Le roman graphique Olympe de Gouges

olympes-gouges-catel-bocquet-casterman

Comme je te le disais il y a un mois, je suis féministe. Pourtant ma culture littéraire en la matière est d’une pauvreté sans nom. J’ai décidé d’y remédier et sous les conseils avisés de Malina, j’ai lu le roman graphique Olympe de Gouges de Catel et Bocquet publié chez Casterman.

 De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.
Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur.

Comme ils l’avaient fait avec Kiki de Montparnasse, Catel et Bocquet retracent de façon romancée, mais avec une rigueur historique constante, le parcours de vie de cette femme d’exception, dont les idéaux très en avance sur son temps ont forgé quelques-unes des valeurs clés de nos sociétés d’aujourd’hui. En quelque trois cent planches de création exigeante et généreuse, un magnifique portrait féminin et un hommage vibrant à l’une des figures essentielles du féminisme.

Olympe de Gouges est une figure historique bien peu connue. Je n’ai aucun souvenir d’avoir entendu son nom au collège ou au lycée alors que le programme offrait pourtant une belle part à la Révolution. Il faut dire qu’on a tendance à imputer beaucoup d’initiatives à ces messieurs en oubliant qu’il y a aussi des dames qui ont fait l’Histoire. La preuve en est que nous devons à cette Olympe la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, un texte plus que jamais d’actualité. 

C’est dans l’ignorance totale que je me suis lancée dans cette lecture. Je ne savais rien de la vie d’Olympe et le format du roman graphique m’est assez peu familier. C’était une double expérience inédite et j’avoue être plutôt conquise.  

Mieux qu'un travail universitaire ? 


D’un point de vue purement esthétique, les dessins de Catel sont très intéressants. Le récit faisant intervenir de nombreux personnages historiques dont la physionomie nous est connue, l’illustratrice reprend leurs traits tout en leur imposant sa patte. L’intégralité du roman est en noir et blanc avec un contraste très fort. L’ambiance est à la fois simple et dense ce qui colle parfaitement au contexte du récit. 

olympes-gouges-catel-bocquet-casterman

Il a été fait le choix de reprendre dans les détails ce qui est connu de la vie d’Olympe de Gouges. Les auteurs ont réalisé un très gros travail bibliographique de préparation. D’ailleurs la longue liste des ouvrages qu’ils ont consultés se trouve à la fin du volume. J’ai été très agréablement surprise d’y retrouver autant de précision. La qualité de ce roman est absolument incroyable !

Toutefois lire un récit aussi pointu a un coût, celui de sa propre ignorance. Si tu es comme moi, tes souvenirs de la Révolution sont bien enfouis dans ta mémoire. Le scénario de Bocquet ne propose que très peu de rappels historiques permettant aux néophytes de s’y retrouver. Il s’agit d’une période complexe dont la politique est très alambiquée. J’ai eu du mal à m’y retrouver. Montagnards, Girondins et autres révoltés ont quelquefois eu raison de ma compréhension … 

Heureusement, une chronologie détaillée de la vie d’Olympe et des portraits de son entourage sont proposés en annexe. C’est à nouveau une attention que j’ai tout particulièrement appréciée. Un bon quart des 500 pages du volume est dédié à ces documents bonus, ce qui n’est pas rien. Cet ouvrage est bien plus complet qu’un simple roman graphique. 

olympes-gouges-catel-bocquet-casterman

Entre fascination et tragédie


Malgré le fait que j’ai eu du mal à naviguer dans l’Histoire, la vie d’Olympe est absolument fascinante. On voit comment elle passe de petite fille provinciale à militante féministe. Elle se bat pour ses idées, pour ses droits et parce qu’elle croit profondément en l’égalité de tous (peu importe le genre ou la couleur). 

A une époque où la place de la femme est bien loin de celle qu’on connait actuellement, j’ai à la fois été frappée par la difficulté de son combat et sa force de conviction. On oublie trop souvent que d’autres se sont battues bien avant nous et qu’on leur doit beaucoup. Ce n’est pas pour rien qu’Olympe de Gouges est considérée comme la première féministe française.

olympes-gouges-catel-bocquet-casterman

La fin du récit est tragique (attention spoiler en quatrième de couverture), d’autant plus que les faits sont réels. J’ai été estomaquée d’apprendre qu’il a fallu attendre les années 1980 pour que son personnage soit « réhabilité » par quelques historiens et qu’elle n’est toujours pas entrée au Panthéon. Autant dire que j’ai compris pourquoi je n’en avais jamais entendu parler en cours … 

Avec le recul, je considère ce roman graphique comme un essentiel. Les auteurs ont fait le choix de miser sur l’intelligence et l’exigence de leur lectorat. Le récit est dense, complexe mais extrêmement enrichissant. Il permet d’aborder de manière imagée un personnage historique qui à défaut d'être enseigné mérite d'être lu. C’est une très belle réussite


......................................................
Olympe de Gouges de CATEL et BOCQUET 
Publié chez Casterman (2012, réed. 2016) 
488 pages - 24.95 € 


 

Publié dans :

Partage !

0 petits mots