Game of Thrones, pas si féministe ?

Feminism-got-tvshow

*** Spoiler alert ***
Des éléments-clés de l’intrigue des différentes saisons
de Game of Thrones seront évoqués dans cet article.
 
Autant te le dire tout de suite, cet article est à charge. Depuis des années, Game of Thrones est plébiscité par le public et les médias. Avec la diffusion de la saison 7, c'est le sujet de conversation du moment. Tout le monde (on espère) salue la prise de pouvoir des femmes dans la série, mais qu’en est-il vraiment ? Et si Game of Thrones n’était pas si féministe que ça ? Qu’on aime ou non la série, il est temps de mettre les choses à plat. 


Le contexte médiéval moyenâgeux

"C'est un monde médiéval, c'est normal que ce soient les hommes qui prédominent."
On ne compte plus le nombre de fois où on a entendu cet argument pour légitimer toutes les violences faites aux femmes dans cette série. Pour nous, il n'a aucune valeur. Si on se réfère au Moyen-Âge historique, il est clair que GoT est bien loin de la réalité. D'abord parce que les violences physiques, sexuelles et psychologiques, quoi que probablement courantes, n'étaient en aucun cas légitimes ou légales comme le laisse penser la série. Il ne faut pas oublier que le dogme chrétien était puissant et qu'il prohibait beaucoup de "déviances", sous peine de ne jamais accéder au sacro-saint Paradis.

Exit partouzes interminables, guerres sanglantes et décapitations à la chaîne (pour ces deux derniers, c'est plutôt la Renaissance !). Tout ceci n'est pas médiéval, de même que la place faite aux femmes de Game of Thrones. On ne prétend pas qu'elles n'étaient pas sujettes aux dominations masculines, mais elles n'étaient pas non plus l'objet de leurs pires perversions. Certaines femmes de l’aristocratie avaient même un pouvoir important à la tête d’un domaine seigneurial, d’un centre religieux ou carrément d’un état (coucou Aliénor d’Aquitaine !). L'image des femmes dans cette série est complètement fantasmée et encrée dans un univers qui n'a rien d'historique.

GoT-Walkers-feminism-game-thrones
Pas de leader féminin chez les Marcheurs Blancs, évidemment ...

Avec ses dragons et ses marcheurs blancs, Game of Thrones s'inscrit davantage dans un contexte de médiévalo-fantasy, dont la tradition fait appel à de nombreux mythes obscurs imaginés par les érudits modernes ou contemporains. Conan et ses nombreux copains, aussi sanguinaires que musclés, n'ont rien à voir non plus avec la réalité historique et surtout, sont issus d'un machisme incroyable, formule phare de la Dark Fantasy du 20e siècle, engendrée par une société non moins patriarcale. Décidément, GoT n'a vraiment rien de médiéval (à part sa technologie, et encore). On qualifiera même son univers de moyenâgeux, adjectif péjoratif employé pour désigner une version arriérée et rétrograde du Moyen-Âge. Une image qui coure encore dans la tête de certains historiens, soit dit en passant.

Toujours plus de violences, toujours plus d'audience

"Cette série est géniale, c'est la meilleure de tous les temps."
Le scénario de Game of Thrones fait une unanimité quasi générale, même parfois auprès des publics sensibles à l'égalité femmes-hommes. Pourtant, ses techniques narratives sont aux antipodes de ce qu'on pourrait attendre en termes de féminisme. On s'explique.

Les premières saisons se sont clairement placées du côté de la violence pour l'audience. HBO a souhaité frapper les esprits dans une surenchère assommante. Viols, esclavage, humiliations, les femmes servent de monnaie d'échange et n'ont pas voix au chapitre, dans un univers où ces situations semblent presque normales et quasiment pas malsaines. À force, la violence devient banale aux yeux des spectateurs.

Pire encore, les nus frontaux sont quasi exclusivement féminins et on ne compte pas le nombre de paires de seins qu'on nous a glissé intempestivement. Où sont donc les pénis ? Emilia Clarke (Daenerys Targaryen) en personne se le demande et fait passer le message à la télévision américaine ... Certaines scènes (en arrière-plan ou non) sont même carrément inutiles à l'histoire et sont présentes uniquement pour faire monter les chiffres de l'audimat et contenter un public d’hommes hétérosexuels. Humilier les femmes pour faire de l’audience, « cool » hein ? À part pour engranger le plus d'argent possible, est-ce que tout ça a une réelle utilité ? Est-ce qu'un peu plus de "sobriété" n'aurait été la bienvenue ? Il est donc un peu triste de voir que le public en redemande et que la critique encense le chef-d'œuvre.


got-daenerys-feminism
On n'aurait pas dit mieux !

Mais la série a changé au fil des épisodes et des saisons. Les violences sont moins flagrantes et les personnages féminins ont gagné en puissance, ce qu'on ne peut que saluer. Ce n'est pas dommage quand on sait que durant les six premières saisons, les personnages féminins quels qu’ils soient sont deux fois moins nombreux que leurs homologues masculins, et ont ainsi presque deux fois moins de temps à l’écran !

