10 astuces pour devenir végétarien

veggie-astuces

Voilà, ça fait 1 an que je suis végétarienne ! Je te prépare un petit article avant/après, mais en attendant qu’il murisse dans ma cervelle d’herbivore, je te propose 10 astuces pour devenir végétarien plus facilement. Parce qu’on ne va pas se mentir, la transition n’est pas toujours un long fleuve tranquille …

Dans cet article, je parle de végétarisme parce que c’est quelque chose que je connais. Malgré tout, l’ensemble de ces conseils pourront également s’appliquer à ceux qui veulent devenir végétaliens. Bah oui, c’est un peu le même cheval de bataille (sans mauvais jeu de mots) !


Sain·e de corps …

C’est la manière de s’alimenter qui pose question en premier lieu. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu : « Pas de viande ? Mais tu manges quoi alors ? » … Passons en revue quelques options facile à mettre en œuvre.


01. Mon ami Tipiak 

Boulgour, blé, quinoa, sarrasin, avoine, petits mélanges tout prêts pour salades composées … On néglige trop souvent les céréales alors qu’il y a plein de manière de les accommoder et qu’elles sont riches en fibre et en protéines. Elles peuvent même prendre des formes surprenantes parfois, comme les spaghettis de quinoa. Il y a de quoi faire fondre même les plus difficiles !


02. Un burger au shiitake pour la une !

Il y a toujours une solution pour remplacer la viande. Steaks végétaux, simili-carnés, champignons et autres faux foies-gras ! sont à ta disposition. Certes, il faut chercher un peu dans les livres de recettes et dans les rayons, mais une fois qu’on a trouvé quelques bonnes astuces, ça roule tout seul.


03. Fouiller sa Biocoop 

Qui dit végétarien, ne veut pas forcément dire uniquement tourné vers le bio. Mais on ne va pas se le cacher, il y a bien plus de choix pour les végétariens dans les rayons verts ! C’est une mine d’or pour qui est en manque d’idées. Ma dernière trouvaille ? Les petites terrines d’aubergines de chez Bjorg. C’est un peu cher, mais c’est un délice !


04. Relax, take it easy

Ça peut paraitre bête, mais Rome ne s’est pas faite en un jour ! Si tu n’es pas du genre très accroc à tes knackis, rien ne t’empêche d’entamer une transition douce sur plusieurs mois. On passe à une portion de viande par jour, puis une tous les deux jours et bientôt, on peut complètement s’en passer. Le tout est d’aller à son rythme et sans pression.


05. Le péché de gourmandise

Oui, sortir des sentiers battus, c’est prendre le risque de ne pas aimer. Mais si on ne goute pas on ne peut pas savoir ! Tu vas voir que le végétarisme va t’emmener vers de nouvelles saveurs et aiguiser tes papilles, qui seront de plus en plus curieuses à en découvrir d’autres encore. C’est ce que je préfère dans ma nouvelle alimentation, chercher toujours meilleur, toujours plus surprenant. 


veggie-astuces

Et d’esprit !

Bien que le végétarisme puisse prendre un aspect très matériel, il y a aussi une grande part de psychologie dans la transition. Il ne faut surtout pas négliger cet aspect, au risque de tout simplement abandonner sans même avoir commencé.


06. Et toi, pourquoi t’en es ? 

Avant de se lancer dans l’aventure, c’est très important d’identifier ce pourquoi tu veux changer d’alimentation. Peu importe la ou les raisons en elles-mêmes, d’ailleurs il y en a plein (écologie, économie, éthique animale, croyances, etc.), il faut que ce soit un choix murement réfléchit. Une fois que tout est clair dans ta tête, la transition est plus facile à vivre.


07. Non aux nazis de la carotte

Il y aura toujours quelqu’un pour te dire que tu es ridicule, que tu te prives pour rien, que c’est peine perdue, ou encore pour te parler de la souffrance de la carotte. Les gens sont parfois très fermés, en particulier sur la nourriture en France, mais il faut se mettre dans la tête que ces septiques n’ont pas leur mot à dire sur ton alimentation. Ça ne les regarde pas.


08. Céder (ou non !) à Hearthlings et Gary Yourovsky

Certaines émissions ou conférences filmées sur la cause animale sont très connues et révèlent des atrocités sans nom. C’est parfois un excellent moteur pour franchir le pas du végétarisme. Personnellement, je fais le choix de volontairement me couper de ses horreurs parce que je ne veux pas finir en pleures devant mon écran. C’est à toi de voir si tu es prêt·e à encaisser ou non.


09. Green Community Power

L’être humain a tendance à mieux fonctionner lorsqu’il se trouve dans une communauté qui partage les mêmes fondamentaux. Echanger avec des personnes prêtes à parler leur expérience du végétarisme est parfois salvateur. Moi, je n’ai pas eu cette chance (il y a très peu d’herbivores dans mon entourage). Il me semble que je me serais sentie plus soutenue et moins « anormale » au début si j’avais été entourée par d’autres végétariens.


10. Ne pas culpabiliser pour un morceau de saucisson 

Je parle de saucisson parce qu’il me manque encore parfois, mais j’aurai aussi pu aborder le problème du steak bien saignant ou de délicieux poulet mariné de tonton Raymond. On a tous plus ou moins un petit péché mignon carné qui nous manque et c’est normal ! Parfois même, on craque … Ce n’est pas grave et ça ne sert à rien de culpabiliser, du moment que tu ne cèdes pas entièrement au côté obscure de la force !


Si toi aussi tu es végé et tu veux partager quelques astuces avec nous dans les commentaires,
ça nous ferait très plaisir ! 



 


Partage !

2 petits mots

  1. Je n'ai jamais passé le cap car je suis quelqu'un de très difficile et je ne mange vraiment pas bcp de légumes... Alors si en plus je supprime la viande, etc. Je me retrouverai à manger de la potée jour et nuit :) Mais je respecte entièrement ce choix que je trouve très très honorable ! D'ailleurs, je me tourne de plus en plus vers le zéro déchet, vers le bio mais surtout le commerce local entre producteurs et également vers le moins de viande, avec des repas qui n'en comportent pas :) Bref, bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis personnellement végétarienne depuis la nouvelle année et j'avais commencé bien avant de réduire considérablement la viande, et après 6 mois je peux dire qu'il me serait impossible à l'heure actuelle de manger de la viande et je me demande souvent comment j'ai fais pour attendre aussi longtemps avant de m'y mettre. MAis comme tu le dis il faut y aller à son rythme et c'est ce que j'ai fais et je pense que c'est la meilleure solution. J'aimerai idéalement devenir végétalienne mais j'aime encore bien trop mes tartines de fromage ou mon bol de cacao le matin mais je sais qu'un jour j'y parviendrai.
    Sinon comme tu le dis si bien, c'est parfois mal vu de ne pas manger "normalement" mais le plus important c'est de le faire pour soi et d'être en accord avec ça.

    RépondreSupprimer