2 ans sans saucisson, le bilan


Deux ans déjà ? Oui, deux ans de végétarisme complet. Suis-je devenue verte à force de manger des brocolis ? Ou ai-je perdu mes dents à cause de carences en protéines animales ? Nope et nope. Mon bilan est peut-être moins spectaculaire que ces clichés, mais tout aussi surprenant.

J'avais déjà donné 10 astuces pour devenir végéta*ien·ne·s et pris en dérision quelques préjugés sur le sujet, mais qu'en est-il vraiment ? A la longue, est-ce un régime tenable ? ou trop contraignant ? Est-ce que je suis revenue sur mes engagements ? Qu'est ce qui a changé (ou pas) pour moi ? Il est grand temps d'en parler plus concrètement.

J'ai totalement oublié le goût du saucisson...

Intéressant, non ? En quelques semaines à peine, je ne savais déjà plus quel gout la viande pouvait avoir. Je ne m'attendais pas à une "désaccoutumance" aussi rapide, au point même de ne plus me souvenir de la saveur des choses. C'est en me rendant compte de ça que je me suis aperçu à quel point l'alimentation peut être culturelle...

Mieux encore, je ne suis plus du tout tentée par la viande ou le poisson. Ce n'est pas pour autant que j'en ressens du dégout. Ces éléments sont juste complètement sortis de mon paysage alimentaire. Je n'y pense plus. A tel point que lorsque je reçois des omnivores à la maison, j'oublie fréquemment la possibilité de leur faire de la viande à manger (ce qui ne me dérangerait pas à partir du moment où je ne suis pas forcée d'en manger moi-même). J'en reste toujours aussi surprise.


 
Source : Insolite Veggie

 

Mon poids n'a pas changé, mais mon corps oui !

Comme beaucoup de monde, je m'attendais plus ou moins à perdre un peu de poids en devenant végétarienne. Spoiler alert : pas du tout ! Mêmes chiffres sur la balance, avec les mêmes variations selon les saisons.

Pourtant, ça ne veut pas dire que mon corps n'a pas changé... Je me trouve un peu plus "sèche", notamment en hiver. J'ai perdu quelques rondeurs. Remplacées par quoi ? Du muscle je suppose, même si j'ai quelques doutes étant donné que le sport n'est toujours pas mon meilleur ami. Quoi qu'il en soit, j'ai bien mon nouveau corps. Je l'accepte de mieux en mieux.

Je l'accepte d'autant plus qu'il est de plus en plus "silencieux". J'ai remarqué une nette diminution des mes problèmes digestifs depuis que je ne mange plus de viande. Mis à part quelques aliments qui provoquent toujours quelques désordres, les ballonnements se sont envolés et les pertes d'énergie après un repas trop lourd sont aussi de l'histoire ancienne (ou presque. Coucou la fondue savoyarde !). Je me sens globalement beaucoup plus légère !

J'ai toujours un aussi bon coup de fourchette !

Mon cerveau ayant oublié le saucisson, il a jeté son dévolu sur le fromage, les frites et le chocolat. Bah oui, ce n'est pas parce qu'on est végé qu'on n'a pas de péchés mignons... Les joies de la "confort food" sont les mêmes pour tout le monde. Surtout durant la semaine précédant les règles, tu as remarqué ?

D'ailleurs, j'ai gardé un bon appétit et je prends de plus en plus plaisir à cuisiner. J'explore de nouvelles manières de faire, avec des ingrédients parfois totalement inédits. Je (re)découvre tout un tas d'aliments. Légumineuses en tous genres, anciens légumes, épices du monde, je me régale ! Non, décidément, mon alimentation d'avant ne me manque pas du tout.


Source : Insolite Veggie


Ma vie sociale se porte très bien :)

Évidemment, mon végétarisme reste un sujet de débat assez fréquent, notamment parce que je suis issue d'un environnement très attaché à la consommation de viande. Ce n'est pas pour autant que ma vie sociale ou familiale en a pris un coup. Au contraire, ça pousse certaines personnes à sortir de leur zone de confort. Par des discussions et quelques expérimentations, on arrive toujours à trouver un terrain d'entente. 

Une des grandes joies que le végétarisme m'a apporté, c'est de voir que j'ai pu parfois pousser les gens autour de moi à réfléchir à leurs habitudes de consommation. Jamais je ne forcerai quelqu'un·e à manger de la même manière que moi, et j'ai été très surprise lorsque des ami·e·s m'ont dit que ma démarche les avaient touché·e·s et qu'iels souhaitaient manger moins de viande et de poisson. (Iels se reconnaitront. Bisous les copain·e·s !) Jamais je ne me serais attendue à susciter ces réactions, et j'en suis très fière. C'est la preuve que chacun·e d'entre nous a le pouvoir de faire changer les choses, parfois même sans en avoir conscience.

En bref, 

Je me sens beaucoup mieux dans ma peau, plus en accord avec moi-même. Mon corps semble me remercier, ce qui n'est pas rien. Pour le moment, il est absolument hors de question que je retouche à la viande ou au poisson un jour, quitte à me priver de manger (oui, ça arrive encore, parfois, qu'il n'y ait rien pour moi sur la table...). Je me surprends même à préparer des repas végétaliens régulièrement. J'ai déjà beaucoup réduit ma consommation de lait, dont il ne reste plus que le fromage. Je ne dis pas qu'un jour je franchirai le pas du végétalisme, mais j'y viens plus ou moins consciemment avec le temps. On verra bien où ça nous mène !


*********
Pour conclure cet artcile, je t'encourage vivement à aller jeter un œil
au blog Insolite Veggie et aux ouvrages de Rosa B. C'est vraiment très drôle.
Tu m'en diras des nouvelles !





Partager l'article sur

0 petits mots