Ce revirement de scénario pose alors questions. Pourquoi la production a-t-elle décidé de mettre en avant les femmes récemment ? Deux facteurs entrent en jeu pour expliquer ce choix. Le sexisme est de plus en plus dénoncé dans l'actualité. Malala Yousafzai (prix Nobel de la paix) et Emma Watson (ambassadrice de l'ONU Femmes) se sont faites porte-paroles du féminisme depuis quelques années, re-médiatisant le mouvement et surtout impliquant ouvertement l'industrie audio-visuelle. Dans la même veine, de nombreux films et séries tendent à interroger les carcans du genre (on peut nommer le très bon Sense 8, entre autres). C'est dans ce climat favorable que Game of Thrones, qui se place sur le créneau du moderne et de l'originalité depuis le début, souhaite se démarquer, poussant toujours plus loin l'inattendu. L'effet de surprise est d'autant plus fort que l'intrigue était majoritairement menée par des personnages masculins. Les fans y trouvent un renouvellement bienvenu et de quoi alimenter leur addiction au cliffhanger. A l'heure actuelle, le féminisme est un atout marketing que GoT entend bien exploiter, mais ce n'est pas pour autant que les choses sont bien faites. L'opportunisme dont fait preuve la série n'a rien à voir avec un combat pleinement engagé. C'est d'ailleurs certainement pour ça qu'il y a tant à redire sur la manière dont sont traitées les personnages féminins.

Un féminisme dépassé, à revoir !

"Avec ce qui se passe dans la saison 7, tu ne peux plus dire que la série est sexiste !"
Le monde de Game of Thrones reste profondément masculin malgré ses femmes fortes. Et quelles femmes fortes, d'ailleurs ? Quand on y regarde de plus près, tous les personnages féminins, sans exception, sont issus de stéréotypes sexistes. Elles sont toutes mères, prostituées, garçons manqués, névrosées ou princesses de contes de fées contrariées. 

On notera quand même un effort non négligeable pour mettre certains personnages féminins au premier plan du scénario, ce qui manque encore trop souvent dans les grosses productions américaines. Cependant, il est vraiment dommage de constater que beaucoup de femmes en position de pouvoir y sont arrivées par un concours de circonstances – parce que les hommes qui devraient être à leur place sont morts ou pas en position de gouverner – et non par leur seule volonté : Daenerys, Sansa, Margaery et (presque) Yara à la place de leurs frères, Cersei à la place de ses fils. Seules Olenna et Ellaria change un peu la donne.

feminism-got-game-thrones
Y'a de quoi se noyer au fond d'un verre, non ?

Avec la saison 7, le pouvoir des femmes semble s’affirmer un peu plus hors de ce schéma, avec notamment le personnage d’Arya qui trace sa propre voix. Petite fille, elle n'aimait pas les robes et voulait apprendre à se battre comme un garçon. "Toutes les filles sont stupides", disait-elle. Adulte, elle est tueuse d'élite, habillée en homme, rejetant dans ce qui fait d'elle une femme. En somme, c’est un personnage masculin avec des seins. Pourquoi ? Parce qu'apparemment, on ne peut pas faire un métier d'homme tout en étant une femme. La force est un attribut exclusivement masculin. N'est-ce pas légèrement sexiste ? Il en va de même pour Brienne, évidemment, qui va jusqu’à refuser le titre de chevalier en raison d’un classique syndrome de l’imposteur dû à son statut de femme, qu’on lui rappelle régulièrement. Merci les gars de la réduire sans arrêt à ses parties génitales alors qu’elle est plus forte que tout le monde… On tombe d’un stéréotype dans l’autre, ici la femme "avec des couilles" !

Continuons avec Daenerys, dans l'ascension est plus que plébiscitée. D'abord, elle est mariée de force et subit les abus sexuels de son mari. (Au passage, ces jolies scènes de viol n'existent pas dans les livres. Ça dit long sur la mentalité des scénaristes.) Elle prend ensuite la main, mais toujours conseillée par des hommes, dont elle s'affranchit progressivement. Pourtant, elle se réduit elle-même au seul rôle de mère, abandonnant complètement sa vie de femme. De même avec Cersei.

On voit ainsi que les scénaristes tentent de donner plus d’importance aux personnages féminins (ce qui est louable), mais en ayant beaucoup de mal à se détacher de schémas vus et revus : l’intention semble donc là (surtout dans les dernières saisons), mais ce n’est pas suffisant, car le résultat laisse grandement à désirer. Il y a notamment beaucoup de travail à faire sur la psychologie des personnages féminins au-delà des rôles éculés de mères, d’épouses et de prostituées. D’autres séries l’ont fait comme la nouvelle version de Battlestar Galactica (qui a féminisé certains personnages par rapport à la série d’origine), ou plus récemment Orange is the New Black et SOS sages-femmes.

Prend ça dans ta tête, le stéréotype !

On s'arrête ici pour te laisse le soin de digérer tout ça. Malgré tout, on ne jette pas la pierre aux spectateurs. La série est originale sur certains aspects et sait faire en sorte de tenir son public en haleine. Libre à chacun de la regarder, mais il faut la regarder en connaissance de cause et avec assez de recul pour en voir les défauts. On espère que cet article te donnera des clés pour analyser les personnages féminins dans les séries et les films (pour une lecture plus poussée, par ici). En espérant qu’ils continuent à s’améliorer !


...........................................
Game of Thrones
Une série diffusée sur HBO, 7 saisons (en cours) 
Avec Emilia Clarke, Lena Headey, Sophie Turner et Maisie Williams


Partage !

1 petits mots

  1. Salut!
    Ton article est très intéressant et je partage ton avis, cette façon dont est représenté la femme dans la série me dérange.

    Le corps nu de la femme est sexualisé et celui de l'homme est juste une anecdote.
    il y a des personnages féminins forts mais elles sont réduites à leur rôle de mères, doivent suivre les ordres des Hommes. Dommage! Au début, j'aimais Daenyris mais son personnage devient fade au fil des saisons, réduit à la "mère des Dragons" et séductrice.

    J'aimais bien la série au début, mais les scènes de sexe ou violence gratuites m'ont lassés. Je préfère la série The 100, avec des personnages féminins en leaders, et pas à la place des hommes.

    RépondreSupprimer