou musique : quelques personnes ont suivi mais pas tous. Dommage c'était l'occasion de développer sa créativité. Cette année j'ai proposé un seul cadeau par personne et on tire au sort. Les enfants de mon conjoint ont hurlé ! Finalement l'an prochain, je partirai en mission en humanitaire. Là je sera peut être dans l'esprit de Noël.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 470€... Hallucinant ! Le prix d'un mois de loyer pour un 2 pièces dans ma région.

      Question intéressante, c'est quoi, pour vous tous qui avez posté, ce fameux "esprit de Noël" ?

      N'est-ce pas cette firme produisant une certaine boisson gazeuse hyper sucrée qui l'a lancée, cette "mode" ?

      J'aimerais bien savoir comment ça se pratiquait "avant" que ce "Noël" d'abord païen puis rattrapé par les chrétiens, ne devienne ce qu'il est aujourd'hui : une contrainte sociétale consumériste pour nombre d'êtres humains qui se font mal voir s'ils ne suivent pas le mouvement ?

      Cessons d'être des moutons une bonne fois pour toute et osons assumer notre particularité aux yeux du monde. On est tous uniques, après tout, alors pourquoi tout faire comme les autres ?

      Chacun peut pratiquer ce moment comme il l'entend, sans avoir à se justifier, et il ne devrait d'ailleurs même pas avoir à le faire. Mais c'est ainsi : la société rejette tout ce qui ne va pas dans le bon sens, tout ce qui n'entre pas dans une case, tout ce qui n'est pas compétitif... etc.

      Bref, vivons comme on le souhaite cette journée. Fête ou pas fête. ;)

      Supprimer
  36. Bonjour Lucie,

    Je suis athée comme toute ma famille proche. Pour nous noël est une soirée conviviale et spéciale car oui, ce jour là nous sommes tous habillés avec paillettes, bijoux et coiffures. Nous mangeons des mets que nous ne mangeons jamais à d'autres périodes, le tout sous les lumières des bougies et du sapin. Une sorte de réception grande classe pour classe moyenne qui veux vivre une soirée luxe. A minuit le père noël passe, mon beau frère croque le biscuit en faisant attention de bien laisser quelques miettes et ma sœur boit le verre de lait. Au matin mes petites nièces nous réveillent en demandant si le père noël est bien passé. Pendant un instant, c'est l'émerveillement, un vieux monsieur est vraiment venu avec son traineau volant et a déposé des cadeaux. Ensuite effectivement c'est la débauche de plastique et de jouets. Pour moi la magie de noël est encore là, j'en profite au cas ou elle disparaîtrait. Joyeuse fêtes.

    RépondreSupprimer