L’Héritage des Rois-Passeurs, de la fantasy moderne et engagée !

héritage-rois-passeurs-fantasy-fargetton

La fantasy, je connais bien. J’en lis depuis que je suis adolescente. Mais de la fantasy comme celle de Manon Fargetton, c’est la première fois que j’y suis confrontée. L’autrice est jeune et son écriture est novatrice, dépoussiérant un genre qui en a plus que besoin. L’Héritage des Rois-Passeurs est un roman moderne et engagé, féministe même. Oui, rien que ça !

Résumé :
La dernière héritière d'une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l'éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d'Ombre. Voici l'histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d'Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

Un univers original

Dès les premières pages, j’ai été surprise de me trouver dans notre monde, de nos jours, avec une héroïne à peine plus jeune que moi. J’ai été assez intriguée par cette entrée en matière inhabituelle. Je me suis tout de suite retrouvée dans le décor. Ai-je bien reconnu la Bretagne verdoyante ? J’ai été d’autant plus étonnée par la tournure des évènements. On peut dire que ça commence fort ! L’action se dispute au mystère.
 
Très vite, le concept du roman est dévoilé. Deux mondes sont placés en miroir, le nôtre et son pendant fantastique. Enora, notre protagoniste est la seule à pouvoir passer de l’un à l’autre. Il me semble que je n’avais jamais eu affaire à ce cas de figure dans la littérature pour le moment et j’ai bien aimé tout ce que pouvait impliquer cette configuration. Les parallèles sont très intéressants.

Un récit agréable

Une fois lancé, le scénario du roman se déroule comme prévu. Le récit est assez linéaire, malgré les tentatives de twist. Cet aspect trop prévisible est surement ce que je reprocherai le plus ce one-shot (format rare en fantasy), mais je le pardonne volontiers à Manon Fargetton tellement sa plume est agréable. Les pages défilent sans qu’on s’en aperçoive, notamment grâce à une action constante.

J’ai également trouvé les personnages assez attachants. Chacun porte ses qualités et ses défauts de manière réaliste. J’ai aimé leur diversité et le fait qu’ils apportent tous leur touche à l’histoire. Toutefois, j’aurais aimé en voir certains un peu plus développés. J’ai parfois eu l’impression qu’une seule de leur facette nous était montrée au détriment du reste de leur personnalité. Dans un récit aussi court, c’est difficile à mettre en place.

héritage-rois-passeurs-fargetton-dedicace

Des personnages modernes

J’ai été particulièrement conquise par les choix modernes et militants de Manon Fargetton. C’est la première fois que je trouve autant de diversités dans les personnages. Les dieux sont démystifiés (au revoir, les tout-puissants), les personnages masculins sont réfléchis (ciao, la brute épaisse !) et Enora n’a rien du stéréotype féminin classique (adieu, les précieuses ridicules). C’est une jeune femme traumatisée, vengeresse, qui fait face avec beaucoup d’aplomb à son côté obscur. 

Raven est celle qui m’a le plus convaincue. Elle est princesse, lesbienne et guerrière à la fois. Elle s’assume complètement dans ses opinions politiques et dans son style de vie. C’est elle qui mène la danse et elle n’a pas peur de le faire savoir. C’était un plaisir de suivre une femme aussi aboutie. Je dirai même que c’est le genre de personnage qui remonte le moral. C’est une belle réussite.

Un fond engagé

L’autrice met également à mal tout le machisme auquel la fantasy nous a habitué.e.s en nous proposant une monarchie matriarcale. Ce n’est pas pour autant que les hommes sont exclus du pouvoir. Le système de politique est paritaire, une configuration encore inédite dans ma bibliothèque jusqu’alors. Qu’est-ce que c’est rafraichissant !  

A travers ce roman, j’ai eu la sensation d’être confrontée à la relève de la fantasy, cette nouvelle génération d’auteurs.trices qui va briser les codes du genre et l’amener vers un renouvellement profond et nécessaire. Manon Fargetton montre que tout est possible, que le temps des chevaliers solitaires est révolu et que l’heure des chevaleresses est enfin arrivée. C’est un véritable dépoussiérage. Il paraît même que Les Illusions de Sav-Loar est encore plus engagé. Il me tarde de dévorer ce spin-off ! 




........................................................
L'Héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton 
Première édition : Bragelonne (2015)
312 pages - 20 €
Edition poche : Milady (2016),
480 pages - 8,20 €


Partage !

1 petits mots

  1. Très bel avis qui me donne vraiment envie de découvrir ce titre !
    J'ai commencé par le spin-off Les illusions de Sav-Loar et je pense qu'il devrait te plaire vu ce que tu dis de celui-ci ;)

    RépondreSupprimer