Passer du Mademoiselle au Madame

feminism-madame-mademoiselle

Il y a quelques temps, je me suis rendue compte que beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi on milite pour faire disparaitre le Mademoiselle du vocabulaire des francophones. Pire, une majorité ne comprend pas non plus la nuance qui fait rapidement passer du substantif jeuniste au substantif sexiste. C’est peut-être anecdotique pour certain·ne, mais quand on y regarde de plus près, passer du Mademoiselle au Madame parait bien plus engagé que ça.

Y’en a qui aimeraient bien qu’on les appelle encore mademoiselle

Si autrefois le terme Mademoiselle désignait une femme mariée ne possédant pas de titre de noblesse, aujourd’hui, le mot qualifie souvent une petite fille ou une jeune femme de manière générale. A partir d’un certain âge, le substantif Madame prend le dessus. Constatation : c’est l’âge de la personne à laquelle on s’adresse qui prime.

Ce n’est que dans un second temps que la situation maritale prend de l’importance. Exemple : il m’arrive encore à 27 ans qu’on appelle Mademoiselle. Immédiatement, je rectifie avec un « Non, c’est Madame ! ». C’est là qu’on me dit souvent « Ah, vous ètes mariée ? ». Revenons un moment sur la définition du mot.
Mademoiselle : 
« Appellation employée pour désigner une jeune fille ou une femme
(présumée) non-mariée ou pour s'adresser à elle
 ».
(source : Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
Spoiler alert : la définition de Mademoiselle ne fait aucun cas de l’âge de l’interlocutrice ! En toute logique, qu’une femme ait 19 ou 82 ans, elle restera une Mademoiselle tant qu’elle ne sera pas mariée. L’argument du « Y’en a qui aimeraient bien qu’on les appelle encore mademoiselle » ne tient pas la route une seconde.


feminism-madame-mademoiselle

Cette remarque place en compliment la jeunesse à laquelle on associe le Mademoiselle. Or, cela sous-entend lourdement qu’une femme jeune présente plus d’intérêt qu’une femme considérée comme vieille. Et c’est encore pire quand on lit réellement entre les lignes …

Un homme pour régenter sa vie

Mettons le doigt là où ça fait mal. Si on pousse le raisonnement précédent  jusqu’au bout, et selon la définition du mot, l’emploi du Mademoiselle comme compliment sous-entend également qu’une femme non-mariée présente plus d’intérêt qu’une femme mariée. C’est là à qu’on bascule gravement dans le sexisme.

Le mot Mademoiselle est sexiste et rétrograde par définition. Il est inutile de rappeler qu’encore aujourd’hui dans certaines cultures, y compris en France, la femme passe de l’autorité de son père à celle de son mari. Pourquoi ? Parce que les hommes issus de ces traditions archaïques et patriarcales croient qu’une femme ne peut pas penser par elle-même, et qu’il est préférable qu’un homme régente sa vie.


feminism-madame-mademoiselle
 
Si on en revient à la polémique du jour, on s’aperçoit que ce glissement d’une tutelle à une autre se matérialise par l’emploi du Mademoiselle puis du Madame, selon que la femme soit mariée ou non. Saisis-tu mieux le sens profond du mot ? C’est tout bonnement inacceptable.

Le Madame, ce n’est pas un caprice

Le vice du Mademoiselle, c’est qu’il s’insinue bien au-delà de l’emploi d’un simple substantif. Par exemple, il n’existe pas d’équivalent masculin à ce mot. Jamais on ne désignera un jeune homme par le terme Mademoiseau. Qu’il soit marié ou non, un individu de sexe mâle sera toujours un Monsieur, à 12 mois comme à 96 ans.

En plus de ça, le Mademoiselle est souvent considéré comme mignon. C’est une sorte de terme affectueux auxquels de nombreuses personnes sont encore attachées. Mais là encore, c’est très pernicieux. La plupart du temps, la personne qui utilise ce mot marque sa supériorité sur son interlocutrice en induisant sa jeunesse, son inexpérience et donc son incapacité à gérer elle-même sa vie. Même si ce n’est pas fait méchamment, ça n’en est pas moins extrêmement dévalorisant.  

Quand on se place de ce point de vue-là, on ne peut pas affirmer sans honte que l’emploi du Mademoiselle est un compliment. Au regard des sociétés actuelles, on ne peut plus dire, non plus, que l’emploi du Madame pour toutes est un caprice. La disparition du Mademoiselle est un pas essentiel à l’émancipation de la femme.


feminism-madame-mademoiselle

Malheureusement, les subtilités d’une locution si commune semble échapper à la plupart des gens. Est-ce que c’est parce qu’ils n’ont jamais réfléchi à la question ? Parce qu’ils rejettent en bloc tout ce qui est estampillé parité ? Ou parce que qu’ils sont trop attachés à leurs valeurs patriarcales ? Je ne sais pas bien, mais une chose est sûre : plus jamais personne ne m’appellera Mademoiselle sans que je le reprenne.


Je suis une Madame.  Tu es une Madame. Nous sommes TOUTES des Madame.



 

Publié dans :

Partage !

0 petits mots